1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 09:20

Ineat/Exeat :

4 Ineat accordés à des collègues qui avaient obtenu leur Exeat (Guadeloupe, 2 Haute Seine et Yvelines), 2 ou 3 sont encore à l'étude.

Pas d'Exeat supplémentaire d'accordé pour l'instant.

Phase d’ajustement du mouvement :

106 collègues participaient à la phase d’ajustement.

6 collègues obtiennent un poste par l’appel à candidatures (4 directions et 2 SEGPA).

32 sont affectés par voie informatique.

45 sont affectés manuellement.

2 collègues adjoints en SEGPA vont faire fonction de directeurs de SEGPA à Alençon et Flers.

3 postes à profil restent vacants : enseignant-e référent-e Mortagne, CPC L’Aigle, CPC Argentan.

5 stagiaires doivent effectuer une prolongation de stage.

PE stagiaires :

Ils et elles seront 48 à la rentrée. Il manque encore deux supports. Un support est ajouté : décharge de direction de Briouze. Les stagiaires qui possèdent déjà leur master seront à l’ESPE les jeudis et vendredis, les autres y seront les lundis et mardis.

Temps partiels et incompatibilité de poste

8 collègues brigades seront convoqué-es le 6 juillet et se verront proposer des postes composites.

Pré-rentrée

Le DASEN refuse qu'une 2nde journée de pré-rentrée soit prise fin août, sur le temps de concertation, car il veut que l’on utilise ces 6 heures pour s’approprier les nouveaux programmes.

Nomination des sans-postes :

Les 21 T1 sans-poste ainsi que les 4 collègues intégrant le département par Ineat seront affecté-es « au fil de l’eau » en juillet. C'est à dire au fur et à mesure que des postes se libéreront.

Hors-classe :

40 collègues sont promue-s :

A noter que 2 collègues n'ont pas été promu-es, sur proposition du DASEN. Alors que ces personnes remplissaient les conditions requises. Sud Éducation s'y est opposé.

Il s'agit donc d'un refus scandaleux de permettre à ces collègues de toucher l'augmentation de salaire prévue par les textes.

Ces textes, vous savez que nous sommes en désaccord à leur sujet et que nous revendiquons la transformation de la hors-classe en un douzième échelon accessible à toutes et à tous. A lire dans notre déclaration préalable.

Repost 0
Published by SUD 61 - dans comptes rendus CAPD
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 07:47

1. Informations sur le DUER dématérialisé

Utilisé dans le 2nd degré, il donne accès aux différents membres de la DSDEN siégeant en CHSCT. Un accès individuel via le portail Arena en Intranet est prévu pour septembre.

Une formation spécifique des directeurs et directrices du 1er degré est prévue dans les plans de formations continues des circonscriptions.

Les DUER transmis par les écoles sont en cours de lecture. Cela permettra l'élaboration d'un vade-mecum sur les questions récurrentes et des propositions, axes, ou actions à mettre en place dans le plan départemental 2015-2016. Un document de synthèse devrait être mis en ligne prochainement à l'usage des directeurs et des directrices.

Le déploiement du RSST dématérialisé devrait se généraliser rapidement au 1er degré. Les IEN seront les garants de la diffusion de l'information auprès de leurs écoles.

2. Impact du nouveau règlement départemental des écoles sur les conditions de travail des personnels (demande du CTSD).

Les représentants syndicaux soulignent l'importance de mieux accompagner les équipes dans l'élaboration des règlements d'écoles car le vade-mecum reste complexe et flou. Ils s'interrogent aussi sur la formulation « immédiatement » relatif à la nécessité pour le directeur ou la directrice d'informer les familles lors de l'absence non signalée d'un élève.

En effet, la réalité du quotidien des directeurs et des directrices souvent en charge d'une classe avec cette directive semble difficile à mettre en place car cela demande donc aux directeurs et aux directrices de s'absenter et laisser seuls leurs élèves etc. Cependant le DASEN rappelle qu'un enfant se rendant seul à l'école peut faire de mauvaises rencontres, subir des violences et être en danger etc. « Il s'agit d'un devoir moral sur lequel l'intransigeance est de mise ».

Nous demandons s'il ne serait pas possible d'envisager un outil comme dans certains établissements du 2nd degré, un logiciel générateur de SMS ou mails aux familles quand les enfants sont absents ?

L'administration répond que cela pourrait être inscrit dans les axes du DUER et demander aux collectivités d'équiper les écoles d'un portable spécifique par exemple.

