2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 16:58

Politique à haut risque pour les élèves en difficulté

A partir de la rentrée 2012, plus de 250 000 élèves par an n’auront plus d’aides spécialisées...

La nouvelle carte scolaire révèle un véritable abandon du service public d’éducation. L’école tout entière est touchée avec des conséquences tragiques pour les plus fragilisés de ses élèves : RASED*, augmentation des effectifs par classe, dégradation des formations initiale et continue des maîtres, diminution des postes de remplaçants, abandon de la scolarisation des 2 ans, conditions dégradées de scolarisation pour les élèves en situation de handicap.

Le ministère a décidé de tirer à boulets rouges sur les postes des RASED et saborde ainsi le seul dispositif gratuit d’aides spécialisées à l’intérieur de l’école, déjà largement attaqué et sinistré depuis 2008. À nouveau des milliers d’élèves sont sacrifiés, sous couvert d’une dette publique qui masque en réalité une vision ultralibérale de l’éducation.

Attaquer les RASED, c’est supprimer le regard bienveillant des enseignants spécialisés sur les élèves en difficulté. C’est laisser des enfants, pour lesquels la réponse pédagogique du maître de la classe n’est pas suffisante, s’enfoncer résolument dans l’échec scolaire, la violence ou l’exclusion. C’est ne plus accompagner les familles et délaisser des enseignants désarmés par des enfants qui n’apprennent pas. C’est externaliser la difficulté scolaire vers le secteur privé en renvoyant aux familles la responsabilité et la charge d’en supporter le coût.

Quoiqu’on pense de l’aide personnalisée et des stages, ils ne peuvent en aucun cas remplacer les RASED. Chacun le sait, depuis les collègues jusqu’à l’Inspection générale qui l’a clairement exprimé.

La difficulté scolaire est complexe et multiforme. L’école a besoin de professionnels spécialisés, pour croiser les regards et enrayer l’échec scolaire. Les conséquences de ce naufrage coûteront très cher à la société.

L’école est menacée, il est urgent de la défendre !!

Sauvons et développons les RASED !!

4 pages du collectif national RASED

Repost 0
Published by le bureau syndical - dans communiqués
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 08:21

ALERTE : DISPARITION DES RASED

Nous souhaitons vous informer des projets de fermetures qui mettent en péril l'existence

des RASED et par là même la prise en charge des élèves les plus en difficulté.


La situation de l'Orne :

Depuis 2008, 24 postes de RASED ont été supprimés, et pour la rentrée 2012 l'Inspection

Académique prévoit la fermeture d'encore 21 postes RASED (postes E et G confondus).

Sur les 505 communes du département, il reste 155 communes où il y a une ou des

écoles. Si les mesures de fermetures des postes de RASED annoncées, devenaient

effectives à la rentrée 2012, il ne resterait plus que 14 communes qui pourraient bénéficier

d'une aide des RASED, et encore pas sur toutes leurs écoles...


FLERS

5 fermetures sur les 8 postes

1 Flers Morin

1 Flers les Vallées

1 Flers les Vallées G

1 Flers Sévigné

1 Bellou

1 Tinchebray

1 La Ferrière aux Etangs

1 Flers Hugo

ALENCON 1

1 fermeture sur les 2 postes

1 Point du jour

1 Desnos

ALENCON 2

1 fermeture sur les 3 postes

1 Molière

1 La Fontaine

1 La Fontaine G

ARGENTAN

4 fermetures sur les 7 postes

1 Argentan Prévert

1 Argentan Prévert G

1 Argentan Hugo

1 Monet

1 Briouze

1 Trun

1 Sées

MORTAGNE AU PERCHE

4 fermetures sur les 7 postes

1 Berd'huis

1 Le Theil

1 Bellême

1 Le Mêle sur Sarthe

1 Longny au Perche

1 Mortagne au Perche

1 Rémalard G

L'AIGLE

3 fermeture sur les 6 postes

1 Mazeline

1 Gacé

1 Randonnai

1 Le Sap

1 Vimoutiers

1 Aube

LA FERTE MACE

3 fermetures sur les 6 postes

1 Carrouges

1 Domfront

1 La Ferté-Macé Prévert

1 La Ferté-Macé Prévert G

1 Saint Germain du Corbéis

1 Juvigny sous Andaines

 

Pour manifester

contre ces mesures de fermetures,

rassemblons-nous le

jeudi 2 février dès 9h00

devant l'Inspection Académique d'Alençon.

