2 septembre 2020 3 02 /09 /septembre /2020 09:45
Communiqué de SUD éducation
lundi 31 août 2020

 

SUD éducation a été invitée ce 31 août au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation. La ministre Vidal a présenté à cette occasion un protocole concernant l’augmentation de la rémunération des personnels dans le cadre contraint du projet de loi LPPR.

À travers ce projet de loi, le gouvernement affirme vouloir revaloriser les rémunérations des personnels de l’ESR pour rendre plus attractifs les métiers relevant de l’enseignement supérieur et de la recherche. La ministre propose d’une part une modification des primes qui deviendront individualisées pour tous les personnels (le RIFSEEP sera généralisé aux enseignant-e-s et/ou chercheurs et chercheuses), créant la perte d’un cadre statutaire commun. De plus la politique annoncée de primes risque de faire travailler plus les collègues enseignant-e-s, car il est prévu de ne plus pouvoir transformer des primes en décharges d’obligations de service. Le gouvernement prévoit de plus des facilités accrus pour changer de grade ou de corps pour les collègues titulaires, mais là aussi par une politique qui sera individualisée sans assurer à tou-te-s les mêmes droits, et qui risque de fragmenter encore les corps déjà marqués par des différenciations peu pertinentes. Pour les personnels contractuel-le-s, plutôt que d’aller vers leur titularisation, la volonté serait de revaloriser uniquement leurs rémunérations, ce qui ne résorbera en rien la précarité massive dans l’enseignement supérieur.

La ministre Vidal fait miroiter des futures augmentations des rémunérations, mais rien n’assure leur pérennité, car la politique indemnitaire pourra être modifiée chaque année. Ce protocole soumis de façon précipitée pour être intégré à la LPPR n’a pour objectif réel que de calmer la colère actuelle du monde de la recherche contre la LPPR. Ce n’est pas d’un manque d’attractivité dont souffre le monde de la recherche comme en atteste le nombre de candidat-e-s aux postes mis aux concours, mais d’un manque de moyens, avant tout de personnels titulaires et de financements pérennes. L’aggravation de la précarité et l’accentuation du financement par projet que portent la LPPR vont à l’encontre des véritables besoins de l’enseignement supérieur et de la recherche.

SUD éducation s’oppose à la LPPR et à la politique de rémunération associée. SUD éducation revendique :
• un recrutement de titulaires à hauteur des besoins ;
• le financement des équipes de recherche par des budgets pérennes et non plus via des appels à projet ;
• une augmentation significative des salaires pour toutes et tous les agent-e-s enseignant-e-s ou non de la maternelle à l’université qui aille dans le sens d’une correction des inégalités salariales ;
• l’arrêt de toutes les primes individualisées ;
• un déroulement de carrière identique pour tou-te-s les collègues d’un même corps.

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
31 août 2020 1 31 /08 /août /2020 15:41
Tract de la fédération SUD éducation à destination des stagiaires
dimanche 23 août 2020

 

Bienvenue dans le métier ! Nous vous souhaitons tout d’abord de prendre du plaisir, de vous épanouir, de participer à l’émancipation des élèves, de donner un sens à un métier qui est aussi socialement utile, au service de l’égalité et de la justice sociale.

L’année de stage est un moment particulier de la carrière des enseignant-e-s. Comment débute mon année de stage ? Quel est le calendrier ? Quelle sera ma rémunération ? Comment se déroule la phase d’affectation à laquelle je participerai ?

Pour répondre à toutes ces questions, et faire face aux difficultés de l’entrée dans le métier, il existe un outil incontournable : l’adhésion à un syndicat. C’est grâce au syndicat que l’on obtient les informations importantes sur l’actualité, que l’on peut être aidé-e-s dans les démarches, que l’on peut être défendu-e-s dans les instances paritaires.

Mais adhérer à SUD éducation, c’est aussi adhérer à un syndicat : impliqué dans toutes les luttes syndicales récentes (contre les réformes Blanquer, la réforme des retraites par exemple) qui articule à l’activité syndicale les luttes contre les discriminations : nous sommes résolument antisexistes, antiracistes, anti-lgbtiphobes qui défend l’importance des pédagogies émancipatrices : vous trouverez de nombreux outils sur notre site www.sudeducation.org qui porte un projet d’école émancipatrice, et un projet de transformation sociale fondé sur l’égalité, la solidarité, l’écologie