Les syndicats remarquent que le 2nd degré dispose d'un maillage humain (CPE, secrétaires, adjoints, surveillants...) permettant de gérer rapidement les absences. Ce n'est pas le cas des directeurs ou directrices surtout si les aides à la direction ne sont pas renouvelées, d'où la nécessité de créer dans chaque école des emplois pérennes.

3. Ciblage des Stratégies de fuite de certains personnels pour assouplir leurs conditions de travail

Des indicateurs avaient déjà été demandés lors du CHSCT d'octobre 2014 du type mutations, départs en stage, arrêts maladies etc.

Ils peuvent faire des statistiques au niveau du mouvement départemental par exemple, si les équipes ne restent jamais stables plusieurs années de suite sur un établissement...

4. Calendrier 2015-2016

Des visites sont prévues sur

- Les conditions de travail des directeurs d'écoles

- L'impact sur les conditions de travail des postes partagés dans le 2nd degré.

- Les conditions de travail des personnels dans les établissements du 1er degré accueillant une importante population allophone.

5. Qu'en est-il de Magistère et de son caractère obligatoire ?

C'est un choix personnel de se former, une responsabilisation libre des enseignants. Il n'y a aucun caractère obligatoire. Les IEN seront informés des positions de la Ministre.

Libre à chacun d'entrer dans le dispositif de cette formation hybride.

Repost 0
Published by SUD 61 - dans comptes rendus
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 16:58

Avancement des professeurs des écoles classe normale :

Pour rappel 30 % passent au grand choix, 5/7 au choix et le reste à l'ancienneté.

Le barème de l'Orne est le suivant : l'AGS + note x 2

Nous contacter par mail pour savoir si vous avez été promu-e. Indiquez l'échelon.

Les stages de formation continue ont été attribués, ils reste des stages incomplets malgré une relance par les circonscriptions. Nous contacter également pour savoir si vous avez obtenu un stage.

Questions diverses :

- Les heures peri-éducatives de l'an passé ont été payées pour certaines, les autres le seront en octobre ou novembre.

- Certain-es enseignant-es se sont vu refuser leur participation à une Réunion d'Information Syndicale sur temps de service auprès des élèves : notamment par le rejet des projets d'organisation au sein de l’école en leur absence. La DSDEN n'a pas voulu affecter des brigades (pourtant disponibles), préférant les garder en cas d'absences. Notons que cela crée une disparité entre les enseignant-es des grosses écoles qui peuvent, plus facilement, répartir leurs élèves dans les autres classes et les enseignant-es des petites écoles où les effectifs ne le permettent pas. Sud conteste l'organisation imposée par le Ministère, l'interprétation restrictive du DASEN. Cependant nous avons décidé de ne pas organiser de RIS sur temps de travail sur cette première période, pour ne pas pénaliser certain-es collègues.

- Demain, en conseil d'IEN sera discutée la possibilité aux directeurs et directrices de défalquer des 108 heures des heures de réunion, notamment pour les élections. A suivre.

- Une animation pédagogique en présentiel avec les enseignant-es exerçant en maternelle est prévue. Le calendrier des autres animations devrait bientôt arriver dans les écoles.

- Les projets d'école devront être réécrits cette année, avec un bilan, un diagnostic et trouver de grands axes, en fin d'année scolaire 2014-2015 et rédigés début de l'année civile 2016. Ne pas poser de dates avant mars pour ce travail.

- Les brigades qui auraient déjà beaucoup d'heures en trop par rapport aux 24h hebdomadaires peuvent faire des propositions de rattrapage de ce temps. Elles seront examinées par le DASEN.

- Les heures de travail comptabilisées pour les brigades, sont celles effectuées dans l'école du remplacement, ne sont donc pas prises en compte les heures à « attendre » dans l’école de rattachement si celles-ci commencent plus tôt. C'est scandaleux !

- Un groupe de travail autour de la fonction de directeur et directrice est prévu, mais nous n'avons pas de date.

Lilie Lebougre, votre élue en CAPD

Repost 0
Published by SUD 61 - dans CAPD comptes rendus
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 13:11

- Un deuxième contingent d'enseignant-es du premier degré accède à la Hors classe.

- Deux institutrices passent professeures des écoles par liste d'aptitude au premier septembre.

9 postes restent vacants : CPC L'Aigle, Comex Flers, Brigade Ecouché , ½ Argentan + ½ Sées, Bretoncelles/Neuilly sur Eure/Bellême/St Hilaire sur Eure, Molière à Alençon suite à une ouverture et 3 postes restés en réserve pour les ajustements de rentrée.

