7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 10:09

Le mercredi 5 juin 2013, en sortant d’un magasin de vêtements, près de la gare Saint-Lazare, notre camarade Clément, syndicaliste à Solidaires Etudiant-e-s et militant à l’Action Antifasciste Paris-Banlieue a été battu à mort par des membres de l’extrême droite. La mort de notre camarade s’inscrit dans le contexte de la progression d’un mouvement fasciste violent en France et ailleurs en Europe.

Sa perte nous accable. Notre douleur et notre colère sont aggravées par la certitude que

nombreux militant-e-s antifacistes, personnes exposées à l’homophobie et/ou au racisme,

auraient pu et peuvent encore en être victimes.

Aujourd’hui, toutes nos pensées vont à sa famille et à ses proches et à ses camarades de

Solidaires Etudiant-e-s à qui nous exprimons toute notre solidarité.

Cet acte odieux est inséparable de la multiplication des agressions racistes, homophobes par des militants d’extrême droite ces derniers mois. L’installation d’un climat de haine est entretenu par des discours politiques stigmatisant qui ne sont pas l’exclusivité du Front national et des groupuscules fascistes.

Au-delà des suites policières et judiciaires, l’heure est au renforcement de la mobilisation

antifasciste. Les organisations ci-après : Solidaires, UD CGT, FSU , UCIJ RESF, LDH, Planning Familial, Alternative Libertaire, Parti communiste, Parti de Gauche, Nouveau Parti Anticapitaliste, M'PEP, Europe écologie les Verts, ainsi que toutes celles et ceux qui condamnent cet acte odieux appellent à un rassemblement

Mardi 11 juin à 18h devant la Préfecture d’ Alençon.

A cette occasion, nous proposons que chaque participant porte un brassard noir.

Merci de faire passer de ce message dans tous vos réseaux.

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 15:06
Mouvement

Sur 378 participant-es, 192 obtiennent un poste (50,79%), 112 retrouvent leur poste et 74 se retrouvent sans postes à l'issue de la phase principale.

Le DASEN reste inflexible quant à la demande des 3 syndicats d'avancer la date de la phase d'ajustement prévue le 12 juillet 2013.

La seconde liste des postes réservés pour les professeurs stagiaires est en cours de finalisation, elle devrait nous être transmise rapidement (postes d'adjoint-es restés vacants à l'issu de la phase principale).

Disponibilités de droit

Trois nouvelles demandes accordées.

Détachements

Deux collègues obtiennent leur détachement pour l’Inde et les États-Unis, deux autres sont en attente de visa.

Dispositif plus de maîtres que de classes

Cette information doit être validée en comité technique, cependant la liste nous est fournie :
Tinchebray, Gacé, Alençon point du jour, Trun et Condé sur Huisne.

Passage à la hors classe

18 PE passent à la hors classe.

Congé de formation

8 collègues demandent à partir en formation, 3 ont été retenus selon les critères suivants :

  • investissement dans le premier degré

  • réinvestissement au sein de l'éducation nationale

  • rester au service de l'état

  • demander une formation diplômante

Temps partiels

Tous les 80% de droit sont acceptés cette année, même pour une première demande.

Cependant les collègues seront reçu-es pour un entretien le 12 juin si leur poste est dit « incompatible » avec un temps partiel (ASH, direction, brigade). Un poste par délégation leur sera alors proposé pour l'année s'ils ou elles souhaitent maintenir leur demande de temps partiel.

Journées de pré-rentrée

Elles pourront se faire avant la rentrée si toute l'équipe enseignante est d'accord.

Inéats-Exéats

Suite à l'intervention d'un syndicat (autre que SUD éducation) au niveau national, 208 collègues obtiennent leur ineat-exeat à titre exceptionnel sur la France. Une Ornaise est concernée par ce dispositif, elle part dans les Pyrénées.

Ce dispositif va perturber la mutation au niveau académique. En effet 5 collègues arrivent dans le Calvados venant de départements éloignés. Celui-ci ne va donc pas pouvoir accueillir les dix Ornais comme cela avait été annoncé suite au groupe de travail sur le mouvement académique, surtout que le Calvados est excédentaire d'une quarantaine de postes, une vingtaine pour la Manche. L'Orne étant à l'équilibre.

Les DASEN de Basse Normandie vont se réunir lundi prochain pour voir quelle est leur marge de manœuvre.

Les listes d'ineats et d'exeats acceptés devraient nous être données rapidement.