 

Les enseignants spécialisés

qui refusent l'abandon des élèves en difficulté

Repost 0
Published by le bureau syndical - dans communiqués
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 17:52

Communiqué de presse de l'intersyndicale Education de l'Orne

- CGT Educ'action, FSU, SE-UNSA, SGEN-CFDT,  SUD éducation -

 

Le 24 janvier 2012, jour du Comité Technique Spécial Départemental sur les mesures prévues pour la rentrée 2012, suite à une question préalable de l’ensemble des organisations syndicales, nous avons été confronté au refus de Monsieur l'Inspecteur d'Académie de mettre au vote la répartition des postes du 1er et et du 2nd degré pour le département de l'Orne.

Suite à ce refus, nous avons décidé de ne pas siéger au CTSD.

Le prochain CTSD aura donc lieu le jeudi 2 février 2012. Pour l'heure, seraient supprimés :

33 postes dans les écoles de l'Orne dont 24 fermetures de classes, 21 postes de RASED sur 37...

11 postes dans les collèges avec pourtant 247 élèves supplémentaires
15 postes dans les lycées d'enseignement général et technologique
21,5 dans les lycées professionnels.

Nous disons STOP !

L'intersyndicale Education de l'Orne (CGT Educ'action, FSU, SE-UNSA, SGEN-CFDT,  SUD éducation) appelle  les personnels de l'Education à une journée de grève  le jeudi 2 février 2012.

 

9h Rassemblement devant l'Inspection académique à Alençon

10h30 Départ de la manifestation devant l'Inspection académique à Alençon

Repost 0
Published by le bureau syndical - dans communiqués
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 16:54
Vous êtes nombreuses et nombreux  à nous poser la même question (et c'est normal) sur la date d'application de la journée de carence en cas de congés de maladie dans la Fonction publique.
Nous venons donc d'interroger le bureau compétent de la DGAFP. 
Réponse : c'est l'article 105 de la loi de finances 2012 (L F votée le 28 décembre 2011) qui a entériné cette nouvelle ponction  ... son application n'est donc nullement subordonnée  à la publication d'un texte réglementaire.
 ==> Date d'application 1er janvier 2012.

Néanmoins, une circulaire d'application est en préparation à la DGAFP. 
Repost 0
Published by le bureau syndical - dans solidaires
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 16:44

Le journal national de Sud éducation.

Si vous n'êtes pas abonnés, si vous ne le recevez pas dans votre établissement, il vous reste la possibilité de le lire en pdf (cliquez ici).


Repost 0
Published by le bureau syndical
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 10:09

  La question d'un Etat Palestinien est plus que jamais d'actualité depuis la demande d'admission de la Palestine à l'ONU et son admission à l'UNESCO en octobre dernier.

  A cela s'ajoute un autre débat, fort ancien : Israël et la Palestine doivent-ils former un ou deux Etats ?

  Pour clarifier les enjeux de ce débat et en approfondir les aspects juridiques, démographiques,  économiques,  politiques  et  diplomatiques, nous organisons une soirée le :


  
                VENDREDI  3  FEVRIER  2012 à  20 heures 30
  
                              Salle Baudelaire  à  Alençon

                      Avec l'intervention de Dominique VIDAL


Historien et journaliste, Dominique Vidal a écrit de nombreux ouvrages sur le conflit israélo-palestinien et il viendra nous présenter son dernier ouvrage : Palestine / Israël : un Etat, deux Etats ? rédigé avec la participation de neuf spécialistes.