Il reste 4 enseignant-es sans affectation. Le DASEN espère pouvoir accorder encore 2 inéats pour diminuer le déficit d'enseignant-es. En effet le traitement du surnombre est traité au niveau de l'académie. « On paie notre vertu ! » dixit le DASEN. Dès que la réponse du recteur sera connue, les derniers enseignants seront affectés au barème.

Questions diverses :

- Les animations pédagogiques ne seront pas le mercredi après-midi, sauf une conférence sur Mortagne.

- Ne nous inquiétons pas nous aurons une formation à la formation à distance !

- Nous interpellons le directeur académique sur le fait qu'un stagiaire et qu'un M2 aient des triples niveaux : CE2-CM1-CM2. Celui-ci nous affirme qu'aucune difficulté n'a été exprimée par les personnes concernées.

La prochaine CAPD devrait être en octobre.

Lilie Lebougre, votre élue en CAPD pour Sud éducation

Repost 0
Published by SUD 61 - dans comptes rendus
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 18:16

Le décret sur les rythmes scolaires doit être abrogé et il faut mettre en chantier un autre projet qui réponde aux besoins des élèves et aux revendications des personnels. La politique gouvernementale sur la question des rythmes scolaires s’inscrit dans la logique de la loi d’orientation et aussi dans celle de la loi de décentralisation. Toutes les deux vont dans le sens d’une territorialisation de l’école et d’un éclatement du cadre de référence national qui ne garantiront pas l’égalité entre les usagers du service public d’éducation sur tout le territoire.

En ce qui concerne la formation professionnelle, nous restons opposés à la mise en œuvre par les régions de la formation professionnelle initiale et continue.

Il est à craindre un développement de formations qui enfermeront les jeunes et les salariés dans le seul marché de l’emploi ou du chômage local. L’inégalité de moyens entre les régions va entraîner deux type de formations : celle qui auront l’accord de l’État et sa participation financière et celle qui resteront à la seule initiative des régions. Sur ces dernières le risque est grand de voir se développer des formations uniquement pilotées par les régions hors des cadres nationaux diplômant pour les élèves et statuaires pour les enseignants.

En ce qui concerne l’apprentissage. …. Avec le passage aux régions des CFA ce qui restait de cadrage national va disparaître avec la réglementation locale qui est inscrite dans la loi. Nous rappelons ici que pour nous les Lycées Professionnel et Technologique (en post-bac) sont les seuls lieux, contrairement aux Centre de Formation d’Apprentis qu’ils soient publics ou privés, qui permette d’associer enseignement professionnel et enseignement général apportant aux lycéens autonomie et esprit critique dans la construction de leur formation professionnelle et personnelle. Les régions et l’État font conjointement la promotion de la formation par alternance depuis plusieurs années mais n’arrivent pas à atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés. Une des raisons principales réside dans la sélection par les entreprises de ceux et de celles dont le niveau assure rapidement intégration et productivité.

L'UIMM s'invite (ou plutôt voit se dérouler un tapis "rouge") dans les lycées technologiques, elle peut à loisir y vanter les mérites de ses formations même si celles-ci sont en concurrence directe avec celle assurées dans le public. Le candidat Hollande n'est-il pas venu le 5 janvier 2012 faire sa campagne sur la formation professionnelle à Caen, au CFAI ? Tout est dit.

Sur de nombreux autres sujets, le gouvernement ne rompt pas avec les politiques précédentes. Aucune augmentation des salaires n’est envisagée, les fondements mis en place par la loi Fillon de 2005 ne sont pas remis en cause, la programmation budgétaire est très insuffisante, comme le confirme la communication des mesures de carte scolaire et des dotations horaires pour la rentrée 2013.

Le recours aux postes spécifiques est de plus en plus répandu, la plupart du temps sans réel motif à part celui de choisir les enseignants qui vont rester. Encore 10 postes transformés dans l'académie qui échapperont aux règles communes du mouvement.

Encore 14 postes supprimés en lycées, en revanche les établissements embauchent du personnel avec des contrats privés précaires, nous parlons ici des Emplois d’Avenir Professeur. Sur les 40 supports budgétisés, 35 sont en cours de recrutement. Seuls 2 établissements ont été clairvoyants en refusant ces embauches. On supprime des postes de fonctionnaires titulaires et on embauche des précaires, quelle belle évolution du service public d’éducation !

 

Les conditions de vie et de travail, pour de trop nombreux élèves et personnels vont continuer à se dégrader ; c’est ce que vient encore d’illustrer la publication d’extraits du rapport du CHSCTA de Nancy-Metz par le café pédagogique, montrant la souffrance au travail des enseignants de STI2D sans parler de ceux qui subissent des reconversions contraintes ou perdent leur poste consécutivement à la « réforme ».