L’actualité : une rentrée complexe, SUD vous accompagne

Vous commencez votre année de stage dans un contexte de crise sanitaire. Cela rendra difficile l’entrée dans le métier : prise de contact avec des élèves qui auront connu pour la plupart une interruption de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois l’année passée, conditions de formation articulant présentiel et distanciel, circulation du virus aux conséquences difficiles à prévoir.
Depuis le début de la crise, SUD éducation est aux côtés des personnels pour défendre leur santé et leurs droits face à l’impréparation du ministère. Nous avons arraché un certain nombre de garanties : sur l’enseignement à distance, sur la présence sur le lieu de travail, sur la progressivité de la réouverture des écoles. Le ministère a pour l’instant refusé de nous entendre concernant d’autres revendications, et notamment celle de l’admission de l’ensemble des admissibles aux concours internes, sur une indemnité liée aux frais engendrés par le télétravail.
La rentrée s’annonce complexe, d’autant que le ministre Blanquer prépare une réforme importante de la formation initiale qui va encore dégrader les conditions d’entrée dans le métier. Raison de plus pour vous protéger : adhérez à SUD éducation !

SUD éducation à vos côtés dans les instances et face à la hiérarchie

Vous rencontrerez des difficultés, que ce soit avec les élèves ou avec l’institution : chef-fe-s d’établissement, inspecteurs-trices, voire parfois tuteurs-trices. C’est normal, tout le monde est passé par là ! Face à ces difficultés, vous n’êtes pas seul-e-s : vous avez le syndicat avec vous. Face à la hiérarchie, vous pouvez compter sur les délégué-e-s SUD éducation pour vous accompagner, à tous les moments de votre année de stage.
En cas de mobilisation (dans votre école ou établissement, à l’échelle de votre INSPE, entre stagiaires d’une académie...), SUD éducation mettra à votre disposition tous les outils syndicaux (préavis de grève, organisation d’heures syndicales).

Dans les instances (commissions administratives paritaires), vous pourrez entrer en contact avec un-e élu-e SUD éducation qui vous transmettra les informations et défendra votre dossier. Au niveau national, SUD éducation siège dans des instances (par exemple le comité de suivi de la réforme de la formation initiale) où sont défendus les intérêts des stagiaires actuel-le-s et futur-e-s.

Les revendications de SUD pour les stagiaires

  • Un allègement de service : pas plus d’un tiers du temps de service devant les classes, comme cela était le cas jusqu’à la masterisation
  • Une formation renforcée sur le temps de service, assurée par des formateurs-trices pour tou-te-s les stagiaires
  • Une formation de qualité avec une décharge de service pour les tuteurs et les tutrices
  • Un dispositif particulier pour soutenir celles et ceux qui sont en difficulté
  • Une formation aux pédagogies coopératives ou alternatives ( Freinet, pédagogie nouvelle, pédagogie institutionnelle, GFEN, etc.) pendant la formation initiale
  • Une harmonisation des procédures de titularisation dans toutes les académies, garantissant l’équité et les droits des stagiaires avec un contrôle paritaire lors des étapes de titularisation.
  • Contre la réforme en cours de la formation initiale et le retour à un concours de recrutement à Bac+3 licence), suivi de 2 années de formation rémunérées et validées par l’attribution d’un Master pour tou-te-s les professeur-e-s.
Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
31 août 2020 1 31 /08 /août /2020 15:38

À quelques jours de la rentrée, le ministre n’a toujours pas donné d’instruction claire permettant de préserver la santé des personnels vulnérables. SUD éducation lui écrit pour l’alerter solennellement.

M. le Ministre,

Les conditions d’organisation de la rentrée soulèvent de nombreuses questions chez les personnels de l’Éducation nationale. Le caractère flou des instructions données par vos services et le renvoi à l’échelon local sans consignes claires ne sont pas de nature à rassurer les personnels.

C’est particulièrement le cas en ce qui concerne les personnels vulnérables. Alors que les signes tangibles d’une reprise de l’épidémie de Covid-19 se multiplient, vous n’avez donné aucune instruction permettant de protéger les personnels les plus vulnérables en cas de contamination par le virus.

Le risque sanitaire auquel sont confrontés ces personnels n’a pas diminué. Il est même amené à augmenter significativement dans la mesure où la rentrée scolaire verra revenir l’ensemble des élèves attendu-e-s, ainsi que bien souvent leur famille.

C’est pourquoi il est urgent et nécessaire que vous indiquiez clairement aux personnels qu’ils ont de nouveau la possibilité de bénéficier de mesures telles que les autorisations spéciales d’absence sur le modèle de ce qui a été mis en place au cours de la période de confinement et de celle qui l’a suivie jusqu’au treize juillet dernier.