Repost 0
Published by le bureau syndical - dans communiqués
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 19:45

Depuis plus de 60 ans, les personnels des LP, SEP, SEGPA et EREA assurent en France l’enseignement professionnel initial, sous statut scolaire, au sein du ministère de l'Éducation nationale et de celui de l'Agriculture.

Ils revendiquent l'égale dignité de cette voie professionnelle, pour leurs élèves et pour eux-mêmes, avec les deux autres voies du lycée, générale et technologique.

En présentant ce qu’il appelle « l’acte III de la décentralisation », après l'acte II qui a vu le transfert des personnels TOS, le Président de l’Association des Régions de France (ARF), a revendiqué un service public régional de l’orientation et de la formation professionnelle avec un élargissement des compétences régionales. De façon continue, le gouvernement assure la promotion de l’apprentissage. Récemment, le Président de la République a fixé l'objectif de 800 000, voire un million, d'apprentis (environ 450 000 aujourd'hui).

Cette politique est accompagnée par les régions, responsables de la carte de l'apprentissage, qui viennent de signer les Contrats d’Objectifs et de Moyens pour le développement de celui ci. Sous l’impulsion de la ministre chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle, la loi Cherpion du 11 juillet 2011 met en place de nouvelles règles, plus souples, du contrat d'apprentissage pour favoriser le développement de l’alternance au détriment de la qualité et des conditions de formation. Le président Sarkozy affiche la volonté de transformer la dernière année de formation des lycéens de CAP ou de bac Pro en une année en apprentissage au sein même de nos établissements.

Pour un jeune, le droit à une formation professionnelle qualifiante serait alors soumis à la possibilité, ou non, de signer un contrat d'apprentissage avec un employeur. Tous ces éléments convergent vers une remise en cause très nette de la voie professionnelle, sous statut scolaire, dans les LP, SEP, SEGPA et EREA au sein de l'Éducation nationale et du ministère de l’Agriculture. Ils constituent une menace sérieuse pour un accès de tous ceux qui le souhaitent, sans discrimination, à une formation professionnelle de qualité

À cela nous disons STOP !

Les personnels des LP, SEP, SEGPA et EREA exigent le maintien de l’enseignement professionnel initial public sous statut scolaire au sein des établissements du ministère de l'Éducation nationale et de l'Agriculture. Ils refusent catégoriquement l'éventualité d'un transfert des personnels enseignants de la voie professionnelle vers les régions.

Ils exigent le rétablissement des moyens, en structures et en postes, indispensables à une véritable rénovation de l'enseignement professionnel initial public sous statut scolaire. Ils refusent les mesures favorisant le développement de l'apprentissage au détriment de l'enseignement professionnel initial public sous statut scolaire.

Je signe l'appel 

Repost 0
Published by le bureau syndical
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 18:06

Toute une région du Tamil Nadu est actuellement mobilisée contre l’implantation d’une usine Michelin, ruinant la survie de milliers de villageois. Toute la population, hommes et femmes, s’est mobilisée. Il y a eu plusieurs grèves de la faim. Des militants ont été mis en prison.

Nous vous demandons de diffuser largement cet appel à signatures et de nous adresser votre signature à : assohp@gmail.com 
en indiquant vos noms, fonctions et ville de résidence.
Repost 0
Published by le bureau syndical - dans solidaires
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 07:16

La Confédération Paysanne de l’Orne diffuse prochainement le film « Tous au Larzac » suivit d’un débat « l’avenir du foncier rural»

http://www.gralon.net/cinema/affiche/film-tous-au-larzac-192885.gif

Ce film sera diffusé les

- jeudi 12 janvier à 20h30 au cinéma de Sées

- Mercredi 8 février à 20h30 au cinéma de la Ferté Macé

Confédération Paysanne de l'Orne

52 Bd 1er Chasseurs 61 000 Alençon

Tél : 02 33 31 49 73 Fax : 02 22 44 57 72

Repost 0
Published by le bureau syndical - dans communiqués
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 19:47

C'est le gouvernement qui est premier responsable de cette hausse de tarifs, à travers les ponctions faites sur les finances de la SNCF. Le budget 2012 en est la traduction. La direction SNCF ne s’est nullement opposée aux décisions gouvernementales. SUD-Rail a voté contre le budget 2012 au CCE et au Conseil d’Administration où le représentant des usagers (FNAUT) l’a malheureusement approuvé.