Repost 0
Published by SUD 61 - dans comptes rendus
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 10:02

Groupe de travail sur le Mouvement 2013

 

Le DASEN a refusé les propositions de changements de bonification. Celles-ci restent inchangées.

 

Le calendrier est reculé :

Debut avril 2013 : diffusion de la circulaire et publication des postes

13 avril au 28 avril : saisie des vœux

14 mai : groupe de travail : cas particulier

28 mai : groupe de travail : vérification barèmes du mouvement

11 juin : CAPD : phase principale

12 juillet : phase d'ajustement

 

Nous allons intervenir pour que la phase d'ajustement se fasse avant la fin de l'année scolaire pour que les enseignant-es puissent prendre contact avec les écoles, avant la rentrée de septembre !

 

Les personnes qui ont exercé sur des postes à bonification, une partie de l'année, sont invités à écrire au directeur académique pour obtenir cette bonification (brigades sur un congé long …).

 

Ce qui a été accepté, c'est que les postes d'ITEP, d'EREA et de classe relais restés vacants à la suite de la phase principale du mouvement, pourront être sollicités par les enseignant-es resté-es sans poste, qui seraient intéressé-es (du 12 au 18 juin).

Repost 0
Published by SUD 61 - dans comptes rendus
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 09:39

CAPD du 19 mars 2013

 

Déclaration intersyndicale pour la mise en place d'une vraie seconde phase du mouvement, avec la remise des 215 signatures de la pétition

Déclaration de Sud Education sur les épisodes neigeux

 

Liste d'aptitude des directeurs d'école 2013 : sur 17 candidat-es, 15 inscrit-es après avis favorables.

 

Départ en stage CAPA-SH

9 postulant-es : 3 retenu-es pour l'option F et 3 pour l'option D.

5 départs sont prévus cette année, il y aura donc une collègue sur liste d'attente pour l'option D, si un-e des autres postulant-es n'obtenait pas un poste susceptible de suivre sa formation.

 

Questions diverses :

 

La circulaire sur les temps partiels départementale est parue (sur la boite I-prof et la DSDEN). Lien dans un autre article.

L'administration insiste sur l'incompatibilité avec l'organisation du service de certaines propositions faites sur la circulaire ministérielle.

 

Aucune sanction ne sera prise à l'encontre des personnels qui n'ont pu se rendre sur leur lieu d'exercice, suite à l'épisode neigeux.

 

Tous les déplacements des directrices et des directeurs, dus à leur mission, sont couverts par leur arrêté de nomination. Les services vont voir s'ils peuvent ouvrir des droits aux frais de déplacements pour les directrices et les directeurs de pôle avec des écoles sur plusieurs sites.

 

Les collègues qui subissent une fermeture, seront toutes et tous reçu-es par leur IEN. Ils sont au nombre de 12 cette année.

 

Depuis le premier janvier, il y a eu un maintien et une baisse de note.

 

40 professeurs stagiaires (PES ou 2013/1) seront accueillis l'année prochaine dans l'Orne, 50 dans le Calvados et 40 dans la Manche.

L'administration va bloquer 20 postes d'adjoint au mouvement pour les réserver à ces futurs professeurs, dans la mesure du possible, ce ne seront pas les mêmes que l'an passé. Les autres 20 postes seront pris à la phase d'ajustement du mouvement.

 

Cette année le concours est modifié, les étudiant-es admissibles (2013/2), seront à 1/3 temps dans une classe, préparerons l'admission du concours et le M2 pour certain-e.

L'Orne estime à 35 places les possibilités maximum d'accueil de ses étudiant-es.

L'organisation est pensée au niveau académique, pour qu'ils puissent suivre leurs études, leur formation et leur classe ...

 

Exeat-Inéat : « La porte est ouverte vers le Calvados ».

Le Calvados semble donc être prêt à accueillir des ornais.

 

Tous les rapports d'inspection devront être donnés sous enveloppe fermée par les inspecteurs. Les directeurs n'ayant pas à connaître le contenu des rapports de leur collègues. Une note va être envoyée aux IEN dans ce sens.

 

Nous avons demandé des données chiffrées pour l'absentéisme dû à la neige :

Alençon : 7 Flers : 60 Argentan : 39 La Ferté-Macé : 42 L'Aigle : 33 Mortagne : 8

Pas d'accidents signalés dans le premier degré.