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 11:13

Le mercredi 5 juin 2013, en sortant d’un magasin de vêtements, près de la gare Saint-Lazare, notre camarade Clément, syndicaliste à Solidaires Etudiant-e-s et militant antifasciste a été battu à mort par des membres de l’extrême droite radicale. La mort de notre camarade s’inscrit dans le contexte de la progression d’un mouvement fasciste violent en France et ailleurs en Europe. Clément est décédé des suites de ses blessures, dans la nuit, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Sa perte nous accable et notre douleur est encore aggravée par la certitude que nombreux et nombreuses sont celles et ceux qui, militant-e-s antifacistes, personnes exposées à l’homophobie et/ou au racisme, auraient pu et peuvent encore en être victimes.

Aujourd’hui, toutes nos pensées vont à sa famille et à ses proches à qui nous exprimons toute notre solidarité.

Solidaires Étudiant-e-s SciencesPo

La fédération SUD éducation s’associe à ce communiqué de Solidaires étudiant-es, appelle au rassemblement de ce jeudi 6 juin, et exprime sa solidarité à ses camarades du syndicat, mais d’abord à sa famille, à ses proches.

A la mémoire de notre camarade et ami Clément tué hier soir par des fascistes, rendez vous à 17h - aujourd’hui jeudi 6 juin - au passage du havre, Métro Havre Caumartin 75009.

Et

Jeudi 6 juin à 19h place de la Résistance à Caen

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 06:30

Monsieur le Président du Conseil Général de l’Orne,
Les salarié-es de l’ADSEAO venu-es manifester devant le Conseil Général de l’Orne le jeudi 30 mai, contre la fermeture d’un service expérimental (SEMO), ont été victimes de violences inacceptables de la part des vigiles chargés de la sécurité du Conseil Général.
Notre Fédération SUD Santé Sociaux condamne ces agressions disproportionnées contre des salarié-es qui manifestaient pacifiquement et qui souhaitaient simplement un rendez-vous avec vos services.
L’objet de cette rencontre était de défendre un service d’actions éducatives renforcées en milieu ouvert dont le bilan positif n’est plus à démontrer et avait fait l’objet d’une évaluaton en partenariat avec vos services.
Nous constatons que la rigueur budgétaire frappe comme dans d’autres départements les politiques d’Aide Sociale à l’Enfance dont vous avez en tant que Conseil Général la charge et la responsabilité. Ce sont les politiques de prévention spécialisée, les alternatives aux placements et à l’enfermement de la jeunesse en danger qui font les frais des politiques d’austérité.
La Fédération SUD Santé Sociaux vous demande de prendre vos dispositions afin que plus une violence ne soit exercée contre un mouvement social légitime et pacifique, de recevoir les salarié-es de l’ADSEA de l’Orne et leurs employeurs associatifs afin de trouver des solutions qui répondent aux besoins des familles et des jeunes, de permettre la poursuite d’une expérience novatrice respectant vos engagements antérieurs et sans licenciements.
Comme le rappellent les salarié-es de l’ADSEAO dans leur dernière lettre ouverte : « Au-delà de la fermeture de ce dispositif, qui pour rappel intervient pour l’ADSEAO après la fermeture de la Prévention Spécialisée et des enquêtes sociales, c’est l’ensemble du travail social qui est touché. »…
La Fédération SUD Santé Sociaux sera au côté des travailleuses et travailleurs sociaux de l’Orne pour défendre l’ensemble des missions de services publics et d’Aide Sociale à l’Enfance s’inscrivant dans l’esprit de l’ordonnance de 45, donnant la priorité à la prévention au service des familles et des jeunes en grandes difficultés économiques et sociales.
La Fédération SUD Santé Sociaux mettra tout en œuvre pour soutenir les salarié-es en lute de l’ADSEAO, y compris dans leurs recours juridiques éventuels contre les vigiles agresseurs…
Recevez Monsieur le Président nos salutations syndicalistes.
La secrétaire générale Fédération Sud Santé Sociaux

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 07:56

La retraite complémentaire représente environ 1/3 de la pension des salarié-es concerné-es et s’élève en principe à 25 % du salaire. Elle diffère sur le fond de la retraite de base. En effet, chaque année, les cotisations versées permettent « d’acheter » un certain nombre de points ; les points acquis cumulés sont « vendus » et se transforment en montant de la pension lors du départ en retraite. Chaque salarié-e a l’illusion de capitaliser tout au long de sa vie. En fait, la pension dépend de décisions politiques déterminant le prix d’achat et de vente du point, et même la part des cotisations permettant l’achat des points… qui font chuter rapidement la pension.


