5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 08:51
TOURISME • Calendrierscolère

V. Peillon, ministre de la neige, vient encore de démontrer que l’intérêt des enfants est sa priorité en publiant les calendriers scolaires des 3 années à venir.

Ils programment jusqu’à 11 semaines de classes consécutives et une prérentrée fin août, avec en plus le maintien de l’obligation d’une 2e journée de prérentrée. SUD éducation s’oppose à ces calendriers inacceptables et appelle dans un premier temps à signer massivement la pétition intersyndicale : www.pasdeprerentreeenaout.net

Repost 0
Published by SUD 61
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 19:40

Depuis le début de l'année scolaire, dans notre département, 2 collectifs de parents se sont créés pour défendre 2 enseignantes qui subissent une mesure de suspension de fonction.

L'un des 2 collectifs a créé un blog et mis en ligne une pétition.

http://comitedesoutienpourcorinne.over-blog.com/

http://comitedesoutienpourcorinne.over-blog.com/2014/01/combien-d-istitutrices-vont-%C3%AAtre-suspendues.html

Cette collègue est convoquée à un conseil de discipline le 14 février à 9H00.

Nous vous invitons à aller voir ce blog, il retrace notamment l'historique des faits, vous vous rendrez rapidement compte que c'est la liberté des enseignant-es qui est clairement attaquée.

SUD Éducation suit de très près ces 2 affaires et apporte tout son soutien aux 2 collègues ainsi attaquées et à toutes les personnes qui les soutiennent.

Repost 0
Published by SUD 61
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 16:05

SUD éducation vous invite à faire le point sur ce que le Ministre propose comme « réformes » de nos métiers (PE, directrices et directeurs, RASED, psychologues, conseillers pédagogiques...), sur nos conditions de travail, l'offensive des milieux intégristes contre l'Ecole et nous vous donnerons les informations disponibles sur le mouvement.

A vos agendas !

  • Mercredi 2 avril 9h : Aube (Ecole)

  • Mercredi 2 avril 9h : Argentan (École Jean de la Fontaine)

  • Mercredi 2 avril 9h : Mortagne (École A. Briand)

  • Jeudi 3 avril 17h : Bellême (École primaire)

  • Mardi 8 avril 17h : Flers (Ecole Sévigné Paul Bert)

  • Mercredi 16 avril : Alençon (Ecole Emile Dupont)

L'entrée est libre et ouverte à tous les personnels de l'Education Nationale, syndiqués ou non-syndiqués.Vous pouvez assister à la réunion de votre choix, quel que soit votre lieu de travail.

N'oubliez pas d'avertir votre IEN de votre participation à cette réunion si vous voulez ne pas assister à 3 heures d'animation pédagogique, de concertation ou de journée de solidarité d'ici la fin de l'année scolaire. Si vous travaillez le mercredi, vous pouvez demander une autorisation d'absence à votre IEN.

Nom Prénom date

PE adjoint-e

école de ..........

à M l'IEN

s/c M (Mme) le Directeur (la Directrice)

objet : réunion d'information syndicale

Conformément au Décret 82-447 du 28 mai 1982, j'ai l'honneur de vous informer que je participerai à une réunion d'information syndicale le NN avril 2014 à 9h (17h) à ville à l'invitation de SUD éducation.

En conséquence, je défalquerai 3h des heures de service que je dois effectuer hors de la présence des élèves de la manière suivante : (préciser)

signature

Repost 0
Published by SUD 61 - dans RIS
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 15:19
I Déclarations préalables de la FSU et de SUD éducation

(la déclaration de SUD est à lire ici :

http://sud61.over-blog.com/2014/01/d%C3%A9claration-liminaire-au-chsct-de-l-orne.html)

II La réforme des rythmes, quelle incidence sur la santé et les conditions de travail des personnels.

En 2013-2014, 23 écoles appliquent la réforme, il reste 171 écoles.

Pour l'instant, l'IA a validé 99 projets et en examine 72.

Quelques questions ont été posées :

combien d'écoles privées proposent d'appliquer la réforme ? 0

combien d'écoles ont demandé une dérogation pour que la 9ème 1/2 journée ait lieu le samedi matin ? 0

Comment s'organiseront les emplois du temps des brigades et personnels intervenant sur plusieurs écoles ? le Ministère est en train de rédiger un texte sur ce sujet.