 

Au moment des vœux pour le mouvement, les collègues devraient connaître si les communes passent en 2013 ou 2014 pour les nouveaux rythmes dans les écoles. Mais l'organisation en elle-même ne sera sans doute pas connue.

 

Le « plus de maîtres que de classes » relève du Comité technique.

L'administration rappelle qu'il ne s'agit ni de créer une classe, ni de recréer du Réseau d'aide. Ce devra être des appels à projets des équipes.

Repost 0
Published by SUD 61 - dans comptes rendus
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 06:29

A - Premier degré: 

21 965 élèves prévus pour la rentrée contre 21 987 l'année précédente.

 

1- Modalités de répartition des emplois : démographie, taille et caractéristiques de l'école, ECLAIR ou RRS, dispositif plus de postes que de classes, PACD, ajustements de rentrée, prise en compte de l'arrivée de personnels pour le centre pénitentiaire, prise en compte de la ruralité.

 

2- Plus de postes que de classes : le but est de réduire les inégalités.

 

3- Taux de scolarisation des TPS : 8,4% en France, 11,4 % sur l'académie et 11,67 % dans l'Orne.

 

4- Taux d'encadrement départemental prévu : 22,37 (contre 22,34 en 2012), pour la France, il est de 23,59.

 

5- Les critères pour l'obtention de plus de maîtres que de classes ainsi que pour l'accueil des TPS ne sont pas encore très clairs. Des précisions nous seront apportées par la suite.

 

6- Un étiquetage des poste accueil TPS est prévu.

 

7- Le calendrier est très serré pour l'appel à projet. Deux critères seront pris en compte : la qualité du projet et le public scolarisé (résultats, retards...). Un comité technique spécial sera organisé sur ces dotations.

 

8- La carte scolaire présentée propose 15 fermetures et 6 ouvertures. La dotation supplémentaire compte 5 postes.

Si bien qu'il propose beaucoup de fermetures et très peu d'ouvertures.
ouvertures 
Sées Forton
La Ferté Macé mat Perrault
Flers Morin La Fontaine
Landisacq
Essai
RPI Mâle
Domfront maître E (poste gelé en 2012-2013)

fermetures

Vimoutiers La varende
RPI Chandai etc
Alençon Desnos
La Ferté Prévert
Juvigny
St Germain du Corbéis élémentaire
La Lande Patry
Messei
RPI Landigou etc
Bellême
Rémalard-Bellou
Igé
Nocé,
Saint Germain de la Coudre
Soligny la Trappe
quelques décharges de direction (fin de moratoire)

 

9- Centre pénitentiaire : il avait été prévu 200 élèves du premier degré, 100 collégiens et 30 lycéens. Beaucoup moins de personnels que prévu arrivent au printemps mais arrivée massive en automne. Il y aura peut être moins d'élèves que prévu. Dans la première cohorte, 55 élèves sont arrivés (autant du premier degré que du second).

 

10- Le cas de nombreuses écoles a été évoqué par les syndicats soit à cause des effectifs, soit à cause d'un public à besoins particuliers ou encore suite à des demandes de décharges de direction plus importantes. Le DA espère un traitement plus favorable de cette fonction mais nous rappelle que dans l'Orne les directeurs sont mieux dotés qu'ailleurs. Les syndicats ont de leur côté rappelé la lourdeur de leur fonction et son côté chronophage.

 

11- Les syndicats ont regretté que les RASED n'aient pas profité d'ouvertures malgré le déficit évident dans l'Orne.

 

12- Les écoles classées ZRR ont été aussi lourdement touchées par les fermetures.

 

13- Les syndicats ont tous voté contre toutes les fermetures, sauf l'UNSA qui s'est abstenu. Tous les syndicats ont voté pour toutes les ouvertures.

 

 

B - Second degré:

 

10 311 élèves prévus pour la rentrée contre 10 395 l'année précédente.

H/E 2013 : 1,31 contre 1,30 l'année précédente.

14 212 heures pour 10 811 élèves (dont SEGPA et ULIS)

soit un gain de 168 heures (soit 36 heures poste : + 2 emplois et + 132 HSH) par rapport à l'année précédente.

 

 

 

1- La répartition a été faite selon les modalités suivantes : collège ambition réussite (E/D moyen 23 élèves sur l'ensemble des niveaux) , collège en Réseau Réussite Scolaire (E/D moyen 24 élèves sur l'ensemble des niveaux) , collèges nécessitant un soutien particulier (E/D moyen 25 élèves sur l'ensemble des niveaux) , autres collèges (E/D moyen 30élèves sur l'ensemble des niveaux).