Les personnels absents devront naturellement être remplacés : les candidat-e-s admissible aux concours internes et externes de l’Éducation nationale privé-e-s d’une épreuve orale constituent un vivier de recrutement à privilégier, ainsi que la titularisation et le recrutement à temps complet des personnels contractuels. Ces recrutements viendront compenser les absences des personnels vulnérables, et contribueront à soulager les personnels en postes qui en cette rentrée difficile, auront besoin d’effectifs réduits pour mettre en œuvre une pédagogie adaptée à toutes et tous les élèves.

Je vous prie de croire, M. le Ministre de l’Éducation nationale, à notre attachement au service public d’éducation, ainsi qu’à la santé de tous ses personnels.

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
31 août 2020 1 31 /08 /août /2020 15:35

https://www.sudeducation.org/Conditions-de-rentree-SUD-education-lance-une-enquete-en-ligne.html

La fédération SUD éducation a lancé une enquête en ligne au sujet des conditions de rentrée pour les personnels du 1er degré, du 2nd degré, les personnels non titulaires et les personnels administratifs, sociaux et de santé.

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 18:42

Le ministère a publié dans la soirée du vendredi 28 août des fiches thématiques sur la restauration, l'EPS, l'éducation musicale,l'internat et les récréations. Ces fiches thématiques, sont publiées trop tardivement sans que les équipes puissent s'en servir en amont de la rentrée scolaire.

Depuis plusieurs mois, SUD éducation alerte sur la nécessité de préparer sérieusement la rentrée scolaire, et de donner les moyens aux établissements et aux équipes de préparer le plus sereinement possible une rentrée qui s'annonçait compliquée.

L'organisation de la rentrée relève pourtant de l'improvisation.

→ EPS

Sans aucune réduction des effectifs, les professeur-e-s effectuent une activité sportive à l'extérieur ou dans un gymnase sans le port du masque avec une distanciation physique d'au moins deux mètres sauf si cela n'est pas possible.

Aucun personnel supplémentaire pour encadrer la même classe mais les professeur-e-s sont invité-e-s à effectuer des évaluations diagnostiques des élèves « sur le plan physique et psychologique » et de « remettre au centre l'idée du collectif ».

Les élèves sont également invité-e-s à venir en tenue de sport afin de ne pas utiliser les vestiaires.

→ Éducation musicale

Les cours d'éducation musicale auront lieu sans aucune réduction des effectifs, le maintien du port du masque et une distance physique.

Il est recommandé de travailler “la qualité du timbre, la justesse, l'expression (...) sans rechercher la puissance vocale”. Il est également recommandé de mettre en place “la plus grande distanciation physique possible” car “la plupart des salles spécialisées ne comportent pas de tables”. On propose de placer les élèves “en arc de cercle”. Il est possible d’effectuer “un chant choral en plein air” mais il n’est pas précisé si le port du masque reste obligatoire.

Les chorales qui sont facultatives sont maintenues avec les mêmes conditions sanitaires mais il est proposé une réduction des effectifs avec “deux séances hebdomadaires par demi-groupes afin d’assurer une distanciation satisfaisante”.

Il est également demandé aux professeur-e-s de prévoir “des outils de formation à distance”. Il est ainsi demandé aux professeur-e-s de musique de travailler plus pour la mise en place d’un enseignement facultatif.

→ Restauration

Pour protéger au mieux et mettre en place ces recommandations, cela nécessite des personnels en plus : plus d’agent-e-s et plus d’AED.

Le passage au self plus long nécessite plus de personnels aussi bien pour l’élaboration des plats que pour le nettoyage et la désinfection :

Il est recommandé de :

• mettre en place plusieurs services

• dissocier les entrées et sorties

• agencer les élèves en quinconce afin de favoriser au mieux la distanciation physique

• de nettoyer et de désinfecter après chaque service.

À ces recommandations déjà difficiles à appliquer dans des locaux exigus, s’ajoute une liste de recommandations irréalisables sans moyens supplémentaires :

• « Limiter les offres alimentaires en vrac (pains, bars à salades, desserts, corbeilles de fruits, etc.) au profit d’un dressage à l’assiette et/ou au plateau pour éviter les manipulations (adapter les modalités de conditionnement le cas échéant) ;

• organiser le service individuel des plateaux et des couverts ;

• organiser le service de l’eau (utilisation de bouteilles d’eau, manipulation par un adulte respectant une hygiène des mains, mise à disposition de produits hydroalcooliques, etc.) ;

• proposer des plateaux ou repas à emporter (si possible en alternant pour les élèves les repas froids et les repas chauds) ;

• exploiter d’autres espaces que les locaux habituellement dédiés à la restauration ;

• augmenter la fréquence du nettoyage et de la désinfection des tables (après chaque repas par exemple). »

→ RÉCRÉATION

Durant la récréation, les élèves doivent porter un masque mais peuvent ne pas respecter la distance physique même si c’est recommandé. On préconise dans la mesure du possible de réduire les effectifs dans la cour de récréation et de privilégier les mêmes groupes à chaque récréation avec des récréations échelonnées.