La retraite de base attribue une pension connue à l’avance, déterminée par le salaire et la durée de cotisation. La retraite complémentaire, le système par points, fixe les taux de cotisation et au travers de règles de calculs compliqués la pension d’un montant impossible de connaître à l’avance.

Ce modèle de système par points, que certains voudraient appliquer au calcul de l’ensemble de la pension, montre une baisse des pensions et d
es inégalités amplifiées.

ARTICLE COMPLET :

http://www.solidaires.org/IMG/pdf/Fiche_5_retraites_complementaires.pdf

Retraites complémentaires
Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 15:40

C'est une première cette année, l'administration a bien voulu créer ce groupe de travail pour vérifier les barèmes des enseignant-es participant au mouvement du premier degré.

Nous remercions les nombreux et nombreuses collègues qui nous ont transmis leur fiche de suivi, ce qui nous a permis de vérifier des erreurs ou des oublis éventuels.

Vous pouvez nous contacter par mail ou sur Facebook pour avoir plus de détails vous concernant.

Enfin, ce devrait être jeudi qu'une proposition d'affectation sera faite via I-prof. Attention, il faut attendre la CAPD du 6 juin pour avoir confirmation. Des erreurs peuvent encore être découvertes et des chaînes peuvent alors modifier les résultats.

D'autres informations :

Le Dasen attend le CDEN pour dire quelles écoles sont retenues pour le dispositif plus de maitres que de classes.

Si un-e titulaire de l'école concernée souhaite être délégué-e pour ce poste, il ou elle sera prioritaire, laissant un poste disponible pour un-e professeur-e stagiaire.

La formation des directeurs et des directrices inscrit-es sur liste d'aptitude, obtenant un poste de directeur ou de directrice au mouvement, se fera au mois de juin. Il en est de même pour les départs en formation CAPASH.

Lilie Lebougre, représentante du personnel en CAPD pour Sud education

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 08:48

La Cour des comptes a rendu public le 22 mai le rapport « Gérer les enseignants autrement ». Elle recommande des remises en cause graves des statuts, conditions de travail, modes de ré-munération et d’affectation des enseignant-e-s du 1er et du 2nd degrés.

V. Peillon a réagi : il a exprimé des désaccords uniquement sur l’analyse des moyens de l’Éducation nationale. Sur le reste (statuts, salaires, temps de travail, affecta tions), il a rappelé « l’ouverture de discussions à l’automne prochain » sans prendre aucune distance avec les recommandations de ce rapport.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 12:33
Communiqué de la fédération SUD éducation
jeudi 16 mai 2013

 

 

« Stimuler l’esprit d’entreprise dans notre pays, c’est d’abord le rôle de l’école ». « Il sera prévu de la sixième à la terminale un programme sur l’entrepreneuriat ». Voilà ce qu’a déclaré François Hollande à l’Elysée lundi 29 avril 2013 devant un parterre de patrons, qui s’est levé pour l’acclamer à l’issue de son allocution de clôture des Assises de l’Entrepreneuriat.

Un discours entrepreneurial

« Stimuler l’esprit d’entreprise dans notre pays, c’est d’abord le rôle de l’école ». « Il sera prévu de la sixième à la terminale un programme sur l’entrepreneuriat ». Voilà ce qu’a déclaré François Hollande à l’Elysée lundi 29 avril 2013 devant un parterre de patrons, qui s’est levé pour l’acclamer à l’issue de son allocution de clôture des Assises de l’Entrepreneuriat.

Dès son discours de la Sorbonne le 9 octobre 2012 pour la remise du rapport de la pseudo-concertation, le chef de l’État clamait que l’école de son quinquennat serait celle du redressement économique, reprenant ainsi à son compte le crédo néo-libéral de ses prédécesseurs, qui n’ont eu de cesse de chercher à soumettre l’école au monde de l’entreprise.

Vincent Peillon ne disait pas autre chose dans son entretien aux Echos le 3 octobre 2012 : « Il faut faire découvrir l’entreprise et les métiers dès la sixième et cela jusqu’à l’université. » « Je veux que l’on puisse ajuster les préoccupations des entreprises et les nôtres pour donner la meilleure formation possible et la plus utile aux jeunes. L’éducation nationale est capable de changer le contenu de ses diplômes et de ses formations pour répondre rapidement aux besoins de l’économie et des entreprises ; elle est mobile. La co-éducation, c’est aussi cela. »

Une politique patronale

Il ne s’agit pas uniquement de discours. La politique éducative du gouvernement s’inscrit pleinement dans cette orientation idéologique : alignement de la carte de formation professionnelle sur les besoins conjoncturels des « bassins d’emploi » via la régionalisation, refus de modifier l’alternance des rythmes entre vacances et périodes travaillées des différentes zones pour ne pas chagriner le lobby des sports d’hiver, mise à disposition des établissements pour des entreprises privées, contact précoce des élèves avec « l’esprit d’entreprise » et la notion de compétitivité…