 

Dans la catégorie « autres collèges », 53 classes auront des effectifs entre 29 et 30.

13 collèges auront des effectifs compris entre 22 et 25 élèves

12 collèges auront des effectifs compris entre 25 et 27 élèves

6 collèges auront des effectifs compris entre 27 et 28 élèves

Une dotation exceptionnelle de 4 ou 5 heures est attribuée aux collèges dont les effectifs sont importants.

Mais les syndicats s'inquiètent que beaucoup de divisions risquent d'avoir un effectif supérieur à 30 élèves, sans contrepartie suffisante en moyens .

 

2- Horaires réglementaires : 6ème : 28h/division, 5ème : 25,50 h/division, 4ème : 28,50 h/division et 3ème : 28,50 h/division.

 

3- Pour les options en 4ème et 3ème, les groupes inférieurs à 8 élèves ne sont pas financés.

 

4- Il est rappelé que la DGH est attribuée par la Direction académique puis le CE de l'établissement propose une répartition la mieux adaptée possible.

Les syndicats relèvent que la DGH n’est pas calculée comme l’an dernier : les IDD y ont été intégrées, ce qui minimise l’augmentation des moyens…

 

5- La DGH SEGPA permet d'assurer les horaires réglementaires et l'application d'un taux d'encadrement de référence par division.

 

C- Questions diverses

 

 

1- Rythmes scolaires : pas de consultation du CTSD prévue. Il est important pour le mouvement que les syndicats soient informés suffisamment tôt pour pouvoir informer les collègues. Le calendrier va être très serré. Un CDEN exceptionnel sera sans doute programmé fin mars, début avril.

 

2- Départs en formation CAPA SH : il serait prématuré de donner une réponse.

 

3- Formation initiale et continue : à partir de février 2013 27 PES et 2 CAPA SH + 125 PE en formation continue. Le nombre de PES à la rentrée n'est toujours pas connu.

 

4- Etat des remplacements : entre 0,3 et 0,4 % d'absences non remplacées, essentiellement des autorisations d'absence facultatives.

 

5- Plus de maîtres que de classes, quels critères ? Nous aurons plus d'informations lors du CTSD du 26 mars.

 

6- Enfants du voyage, qu'en est-il de l'application des circulaires? Le Directeur académique estime que l'on progresse dans la prise en charge des enfants du voyages. Un groupa académique s'est constitué et une nouvelle circulaire académique va arriver avec de grandes orientations.

 

7- Demande d'une liste des écoles classées ZRR. La liste nous est fournie à l'issue du CTSD.

Repost 0
Published by le bureau syndical - dans comptes rendus
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 13:51

Historique:

195 inscriptions aux permutations informatisées cette année, 172 demandes confirmées (en légère baisse)

 1 annulation

80 demandes pour rapprochement de conjoint (en hausse),91 autres

76 pour le Calvados et 24 pour la Manche

 

Remarques:

Quelques modifications cette année: on compte 1 an de rapprochement de conjoint pour 6 mois validés (pacs, mariage ou enfants) et sont pris en compte aussi le congé parental et la disponibilité pour suivre un conjoint.

Des barèmes de collègues ont été corrigés à leur avantage.

7 personnes ont fait une demande de permutation pour raison de handicap. Aucune n’a obtenu satisfaction.

Rappel : ils faut réunir les 3 conditions 

- Etre reconnu travailleur handicapé (personnel, conjoint ou enfant)

- Avoir un avis favorable du médecin de prévention

- Nécessité du rapprochement de domicile pour faire des soins

 

Questions diverses:

A propos des temps partiels pour l’année prochaine : en attente pour le moment.

Congés formation : pas d’élément quant aux critères retenus cette année.

Demande renouvelée de remise des bulletins de salaire sous enveloppe.

Les collègues concernés par une mesure de carte scolaire auront un entretien avec leur IEN et recevront un courrier en main propre.

Pas de maintien de note mais une baisse.

Pas de date connue pour le prochain groupe de travail sur le mouvement.

Quel sera le rôle du conseil d’école concernant les rythmes scolaires?

- débattre et transmettre leur avis au maire.

Débats lors du 2ème conseil d'école ou exceptionnel.

Le Directeur Académique s’appuiera sur l’avis du Maire qui se sera inspiré de l’avis des conseils d'école pour donner sa décision.

Des réunions de directeurs vont avoir lieu avant les vacances de février pour avoir des infos.


Lilie Lebougre et Fabienne Larrieu, vos élues en CAPD

Repost 0
Published by le bureau syndical - dans comptes rendus
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 20:37

Le Gouvernement affirme qu’il fait de l’éducation sa priorité. Les ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de recherche prétendent « refonder » l’école. La réalité est très éloignée de ces discours.