A quels moments auront lieu les animations pédagogiques ? rien n'est arrêté, mais il est vraisemblable, sauf nécessité, qu'elles n'auront pas lieu le mercredi après-midi

Les collègues bénéficiant d'un stage de formation de 4 jours (du lundi au vendredi) n'auront pas à retourner dans leur école le mercredi.

Toute personne dépendant de l'Education Nationale doit faire une demande de cumul d'emploi pour pouvoir être employée (et rémunérée). par une collectivité locale sur le temps d'activités péri-éducatives. Cette demande n'est pas nécessaire en cas de travail bénévole !

Le DASEN demande aux collectivités que le rôle de coordonnateur des TAP soit dévolu à un personnel de la collectivité territoriale, pas un personnel de l'Education Nationale.

La question de la possible confusion des temps scolaires et péri-scolaires fait l'objet d'information des directrices et directeurs par les IEN.

Le DASEN a expliqué les raisons des avis négatifs de certains conseils d'écoles.

La FSU a proposé des avis au CHSCT. SUD éducation a voté pour 5 des 7 avis, s'est abstenu sur l'un d'entre eux et n'a pas pris part au vote sur le 7ème. Le DASEN a un mois pour répondre aux avis émis par le CHSCT, avis qui visent à prévenir les risques liés à la mise en place de la réforme des rythmes. Risques depuis le début dénoncés par SUD éducation et qui justifient notre opposition au décret et les appels à la grève pour s'y opposer.

III Visites d'établissements

Le CHSCT a ensuite débattu des thématiques liées aux prochaines visites d'établissements scolaires par des délégation du CHSCT. Deux établissements recevront la visite d'une délégation, une école primaire sur la question des rythmes, un collège sur la question des travaux. A chaque fois pour enquêter sur l'incidence sur la santé et les conditions de travail.

Ces visites auront lieu avant les vacances de printemps.

IV questions diverses

Deux questions diverses, posées par SUD éducation, ont terminé la réunion :

à une demande d'effectuer des mesures de radon dans les établissements scolaires, il a été répondu que l'Orne, contrairement au Calvados, ne fait pas partie des 39 départements où ces mesures s'imposent aux établissements publics.

Concernant le suicide d'un collègue au 1er trimestre, il a été répondu qu'il s'agissait d'une question exclusivement d'ordre privé.

Repost 0
Published by SUD 61
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 13:43

Le plan annuel de prévention de la DSDEN de l'Orne mentionne explicitement la prévention des risques psycho-sociaux comme une des priorités en matière de santé des personnels.

Notre déclaration vise à pointer un facteur de risque qui nous inquiète.

En effet, de plus en plus de collègues sollicitent les organisations syndicales pour les accompagner lors d'une convocation chez l'IEN ou le DASEN. Des collègues se retrouvent retiré-es de leur classe, « suspendu-es de leurs fonctions ». Cette pratique, qui tend à se banaliser laisse de profondes blessures aux collègues qui la subissent et met l'ensemble des enseignant-es qui travaillent à leurs côtés dans une situation d'incertitude, d'angoisse, avec souvent un fort sentiment d'injustice.

Cette suspension de fonction, présentée comme une mesure conservatoire, « permet, dans l'attente d'un jugement pénal ou du prononcé d'une sanction à son encontre, d'écarter l'agent du service, s'il a commis une faute grave ou une infraction pénale de droit commun. »

L'agent n'a souvent aucune idée de la faute grave qu'il aurait pu commettre, faute qui ne lui a pas été signifiée expressément.

Cette suspension de fonction étant une mesure administrative et non disciplinaire, elle est très facile à mettre en œuvre par l'administration, et l'agent qui la subit n'a pas moyen de se défendre.

Nous trouvons que cette pratique est un facteur de risques psycho-sociaux, car elle rompt le dialogue entre l'enseignant et sa hiérarchie. Elle arrive trop souvent de façon abrupte, sans que l'enseignant s'y attende, et elle ne s'accompagne d'aucune aide aux personnes concernées.