  Cette augmentation intervient dans un contexte difficile pour des millions de salariés, chômeurs, retraités, jeunes en formation. Malgré les incantations du Grenelle de l’environnement, aucune volonté politique ne permet concrètement de rendre les transports ferroviaires accessibles au plus grand nombre. Au contraire, les usagers continuent d’être considérés comme des payeurs de la dette ferroviaire gérée par RFF.   Le budget 2012 de la SNCF est marqué par des choix politiques qui pèsent lourdement sur l’entreprise :

  Le montant des péages versés à RFF augmente de 76% en 10 ans : 3,43 milliards en 2012.

  Le coût de l’énergie de traction croît de 5% par rapport à 2011 : 713 millions.

  Les décisions imposées à travers le Service Annuel 2012 coûtent 150 millions. è  La hausse des impôts et taxes (à l’inverse des cadeaux faits aux patrons et actionnaires du privé) : 150 millions.

  Les dons à l’Etat qui se poursuivent : 230 millions en 2012. Soit, 4,7 milliards d’€ de dépenses directement liées à des choix gouvernementaux !   Ä   RFF continue de siphonner les finances SNCF ; c’est la conséquence de la désorganisation du système ferroviaire depuis 1997 et du refus de l’Etat de jouer le rôle qui lui revient en matière de politique des transports.

   La « libéralisation du marché de l’électricité » coûte cher à l’entreprise publique SNCF, ce qui montre une fois de plus l’opposition entre libéralisme et besoins collectifs. Entre 2008 et 2012, la facture augmente de 20%.

   Les diktats de RFF pour le Service Annuel 2012, acceptés par la direction SNCF, ont des conséquences financières : allongement de temps de parcours, hausse des sillons, ouverture tardive à la vente, travaux de nuit, sillons non garantis, … l’impact est d’environ 150 millions.

   Concernant les impôts et taxes, l’exemple de la Taxe sur les Revenus des Entreprises Ferroviaires (TREF), qui ne concerne que la SNCF, est éloquent. A travers la loi de finances 2012, le Parlement a modifié l’article consacré au compte d’affectation spéciale des «Services nationaux de transport conventionnés de voyageurs ». L’encadrement des taux de la TREF était compris entre 5 et 20% ; ce sera dorénavant entre 15 et 35%, et le plafond est relevé de 75 millions d’€ à 155 millions. Cette taxe sert … à financer les Trains d’Equilibre du Territoire (TET) dont l’Etat est devenu l’Autorité Organisatrice. En résumé, pour payer à la SNCF ce qu’il doit dans le cadre de la convention signée fin 2010, l’Etat … ponctionne plus fortement la SNCF. Ce tour de passe-passe n’est pas une surprise : c’est une des raisons qui a amené SUD-Rail à refuser de valider cette convention. L’autre ressource des TET, la taxe sur les sociétés d’autoroutes, n’a pas été modifiée par le gouvernement…

   La SNCF (EPIC) devrait payer 927 millions d'impôts et taxes en 2012, soit une augmentation de 26 % depuis 2008.

   Le budget de l’entreprise prévoit un nouveau don à l’Etat, à hauteur de 230 millions. Ces 5 dernières années, la SNCF s’est ainsi délestée de 614 millions d’€, au titre de « dividendes » qui n’ont aucune réalité juridique s’agissant d’un Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial. C’est ainsi que la « dette » augmente !    

 Le 28 décembre 2011

Repost 0
Published by le bureau syndical - dans solidaires