La programmation budgétaire est très en-deçà des besoins. Elle ne permettra pas de recréer les postes supprimés alors qu’il en manquait déjà avant la purge subie sous Sarkozy. Elle se fait à postes publics constants, au détriment des autres services publics avec la poursuite de fait de la RGPP.

Les politiques éducatives s’inscrivent dans la continuité avec celles de ces dernières années, quelques corrections limitées mises à part. La loi d’orientation et de programmation a un contenu très pauvre. Les contre-réformes sont pour la plupart maintenues. Et d’autres sont programmées.

Les conditions de vie et de travail des personnels continuent de se dégrader. Certains projets du ministère vont encore aggraver cette situation. Les réformes de Monsieur Peillon, faites sans les personnels, sont très largement faites contre les personnels.

Une nouvelle fois, nous déplorons le fait que le C.A.E.N. n’ait pas siégé avant ce CTA, les règles démocratiques sont bafouées. En effet, le C.A.E.N. est une instance d’échanges entre tous les acteurs/actrices concerné-e-s par la formation professionnelle (les organisations patronales, les élu-e-s locaux/locales, les organisations syndicales), qui n’ont donc pas pu s’exprimer publiquement et donner un avis sur votre politique de formation professionnelle.

- En ce qui concerne les Lycées Professionnels, à la lecture des documents qui nous sont présentés, nous ne constatons aucune remise en cause de la « rénovation » de la voie professionnelle imaginée et mise en place par le gouvernement précédent.

Ne serait-ce qu’au niveau des heures postes, les 7 postes créés dans les LP cette année ne pourront faire oublier les 200 postes supprimés depuis 2007 ! Ces créations de postes pourront juste répondre aux besoins de la rénovation de la filière ASSP et n’amélioreront pas les conditions d’enseignement à la rentrée 2013.

Les effectifs prévus ne sont que la résultante de la politique de formation commune entre la région et le rectorat et ne sauraient en aucun cas justifier la suppression des postes subie depuis de nombreuses années.

L’offre de formation de niveau V, réduite au CAP car le BEP n’est plus qu’un vulgaire diplôme sans formation spécifique, n’a pas été revue pour permettre d’accueillir les élèves demandeurs/demandeuses en fin de troisième et les élèves décrocheurs/décrocheuses du BAC PRO 3 ans.

Les places vacantes en CAP s’expliquent davantage par une mauvaise implantation géographique que par une insuffisance de la demande. Devons-nous rappeler que ces élèves potentiel-les de CAP sont très peu mobiles pour des raisons socio-économiques. Ils/elles ne visent qu’une formation de proximité.

Le BAC PRO 3 ans n’est pas remis en cause. Nous continuons de penser que le BAC PRO 3 ans baisse la qualité de la formation (-1000 heures de formation) et met les élèves en difficulté (voir les résultats en baisse de plus de 5,6% à la session de juin 2012 par rapport à celle de 2011 au niveau national, et les difficultés vécues en BTS).

Bien que diminuant légèrement, le nombre d’ HSA représente encore l’équivalent de 183 ETP soit 13 % des moyens alloués, ce qui contribue à la dégradation des conditions de travail de nos collègues et à la qualité de la formation.

Nous dénonçons aussi le financement de l’accompagnement personnalisé pour 20 % en heures supplémentaires effectives ce qui est inacceptable pour un enseignement obligatoire. De plus les moyens alloués ne sont pas compatibles avec une véritable « personnalisation » de cet accompagnement. La mise en place de l’AP est un exercice pédagogique difficile, les instructions ministérielles sont confuses et de ce fait créent de la souffrance au travail pour le personnel enseignant.

Malgré nos nombreuses interpellations sur le sujet, la pétition des moniteurs-trices SST, le cahier de doléances remis l’an dernier, les moyens nécessaires à la formation SST pour l’ensemble des élèves de LP n’apparaissent toujours pas dans la DHG rectorale.

Enfin, nous sommes sans cesse interpellés par nos collègues enseignant dans les 3èmes Préparatoires à la voie Professionnelle qui évoquent des élèves en très grande difficulté et des conditions d’accueil et de travail malheureusement en inadéquation avec le public accueilli. Comment motiver ces élèves à suivre une formation professionnelle dans ces conditions ? Or les moyens octroyés pour l’année prochaine ne permettront pas d’enseigner à des groupes à effectif réduit, seule garantie d’une re-motivation et d’un moyen de lutter contre le décrochage scolaire. La situation est d’une telle gravité qu’il nous a semblé nécessaire d’interpeller Monsieur Le Recteur lors du prochain CHS-CT-A à ce sujet.