La formation, la discussion, l'échange et le respect mutuel devraient être les garants du fonctionnement de notre institution. Si ces valeurs sont remplacées par la peur et la crainte d'une sanction, alors nous craignons le développement de la souffrance au travail pour les personnels.

Suite au groupe de travail de la CAPD de mardi dernier, nous voulons également noter un facteur de risque dû l'administration, le fait de ne pas remplacer les représentant-es du personnel. Leur non-remplacement génère du travail supplémentaire pour leurs collègues et peut engendrer de l'animosité envers les délégué-es du personnel. En attendant les nécessaires créations de postes de brigade, nous demandons que les moyens de remplacement soient utilisés prioritairement pour remplacer les délégué-es du personnel appelé-es à siéger dans les instances.

A noter que cette déclaration a recueilli comme seule réponse : "veuillez transmettre votre déclaration pour qu'elle soit jointe au PV de la réunion."

Repost 0
Published by SUD 61
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 17:40

Ce groupe de travail concernait les permutations informatisées des enseignant-es du premier degré.

Quelques statistiques :

Il y a 164 demandes de mutations contre 172 l'an dernier, dont 88 pour rapprochement de conjoint.

Cette année deux nouveautés :

- 80 points accordés pour le premier vœux si l'académie demandée n'est pas limitrophe.

- 100 points pour les personnes reconnues par la MDPH (non cumulable avec les 800 points habituels).

Contactez-nous pour savoir votre barème et votre rang !

Questions diverses :

- Deux enseignantes ont été suspendues à titre conservatoire dans la circonscription de Mortagne, dont l'une va subir un conseil de discipline.

Nous suivons ces collègues et nous leur apportons notre soutien.

- Les brigades qui effectueraient des journées de plus de 6 heures peuvent demander à rattraper leurs heures par une demande d'autorisation d'absence.

- Les collègues qui travaillent le mercredi peuvent demander une autorisation d'absence pour assister à une Réunion d'Information Syndicale qui se déroulerait à ce même moment.

Lilie Lebougre, votre élue en CAPD pour Sud éducation

Repost 0
Published by SUD 61
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 16:58

Pour une école ouverte et émancipatrice !


La mobilisation des réseaux fascistes et réactionnaires se poursuit, et l'école est désormais une de leur cible. Ils s'attaquent frontalement aux programmes de lutte contre les stéréotypes de genre, et contre les discriminations sexistes et homophobes, proposés dans les établissements scolaires.

Sur les réseaux sociaux, et à travers l'envoi de textos et la distribution locale de tracts, les parents d'élèves ont été invités la semaine dernière à ne pas envoyer leurs enfants à l'école ce lundi 27 janvier en région parisienne pour protester « contre la théorie du genre » ainsi qu'une prétendu « éducation sexuelle prévue à la maternelle à la rentrée 2014 avec démonstration ».

Sur la forme, cette opération a été lancée par le site "Journée de retrait des enfants de l'école", tenue notamment par Farida Belghoul, proche du groupe d'extrême-droite Egalité et Réconciliation d'Alain Soral. Cette même Farida Belghoul a elle même depuis longtemps retiré ses enfants de l'école et prône la scolarisation à domicile. De son côté la Manif pour Tous organise des comités "vigi-gender" un peu partout en France, visant à mobiliser les parents et à mettre la pression sur les équipes pédagogiques. Tous ces groupes se sont retrouvés dimanche 26 janvier à la manifestation d'extrême-droite à Paris.

Sur le fond il faut démystifier le propos : il n'est évidemment pas question de démonstration d'éducation sexuelle à la maternelle, c'est tout simplement mensonger ! Et la question du genre n'est pas une théorie. Le genre signifie « le sexe social », c'est à dire la façon dont une société assigne des comportements et des rôles aux filles et aux garçons en fonction de leur sexe. L'objectif de cette offensive est de chercher à limiter l'enseignement aux « outils de bases » (lire, écrire, compter), comme le souhaite une partie du patronat, et à empêcher toute réflexion et émancipation par l'échange et la connaissance. Car pour l'extrême-droite la vision des sexes est basée sur l'inégalité assumée entre femmes (cantonnée à la sphère privée, au travail domestique, aux enfants...) et hommes (qui travaillent, décident de tout...).