Ces recommandations arrivent à quelques jours de la rentrée alors que les emplois du temps provisoires sont déjà constitués. Elles vont constituer un casse-tête insoluble pour les équipes de Vie scolaire.

→ L’internat

Un aménagement des chambres est prévu en respectant une distance d’un mètre. On recommande dans la mesure du possible de regrouper les élèves d’une même classe, d’un même groupe ou d’un même niveau dans les chambres, dortoirs et sanitaires.

La fiche invite à mettre en place des « rotations pour l’accès aux espaces collectifs (salles de bains, salle de restauration ou de vie commune) et à « renforcer la fréquence de nettoyage et de désinfection des locaux et des surfaces ».

L’analyse de SUD éducation

Les atermoiements du ministère ces derniers jours au sujet du port du masque se retrouvent dans la rédaction de ces fiches. Le port du masque est en effet obligatoire en classe, dans la cour et dans tous les déplacements mais il n’est plus obligatoire en EPS ni au réfectoire ou à la cantine. La distance physique est recommandée durant l’activité sportive mais n’est plus obligatoire durant la récréation.

La distanciation physique devient une variable d’ajustement alors qu’elle revêt dans le discours des professionnels de santé la même importance que le port du masque.

Sans moyens supplémentaires et sans personnels en plus toutes ces recommandations seront difficilement applicables. Qui plus est, avec une communication tardive et contradictoire, le ministre entretient et cultive les incertitudes. Le ministère fait peser sur les équipes la responsabilité de l’élaboration locale des mesures de prévention, ce qui ne peut manquer d’accroître le stress des personnels en cette rentrée difficile.

Pour rappel SUD éducation revendique la mise en œuvre d’un plan d’urgence dans l’éducation, qui permette notamment dans les plus brefs délais :

- l’installation de points d’eau et de savons en quantité suffisante

- des créations de postes massives, rendues possibles par le recrutement des candidat-e-s sur liste complémentaire, des admissibles aux concours, et la titularisation à temps plein des enseignant-e-s contractuel-le-s et des AESH afin de réduire les effectifs en classe ;

- un plan de rénovation, agrandissement et construction de nouveaux écoles et établissements scolaires

- renforcement pérennes des équipes la vie scolaire avec plus d’AED et de CPE

C’est en déployant les moyens nécessaires que les élèves et les personnels pourront rentrer en classe le plus nombreux possible en évitant au maximum les risques de fermeture.

 

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
28 août 2020 5 28 /08 /août /2020 13:29
Fiche et analyse de SUD éducation
1- Quelles sont mes responsabilités en tant qu’enseignant-e-s ?

Les missions des enseignant-e-s en tant que fonctionnaires sont fixées dans les textes qui régissent les corps des professeur-e-s certifié-e-s et agrégé-e-s, ainsi que les professeur-e-s des écoles et les directeur-rice-s d’école.
En tant que personnel de l’Éducation nationale, l’enseignant-e est responsable de la sécurité des élèves qui lui sont confié-e-s sur le temps scolaire dans le cadre de la salle de classe, dans le cadre des sorties et des activités qu’il/elle encadre. L’enseignant-e doit suivre les consignes de sécurité notamment sanitaires qui sont édictées par l’administration.

2- Ma responsabilité peut-elle être engagée (cas général) ?

Oui, mais dans un certain nombre de cas strictement encadrés. Il faut alors distinguer la responsabilité civile (articles 1382, 1383, 1384 du Code civil) et la responsabilité pénale (article 121-3 du code pénal).
La responsabilité civile désigne la responsabilité d’une personne en cas de dommages causés par une action, volontaire ou involontaire, ou par l’absence d’action. Elle impose à la personne en faute la réparation des dommages causés à un ou plusieurs individus, qu’ils relèvent de son fait ou de personnes, animaux ou objets dont elle a la responsabilité.
En pareil occasion, l’État se substitue au/à la fonctionnaire, s’il devait y avoir une condamnation civile, cela signifie que l’administration endosse la responsabilité en lieu et place de l’agent-e.
La responsabilité pénale des enseignant-e-s est engagée dans deux cas :
- Violation délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement.
- Faute caractérisée exposant l’élève à une situation d’une particulière gravité que l’enseignant-e ne pouvait ignorer ;
Ce sont des cas extrêmement rares. Il faudrait qu’il y ait eu une négligence ayant conduit à un accident pour que cela soit possible.