Le tout s’inscrit dans le développement de l’école des compétences, qui assigne au système éducatif l’objectif de former des travailleurs/euses flexibles, adaptables, traçables, individualisés, en concurrence les un-e-s avec les autres, sans organisation ni protection collective. C’est le sens du Livret Personnel de Compétences, qui tend à remplacer les diplômes nationaux, reconnus dans des conventions collectives, par le contrôle continu, ce qui en fait un livret ouvrier des temps modernes.

Vincent Peillon a confirmé le 22 avril l’instauration d’un « enseignement moral et civique » d’une heure par semaine en primaire et au collège et d’une demi-heure au lycée. Il se voulait rassurant en affirmant qu’il ne s’agirait pas d’« une morale d’État ». Ce qu’il n’avait pas dit alors, c’est que ce serait une morale d’entreprise…

Les valeurs portées par SUD Éducation sont à l’opposé de celles de l’école capitaliste, où le culte des évalua-tions, les indicateurs, les contrats d’objectif, le management, le mérite et l’individualisme priment sur l’éducatif et l’émancipation. Nous estimons bien au contraire qu’il faut promouvoir les pratiques et valeurs coopératives d’entraide, entre collègues et entre élèves, pour construire une autre école dans une autre société, égalitaire et émancipatrice.

Nous refusons et refuserons toujours de traiter les élèves et les étudiant-es comme de la chair à patron.

Pour SUD Éducation, résolument, l’École n’est pas une entreprise, l’Éducation n’est pas une marchandise !

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 16:47

Droit de vote
pour toutes les personnes étrangères
dès les municipales
de 2014 !

Depuis 1998, les personnes étrangères citoyennes des pays de l’Union Européenne résidant en France, ont le droit de vote et le droit d'être élues pour les élections municipales et au Parlement européen.
En mai 2000, l’Assemblée nationale a voté une proposition de loi accordant le droit de vote et ’éligibilité aux élections municipales pour les personnes étrangères extra-communautaires, qui résident légalement sur le territoire depuis cinq ans au moins. Le Sénat, à son tour, le 8 décembre 2011, a adopté cette même proposition. Il reste à mettre en œuvre la révision constitutionnelle nécessaire.
Près de deux millions et demi de personnes étrangères extra-communautaires vivent et travaillent dans des communes où elles participent à la vie locale et paient des impôts. Nombre d’entre elles sont responsables d’associations, représentantes de parents d’élèves, déléguées syndicales…
La vie locale est un lieu essentiel de la vie sociale et politique et il n’existe aucune raison pour que toutes celles et tous ceux qui résident sur ces territoires n’y participent pas de façon égale.
Cette réforme était au programme du PS aux présidentielles de 2012. Ces reculs ne peuvent malheureusement que favoriser les discours racistes et xénophobes. Les promesses électorales faites depuis plus de trente ans doivent être tenues !
Droit de vote et d'éligibilité pour nos concitoyen-es, dès les municipales de 2014.
Cet impératif d'égalité et de démocratie est urgent!
Dans le cadre de la campagne unitaire nationale « Droit de vote 2014 »
Soirée débat
salle Baudelaire à Alençon
Vendredi 7 juin à 20h30
avec Olivier Lecour Grandmaison
historien, spécialiste de la question coloniale et républicaine
un des initiateurs de la campagne « J'y
suis, j'y reste »
Avec le soutien de : APE, CIMADE, ASTI de Flers, Collectif droits des femmes, FSU,
Solidaires, AL, NPA, PCF, EELV

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 12:53

Pour le réemploi et la titularisation de toutes et tous les précaires Le mercredi 5 juin 2013 : mobilisons-nous !

Le mercredi 5 juin, la Fédération SUD éducation appelle tous les collègues non titulaires, titulaires, enseignants, non enseignants à se mobiliser collectivement et à se rassembler devant les rectorats de toutes les académies de France.

Des délégations demanderont à être reçues ce jour pour évoquer auprès des recteurs les conditions de travail alarmantes des personnels non titulaires et peser sur les renouvellements de ces derniers. Dans l’Éducation nationale et plus largement dans la fonction publique, même si le gouvernement a changé, le nombre de précaires ne cesse d’augmenter encore et encore.

Dans l'Orne, rassemblement à 14h30 le 5 juin devant la Cité administrative !

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61