Sud Éducation dénonce ces tentatives de l’extrême-droite de mettre la main sur l'école publique. Nous rappelons avec force la pertinence des études de genre pour comprendre, et combattre, les stéréotypes et discriminations sexistes qui aliènent les individus. Nous soutenons toutes les initiatives visant à combattre les LGBTphobies.

Nous lutterons avec la plus grande détermination contre la propagation de tous les discours véhiculant des partis pris sexistes et homophobes. L'école est et doit rester un lieu d'émancipation de toutes les formes de haines et de discriminations. Nous nous battons pour une école publique qui permette à toutes et à tous d'apprendre ensemble, de réfléchir et d'élaborer un esprit critique.

Organisons la riposte par les mots et par l'action !

Repost 0
Published by SUD 61
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 06:41

Ni priorité à l’éducation, ni priorité au primaire, ni priorité au prioritaire leur seule priorité c’est l’austérité

Publié le dimanche 26 janvier 2014 sur http://www.sudeducation.org/DHG-le-choc-de-verite-pour-la.html

Dans le 1er degré, les annonces précises des mesures de carte scolaire – d’ouvertures et de fermetures de classes dans les écoles – ont été repoussées après les municipales. Pourtant ce retard a des conséquences négatives pour les personnels, car le mouvement étant différé, les opérations devront se faire de manière resserrée, ce qui impliquera une augmentation de la charge de travail pour les personnels administratifs et une impossibilité d’anticiper pour les personnels enseignants. Mais tout cela est négligeable : quand on affiche une priorité au primaire, il vaut mieux éviter d’avoir à assumer les effets concrets de l’austérité gouvernementale à quelques semaines d’un scrutin électoral...

Dans le secondaire, repousser la préparation de la prochaine rentrée aurait posé beaucoup trop de problèmes d’organisation. Ainsi, les grands discours sur la « priorité à l’éducation » se heurtent dès aujourd’hui au mur de la réalité avec la publication des Dotations Horaires Globales (DHG) des établissements (les DHG constituent les moyens horaires, et donc humains, avec lesquels les bahuts doivent tourner).

La priorité à l’éducation prioritaire annoncée à grand renfort de communication par V. Peillon donne lieu en particulier à un contrecoup terrible dans les établissements.

Partout sur le terrain, les chiffres annoncés confirment que le budget est insuffisant, les créations de postes très inférieures aux besoins, la « refondation » un effet de communication.

L’essentiel des créations de postes est en effet absorbé par la formation initiale et le rétablissement d’une année de stage après le concours. Ces créations ne permettent pas de compenser la hausse de la démographie scolaire.

Les situations d’apprentissage ne vont pas s’améliorer pour les élèves, les conditions de travail pour les personnels non plus ; les effectifs des classes et des groupes ne vont pas diminuer. Bien souvent, c’est même le contraire qui va se produire.

Dans le cadre de « l’autonomie des établissements », cette pénurie risque d’accentuer les divisions et la concurrence entre les matières et entre les collègues, pour grappiller ici un dédoublement, là un groupe réduit, ailleurs des horaires suffisants.

Il faut refuser cette division organisée et se rassembler pour exiger partout des moyens à la hauteur des besoins. Cela suppose un autre budget pour l’éducation nationale, et donc la lutte contre l’austérité imposée aux salarié-e-s et aux services publics, contre les cadeaux aux patrons et aux actionnaires, pour une autre répartition et une autre utilisation des richesses !

Déjà, des mobilisations prennent forme. En région parisienne, des établissements sont en grève, des AG sont organisées, des perspectives se construisent. Le mouvement, naissant, est en cours d’extension.