3- Ma responsabilité peut-elle être engagée dans le cadre de l’épidémie de COVID-19 ?

La situation liée à la crise sanitaire est certes exceptionnelle mais ne change rien concernant les procédures habituelles lorsqu’un enfant est malade ou se blesse dans le cadre du temps scolaire. Quand on constate qu’un-e élève semble souffrant-e, dans le second degré on l’adresse à l’infirmier-e scolaire qui avise ensuite les parents en fonction de l’état de santé de l’enfant ; dans le premier degré, les directeur-rices ou les enseignant-e-s prennent contact avec la famille de l’élève.
Les enseignant-e-s n’ont pas de compétences en matière sanitaire et médicale, qui ne font nullement partie de leurs missions ou de leur formation. Ils et elles ne sont donc tenu-e-s qu’à l’obligation de prudence normale qu’ont les adultes au contact du public. Ils et elles ne peuvent être tenu-e-s responsables de n’avoir pas détecté un symptôme ou une maladie. La règle qui s’applique reste celle de la prévention et d’un renvoi pour avis vers le médecin scolaire ou la famille pour consultation. De même, les enseignant-e-s n’ont aucune obligation de moyen ou de résultat en matière de prévention ou de santé, qui demeurent la responsabilité exclusive de l’administration (et donc de la hiérarchie). L’administration ne peut en aucun cas se défausser de sa responsabilité sur un personnel devant un juge.

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 11:52
Fiche-analyse SUD éducation

 

Le ministère a publié, tardivement, plusieurs textes de préparation de la rentrée :
• la circulaire de préparation de la rentrée, parue le 10 juillet 2020 ;
• le protocole sanitaire dans sa quatrième version, révisée fin juillet, publiée début août 2020 ;
• enfin, un “plan de continuité pédagogique”.
Ce dernier document, qui s’appuie sur la circulaire de rentrée et renvoie essentiellement à des fiches éduscol, évoque deux scenarii possibles en cas de reprise importante de l’épidémie.
Ce texte est présenté comme une circulaire sur le site du ministère, mais il n’est ni daté, ni signé. Sa valeur est donc largement sujette à caution.

Précisons que SUD éducation rejette le terme de “continuité pédagogique”, qui laisse entendre qu’en cas de confinement l’enseignement peut se poursuivre dans des conditions normales. Pour SUD éducation, ce postulat conduit mécaniquement à accroître les inégalités scolaires, du fait des conditions matérielles très différentes d’une famille à l’autre. Pour SUD éducation, il faut parler de “lien scolaire” : en période de confinement, les enseignant-e-s font tout ce qu’ils et elles peuvent pour maintenir un lien avec leurs élèves, éviter le décrochage, proposer des activités. En revanche, nous dénonçons la pression qu’exerce le ministre sur les enseignant-e-s, les élèves et leurs familles en laissant entendre au grand public avec l’expression “continuité pédagogique” que de nouvelles notions ou éléments de programmes doivent être assimilés par les élèves.

Premier scénario : l’hypothèse du renforcement du protocole sanitaire

Pour la première fois, le ministère admet à demi-mot qu’un nouveau renforcement du protocole sanitaire est envisageable, en cas de reprise importante de l’épidémie.
Dans ce cas, il faudrait s’attendre à un protocole similaire à celui qu’ont connu les personnels lors du déconfinement, avec pour principale orientation la scolarisation obligatoire de toutes et tous les élèves, même si elle aura lieu de manière réduite.
Le texte prévoit dans ce cas que le mode d’organisation retenu sera supposé permettre de :
 “recréer le lien social entre les élèves et entre les élèves et les équipes éducatives ;
• offrir aux élèves un cadre bienveillant, permettant la reprise des apprentissages dans les meilleures conditions possibles ;
• offrir un accompagnement adapté à chaque élève, en particulier ceux qui risquent de rencontrer des difficultés les empêchant de suivre le rythme des apprentissages”.

Les élèves porteurs et porteuses de handicap, sont présenté-e-s comme “prioritaires”, tandis que les élèves de CP et CE1 en REP et REP+ devront “impérativement” être scolarisé-e-s à temps plein, sans que les modalités soient précisées.

Pour SUD éducation, il est évident que les moyens manqueront d’autant plus cruellement pour assurer la poursuite des apprentissages qu’ils font déjà défaut. Une fois de plus, le ministre renvoie à l’échelon local la responsabilité de gérer une crise sanitaire au plan pédagogique sans moyens. Les autorités médicales s’inquiètent déjà des conséquences en termes de risques psycho-sociaux de ce type de management. Le ministre Blanquer, responsable de la santé et de la sécurité au travail des personnels, porte la responsabilité de la dégradation des conditions de travail.