Nous déplorons une DHG insuffisante qui ne pourra pas nous donner l’assise nécessaire pour mener une formation professionnelle de qualité, une DHG bien en deçà des besoins réels des élèves qui leur permettraient non seulement de s’intégrer professionnellement mais aussi de se construire en tant qu’adultes citoyen-ne-s responsables.

- Concernant les collèges, en considérant les chiffres globaux de la dotation, nous notons une augmentation de 0,4 % des moyens en heures entre les années 2012 et 2013 : quelle insignifiance par rapport aux pertes subies rentrée après rentrée, quel changement !

A propos de l’offre d’enseignement , le rapport H/E moyen est en baisse continue (exceptée l’année 2007) depuis 2002, une fois encore le nombre d’heures d’éducation que chaque élève reçoit de la part de l’État ,de l’Académie, diminue pour la rentrée prochaine, c’est quand le changement tant annoncé ? Un seul exemple le collège Dunois, qui doit accueillir à la rentrée 80 % des élèves en grandes difficultés du collège Jacquard voit ses moyens diminuer, le H/E passant de 1,25 en 2012 à 1,18 en 2013 .

C’est vraiment ne pas se soucier des élèves, et se moquer de leurs familles. Sans oublier les conditions de travail encore dégradées des personnels qui doivent obtenir de meilleurs résultats pour les élèves qui leur sont confié-e-s avec moins de moyens .

Quant à l’octroi de 10 postes d’enseignant-es pour 63 collèges dans le département du Calvados et de 2 postes dans les autres départements, quel est le but de ce saupoudrage, où est l’efficacité que l’on nous serine à chaque instant, à part les effets d’annonce ?

En même temps le nombre d'Heures Sup Années augmente encore, + 6%, le total représentant dans l'absolu 2457/18  soit 136 ETP . Quand aux HSE distribuées au coup par coup et hélas aussi utilisées pour du soutien scolaire, leur nombre n'apparaît pas dans les tableaux des DHG.

- Pour ce qui est des lycées, la DHG pour l'académie augmente d'à peine 6 Equivalents Temps Plein malgré une augmentation de près de 400 élèves. De nombreux dédoublement vont encore disparaître, au détriment des élèves et des conditions de travail ? De plus en plus d'heures obligatoires (en particulier l'AP) sont assurées en HSE ou en vacation ce qui est absolument anormal.

- La rémunération des heures assurées pour les CFA passe de 2/3 à 21/36 ème pour une heure effectuée, devrons-nous bientôt payer pour enseigner ? Les à-cotés de l'enseignement à des apprentis n'est absolument pas pris en compte (mixité des publics, décalages incessants avec les lycéens ou étudiants...), nous renouvellons ici notre opposition au recours exagéré à l'apprentissage, à la transformation de sections scolaires en sections par apprentissage.

Non, l'apprentissage n'est pas la panacée.

- Concernant le 1er degré, même si l'Académie se voit enfin attribuer des postes supplémentaires (27) , le compte n'y est pas non plus (55 enseignants sont partis en retraite rien que dans laz Manche). La dotation est loin de permettre de satisfaire les besoins : comment réimpulser l'accueil des enfants de deux ans, attribuer, plus de maîtres que de classes, relancer la formation continue, revitaliser (a-fortiori recréer) les RASED avec si peu de moyens ?



Pour l’école et ses personnels, nous exigeons les bases d’une véritable refondation :

 L’abrogation des contre-réformes du précédent gouvernement(masterisation, aide personnalisée, SMA, socle commun, LPC, réformes des 3 lycées, Libertés et Responsabilités des Universités, …) et l’abandon des sanctions contre les militant-es.

 Le retrait des projets inacceptables de V. Peillon, en particulier la décentralisation de l’orientation et de la carte de l’enseignement professionnel, et son projet de réforme des rythmes scolaires qui va dégrader encore les conditions de vie et de travail des personnels sans améliorer la situation pour les élèves.

 Les conditions d’un véritable service public d’éducation et de recherche : baisse des effectifs par classe à tous les niveaux pour améliorer les conditions de travail et d’étude ; développement de RASED complets partout ; une vraie politique d’éducation prioritaire ; une carte scolaire garantissant la mixité sociale ; gratuité réelle de la maternelle à l’université ; l’argent public doit être réservé à l’école publique…



Repost 0
Published by le bureau syndical - dans comptes rendus