La fédération SUD éducation apporte son soutien à toutes ces mobilisations et appelle à les multiplier. Imposons par nos luttes :
  • Des moyens pour satisfaire les besoins
  • La réduction des effectifs/classe et la définition de plafonds nationaux pour le nombre d’élèves par classe
  • Des dédoublements systématiques
  • La titularisation de tou-te-s les précaires et des recrutements de titulaires à la hauteur des nécessités pour toutes les catégories de personnel

Fédération SUD Éducation

17, Bld de la Libération, 93200 St Denis

Tél. : 01 42 43 90 09

Fax : 09 85 94 77 60

Mél : fede@sudeducation.org

Site : www.sudeducation.org

Repost 0
Published by SUD 61
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 08:52
SUD éducation organise un stage de formation ouvert à tous et à toutes

Santé, sécurité, conditions de travail
Quels sont nos droits ? Comment les faire respecter ?
vendredi 11 avril 2014 à Argent
an


Même si la plupart du temps, tout se passe bien au travail, l'actualité départementale nous montre que cela peut basculer et qu'on peut se retrouver dans une situation difficile du fait d'élèves, de parents, de supérieurs, d'élus...
Qu'est ce que le cahier hygiène et sécurité ? Qu'est-ce que le document unique ? Quand et comment se faire accompagner en cas de convocation ? Comment exercer son droit de retrait ? Quand peut-on parler de harcèlement ? Quel est le rôle de la médecine de prévention ?
L'administration vous forme peu, voire pas du tout, sur ces questions. Deux collègues de SUD éducation, enseignants dans le Calvados, animent des stages dans toute la France sur ces questions depuis plusieurs années.Il et elle seront présent-es à Argentan le 11 avril pour vous informer sur ces sujets et répondre à vos questions.

La participation au stage n'entraîne aucune retenue de salaire. Vous devez déposer votre autorisation d'absence de droit par voie hiérarchique avant le 11 mars.

Comment vous inscrire :

1) nous prévenir : soit par mail : sudeducation61@wanadoo.fr soit par téléphone : 06 83 70 38 48
2) recopiez et envoyez le courrier ci-dessous, soit au Recteur (personnels du 2nd degré), soit à l'IA (personnels du premier degré) avant le 11mars

« Lieu », le ..................................

Mme/M. le recteur
s/c du chef d’établissement/

Ou

s/c de M. ou Mme L'Inspecteur ou l'Inspectrice de l’Éducation Nationale

s/c M. ou Mme le directeur/la directrice (si vous enseignez dans une école)

Mme/M. l’inspecteur d’académie

Mme/M …… (Prénom, NOM, fonction, affectation) demande à bénéficier d’un congé pour formation syndicale d’un jour , en application de la loi n° 82-997 du 23 novembre 1982 et du décret n° 84-474 du 15 juin 1984, en vue de participer au stage de formation « Santé, sécurité, conditions de travail», qui se déroulera le 11 avril 2014, à Argentan, stage déclaré sous l’égide du CEFI-Solidaires (144 Bd de la Villette 75019 PARIS).

Signature :

Repost 0
Published by SUD 61
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 17:57
  1. Déclarations :

    Chaque syndicat a fait une déclaration. Celle de SUD éducation a déjà été publiée sur notre blog.

http://sud61.over-blog.com/2014/01/d%C3%A9claration-liminaire-cta-du-20-janvier-2014.html

Réponse du secrétaire Général aux critiques de SUD (également formulées par l' UNSA) : le CTA de janvier prend connaissance des attributions de postes et des DHG mais donne son avis sur les suppressions et créations de postes au suivant (31 mars).

II) répartition des emplois dans le 1er degré :

Globalement le Recteur dit que c'est une année assez difficile mais le classement en académie rurale permet de sauvegarder des postes (30 dans le 1er degré) sinon c'était la catastrophe.

Le Ministère dote notre académie de 2 postes supplémentaires. Le Recteur décide d'affecter 2 postes au Calvados ( car c'est dans ce département qu'il y a le moins de perte d'élèves), 0 à la Manche et 0 à l'Orne. Les syndicats ne sont pas consultés sur cette répartition.

Les syndicats font remarquer que la dotation est bien faible au regard des besoins. Le Recteur reconnaît qu'il y a beaucoup à réparer, mais que tout ne peut pas être fait en si peu de temps, il y a un phasage des opérations, il faut regarder dans la durée.

A une question spécifique sur les RASED, le Recteur annonce que les discussions au niveau national ne sont pas terminées, que rien n'est figé. Traduisons en clair : on continue à ne rien faire pour restaurer les RASED !