Pour faire face aux enjeux, SUD éducation revendique la mise en œuvre d’un plan d’urgence dans l’éducation, permettant notamment :
• la réduction des effectifs.
• l’aménagement des programmes,
• l’abandon de Parcoursup et de la sélection à l’entrée à l’université,
• des moyens supplémentaires dans les établissements scolaires ordinaires pour permettre une réelle inclusion des élèves en situation de handicap également accueilli-e-s dans des CMS.
• Des dispositifs d’aide et de prévention complets : 1 RASED complet par groupe scolaire et 1 enseignant-e supplémentaire pour cinq classes (pour le 1er degré)
• Un recrutement massif de personnels médico-sociaux (assistance sociale, infirmerie, psychologue)
• l’admission de l’ensemble des admissibles, aux concours internes comme externes,
• l’organisation de concours exceptionnels,
• L’embauche de personnels aidant à la direction pour le primaire, avec un réel statut
• L’embauche et la titularisation massive d’AESH

Second scénario : en cas de fermetures d’écoles ou d’établissements

Dans le cas où des écoles ou établissements seraient amenés à fermer, le texte prévoit d’imposer l’enseignement à distance “intégralement”.
Il faut d’abord noter que les moyens alloués aux familles pour suivre cet enseignement à distance quel que soit leur niveau de revenu ou de maîtrise de la langue n’ont fait l’objet que d’annonces vagues du ministre Blanquer ou se réduit à des déclarations de bonnes intentions dans des fiches éduscol, et ne sont pour l’heure suivies d’aucun effet. Les facteurs d’inégalité sont multiples : accès à un appareil, nombre de dispositifs utilisables par enfant dans le foyer, qualité de la connexion Internet lorsqu’elle est disponible, capacité à utiliser les dispositifs pour n’en citer que quelques uns.

Ce second scénario pose aussi la difficulté du télétravail pour les personnels, pour lesquels le ministère ne répond toujours pas aux critères légaux.

1) Le télétravail :
Le télétravail a une définition simple : toute forme d’organisation du travail dans laquelle les fonctions qui auraient pu être exercées par un agent dans les locaux où il est affecté sont réalisées hors de ces locaux en utilisant les technologies de l’information et de la communication (décret 2016-151). Le télétravail est encadré strictement par les textes réglementaires.
L’organisation du télétravail :
• L’administration doit en principe attendre une demande de l’agent-e ;
• Elle peut ensuite accorder son autorisation, qui doit comporter les formes suivantes :
- Les fonctions exercées en télétravail
- Le lieu d’exercice du télétravail
• Les modalités de mise en œuvre, les plages horaires durant lesquelles l’agent-e doit être joignable, sans excéder les plages horaires habituelles
• La période (date de début et de fin) du télétravail
Le cadrage du télétravail pour les personnels n’a toujours pas été défini.

2) équipements des personnels

Il est demandé aux personnels de contacter les élèves une fois par semaine et de poursuivre le travail en distanciel. SUD éducation revendique l’équipement des personnels de l’Éducation nationale par leur employeur. Un-e enseignant-e doit bénéficier d’un ordinateur professionnel. Les personnels dont on exige qu’ils et elles soient joignables (chargé-e-s de direction, suivi de PFMP…) doivent disposer d’un téléphone et d’une ligne professionnels. L’administration doit verser sans délai une indemnité afin de couvrir les frais engagés par la mise en œuvre de la « continuité pédagogique », à l’image de ce que le code du travail impose aux entreprises.

3) Impréparation de l’enseignement à distance

Après 6 mois de débordement, Le CNED n’est toujours pas sécurisé. À de nombreuses reprises, les outils de communication entre enseignant-e-s et élèves dans le cadre de l’enseignement à distance, y compris les outils mis à disposition par le CNED, ont fait l’objet de “troll”, c’est-à-dire d’utilisation anonyme, malveillante et de l’ordre du harcèlement. Le ministère n’a toujours rien mis met en place pour assurer la protection des personnels. Les plateformes existantes ne sont ni sécurisées ni sécurisables. La “classe virtuelle” mise à disposition par le CNED peut en effet permettre à des élèves de se connecter avec un pseudonyme sans aucun mode d’authentification.
Faute de garanties rapides données quant à leur sécurisation, SUD éducation exigera l’arrêt immédiat des classes virtuelles qui n’assurent la protection ni des personnels ni des élèves.

SUD éducation revendique :
• la protection de la santé des personnels, l’intérêt et l’égalité des usager-e-s avant tout,
• que le numérique ne soit pas un outil de casse des liens sociaux au travail et avec les usager-e-s ni un outil de contrôle des personnels et des populations, ni un outil de rente pour les firmes privées,
• le droit à la déconnexion avec le respect du temps de repos, de congés, ainsi que la vie personnelle, et familiale.

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 11:51
Communiqué de SUD éducation

 

Les conditions d’affectation des stagiaires du second degré se sont encore dégradées pour cette rentrée scolaire 2020.
En raison notamment des dysfonctionnements de l’administration déjà constatés l’an passé, et des modifications des épreuves de recrutement liées à la crise sanitaire, les affectations des stagiaires dans les académies ont eu lieu seulement à la fin du mois de juillet. La phase de mutation intra y a presque immédiatement succédé, ce qui empêche les personnels de saisir utilement l’administration en cas d’erreur dans les affectations.

Les lauréat-e-s doivent en effet remplir un dossier comprenant de nombreuses pièces, sans aucune aide de l’administration. Le caractère tardif des affectations a empêché les organisations syndicales de conseiller et d’accompagner efficacement les personnels.
Les affectations dans les académies ont cette année été entachées d’un nombre particulièrement important de dysfonctionnements, qui s’est traduit par un nombre important de saisines des syndicats de la fédération SUD éducation. Malgré leur vœux et leur situation familiale, de nombreux personnels qui demandaient à être affecté-e-s dans des académies pourtant largement déficitaires comme Créteil ou Amiens n’ont pas obtenu satisfaction contre toute attente, et l’administration refuse de s’expliquer.
Qui plus est, les affectations des candidat-e-s actuellement placé-e-s sur liste complémentaire sont inadmissibles. Après une première sélection fin juillet, l’administration contactera dans l’ordre de la liste les candidat-e-s, pour chaque poste non pourvu en académie. Si le ou la candidat-e ne peut se rendre dans l’académie où se trouve le poste proposé, l’administration demandera aux suivant-e-s sur la liste.

Les organisations syndicales n’ont pas la possibilité de contrôler les affectations des stagiaires. Ce cas de figure désastreux donne une illustration claire de la diminution des attributions des commissions paritaires, produit de la loi de transformation de la fonction publique.

En cette rentrée particulière qui pèsera lourdement sur les collègues stagiaires, SUD éducation exige que la plus grande attention soit accordée aux lauréat-e-s amené-e-s à prendre leur poste au premier septembre.
SUD éducation revendique donc la transparence totale de l’affectation des stagiaires, des réponses rapides de l’administration et la correction sans délai des dysfonctionnements.

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 11:48
Communiqué de SUD éducation

 

Les conditions d'affectation des stagiaires à la rentrée 2020 semblent scandaleuses voire insolites.
Avec la disparition des CAP, les syndicats sont mis à l'écart. Ils ne peuvent plus défendre l'intérêt de tous personnels ni s'assurer du respect des règles et de l'équité entre les personnels. Jusqu’alors, le système était relativement simple : les barèmes sont présentés aux organisations syndicales en commission paritaire. Le barème de chaque personnel demandant sa mutation est calculé de manière vérifiable, sur la base de critères objectifs : ancienneté dans le poste, rapprochement du lieu de résidence de la ou du conjoint-e, handicap, etc. Les vœux sont ensuite accordés en fonction du barème. Le contrôle par les organisations syndicales garantit ainsi un niveau minimal de transparence des mutations, et les contestations étaient peu nombreuses. Avec la disparition des CAP, les passe-droits, erreurs, manque d'information aux personnels sont amenés à se multiplier. Les personnels des services administratifs ne sont pas assez nombreux pour absorber ce surcroît de travail énorme : ce qui se profile actuellement, c'est le fiasco des mutations pour cette rentrée.