Sur le report des instances consultatives en raison des élections municipales et de l'incidence sur les personnels, le secrétaire général répond que c'est ce qui se fait à chaque fois et que cela ne perturbera pas trop le mouvement (quel euphémisme : dans l'Orne par exemple, la deuxième phase du mouvement est reportée au 10 juillet, quelques jours après la fin des classes, les collègues devront attendre la pré rentrée pour connaître le niveau de classe !).

Questionné sur l'augmentation des frais de déplacements avec le passage à la semaine de 4 jours et 1/2, le SG répond qu'effectivement cela n'a pas été budgété mais qu'on peut être optimistes, « nous saurons faire face ». La méthode Coué, encore et toujours !

III) Répartition des moyens dans le 2nd degré

Le Ministère retire 31 postes et affecte l'équivalent en heures supplémentaires. De nouveau le même discours : « on est dans une année charnière, il est plus difficile de reconstruire que de détruire. Il faut donner plus à ceux qui ont moins (académie de Créteil). Mais l'Histoire n'est pas finie (référence au quinquennat) et la rentrée 2014 n'est pas si dégradée que ça dans l'académie» (c'est beau la politique !)

Le secrétaire général parle d'augmenter le taux de passage vers les lycées technologiques qui est faible par rapport au national.

Création d'une ULIS dans le Calvados et 2 dans la Manche,

Le Rectorat confirme que la décision d'auto-financer l'augmentation des horaires d'histoire géographie dans les établissements est bien une décision académique « sinon, on fermait des postes ». Le SG a reconnu qu'il y avait glissement des enseignements facultatifs vers des enseignements obligatoires.

L'administration dit qu 'elle portera une attention particulière aux établissements où il y a trop de HSA pour qu'il n'y ait pas de suppression de postes. (on y croit!)

SUD interpelle l'administration sur le transfert de la section ARCU de Claudel vers IFS avec un éventuel changement de référentiel :

Réponse : tout a été travaillé en amont avec les inspecteurs, aucun problème pour faire passer cette section dans l'hôtellerie-restauration sans en changer le référentiel.

Le Recteur dit que « ce transfert ne se fait pas par-dessus la jambe ». ( nos questions l'irriteraient-elles?)

Création de 7 postes de CPE : 5 pour résorber les surnombres donc 2 véritables créations.

IV) Consultation des représentant-es des personnels sur le barème de répartition des personnels de laboratoire.

Tous les syndicats se sont abstenus. Le barème ne prend pas en compte les lycées professionnels et n'envisage qu'une répartition des moyens, sans créations de postes.

SUD réclame des postes de personnels de laboratoire dans tous les LP où il y a des sciences.

L'administration fait remarquer que ce n'est peut-être pas dans leur statut.

  1. Répartition des obligations de service des infirmières affectées en collège :

SUD dénonce la pénurie de médecins scolaires donc ce sont les infirmières qui font le travail. Elles doivent effectuer 80% de leur temps en collège puis le reste dans les écoles primaires du secteur. Travail difficile avec qui plus est une absence au collège.

Le Recteur dit avoir des remontées positives des infirmières.

Vote : 6 contre( FSU et SUD) 4 abstentions (UNSA et SGEN)

VI) Ensuite quelques questions diverses :

un groupe de travail sera réuni fin janvier sur l'oral de LV du baccalauréat.

Réponses sur les prévisions de recrutement des ADJAENES et SAENES et sur la politique de revalorisation indemnitaire pour les catégories A, B et C.

Sur les frais de déplacements des assistantes de direction (CUI) dans le 1er degré, les inspecteurs d'académie ont répondu que cela n'avait pas lieu d'être, puisqu'il n'y avait pas de changement d'école dans la même journée.

L' Administration va lancer des travaux de re-création des GRETA pour se mettre en conformité avec les nouveaux textes réglementaires.

Pour terminer la séance, le recteur annonce le départ à la retraite du SG adjoint et le changement d'académie du SG.

Prochaine séance le 31 mars : vote sur les ouvertures et fermetures de postes dans le 2nd Degré.

Repost 0
Published by SUD 61