SUD éducation, qui a pris connaissance d'une série d’affectation des plus saugrenues, dénonce et condamne l’opacité des affectations des stagiaires pour cette rentrée. Des stagiaires ont effectué des vœux en IDF et se retrouvent affecté-e-s dans d'autres académies dont certaines à plus de 500 km de leur domicile. Les situations familiales et classement aux concours ne semblent pas avoir été pris en compte. Il est très étonnant que les académies de Versailles et de Créteil accessibles dès 21 points et employant des contractuel-le-s ne puissent affecter des stagiaires.
SUD éducation a également pris connaissance d'un manque d'information ou de communication sur la saisie des vœux par les stagiaires. La crise sanitaire a bouleversé le calendrier des affectations et l'administration refuse de faire preuve de bienveillance à l'égard des nouveaux et nouvelles professeur-e-s en modifiant les affectations qui ne correspondent aux vœux des stagiaires. Les dates de vœux d’affectation étaient disponibles sur le site du SIAL depuis le 31 juillet mais les stagiaires ne sont pas familiers de ces plateformes qu'ils et elles n’ont pas le réflexe de consulter notamment en période de vacances. Aucun mail n’avait été envoyé pour les en informer.
Il ne s'agit pas pour SUD éducation d'idéaliser un paritarisme dont on connaît les limites. Mais derrière les compétences des CAP, ce sont bien les droits de toutes et tous à la mobilité qui sont menacés. En effet, en vidant les CAP de leurs compétences, il s'agit pour le ministre de faire sauter les verrous en ce qui concerne un certain nombre de droits collectifs, et de renforcer la gestion managériale des carrières.

SUD éducation exige :
- La prise en compte de la crise sanitaire
- la transparence dans les affectations des stagiaires.
- le respect des vœux de tou-te-s les stagiaires pour cette rentrée particulière et exceptionnelle
- Un service public garant des droits des personnels ;
- L'abrogation de la loi dite de transformation de la fonction publique ;
- La suppression dans la loi fonction publique de toutes les dispositions visant à abolir dans le Statut Général les droits des personnels, dont certains sont acquis depuis la Libération, notamment la consultation des Commissions Administratives Paritaires en matière de mutations et de gestion des carrières (avancements, promotions) ;

 
Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 11:46
Communiqué de SUD éducation

 

Le 9 juillet, le ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports a produit un quatrième protocole sanitaire réduit à peau de chagrin. L’objectif avoué est d’assurer l’accueil de tou-te-s les élèves dans tous les établissements scolaires, sans aucune anticipation du risque sanitaire que tout indique à la hausse.

Ainsi, la distanciation physique n’est plus obligatoire alors qu’il est toujours recommandé de respecter les gestes barrière qui demeurent « les mesures de prévention individuelles les plus efficaces contre la propagation du virus ». De même, toutes les mesures permettant de limiter le brassage dans les salles de classes n’ont désormais vocation à s’appliquer que « dans la mesure du possible ».

Le port du masque n’est plus obligatoire dans le cas où la distance d’au moins un mètre est respectée, ce qui est pratiquement impossible à mettre en place avec l’accueil de tou-te-s les élèves. Tous les personnels auront à leur disposition deux masques pour chaque jour de présence dans les établissements mais les parents devront fournir des masques à leurs enfants, ce qui est parfaitement scandaleux.

Alors qu’ailleurs d’autres choix ont été effectués (en Italie par exemple, création de 84 000 postes et réduction des effectifs par classe), en France le ministère préfère maintenir les effectifs par classe très élevés en continuant à supprimer des postes. Six mois après le début de la crise sanitaire, l’Éducation nationale ne s’est toujours pas donné les moyens de préparer au mieux la rentrée : SUD éducation dénonce l’irresponsabilité du gouvernement qui ne prend toujours pas les mesures nécessaires afin d’assurer une rentrée sereine pour tous et toutes. Rappelons qu’au printemps, SUD éducation avait porté la revendication d’un plan d’urgence conséquent, ayant pour objectif de permettre une rentrée convenable sur le plan sanitaire et permettant de compenser les inégalités qui se sont accrues pendant le confinement.

Par ce nouveau protocole et cette impréparation de la rentrée, une fois de plus Blanquer affiche son mépris envers les personnels et les élèves.

SUD éducation se montrera très vigilante concernant l’évolution de la situation sanitaire, et appelle les personnels à tout mettre en oeuvre pour protéger leur santé sur leur lieu de travail.

SUD éducation revendique un plan d’urgence pour l’éducation pour permettre une reprise des cours dans des conditions sanitaires et pédagogiques convenables, et notamment :

  • la réduction des effectifs pour permettre le maintien de la distanciation physique, et la création de tous les postes nécessaires
  • L’investissement dans les thermomètres pour contrôler la température de tous les personnels et des élèves
  • La gratuité des masques pour tou-te-s les élèves
  • La mise en place d’une politique de tests dans les établissements scolaires
  • le recrutement massif de personnels médico-sociaux (assistance sociale, infirmerie, psychologue)
  • l’agrandissement des locaux avec des constructions d’extensions, de nouvelles écoles et de nouveaux établissements
  • L’installation des points d’eau et du savon en quantité suffisante
  • L’accompagnement des collectivités pour aménager les locaux et les aider à recruter du personnel d’entretien
Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61