18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 10:34

Réforme du collège : un premier bilan calamiteux Mobilisation carrières évaluation Education prioritaire en lutte

Repost 0
Published by SUD 61
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 12:50

Le 22 septembre dernier le collectif enseignant du Rassemblement Bleu Marine, lié au Front National, aidé du collectif étudiant Marianne membre du même rassemblement, a organisé sa « convention présidentielle de Marine Le Pen ». Cette dernière y était présente et a pu assister à ses travaux qui visaient à présenter une centaine de propositions du collectif Racine au titre de contribution au futur programme présidentiel de la leader frontiste dans le domaine de l’Ecole. L’objet de cet article est de présenter de manière critique le travail du collectif Racine et de poursuivre l’examen de l’évolution de la principale formation politique de l’extrême-droite européenne sur la question scolaire quelques mois avant l’échéance décisive des Présidentielles de 2017, ceci alors que depuis 2011 le vote pour le FN de Marine Le Pen est en constante progression au sein du monde enseignant même s’il reste très minoritaire.
Dossier très intéressant (et flippant...) à consulter ci-dessous.

Repost 0
Published by SUD 61
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 08:21

Procès d'habitants de la vallée de la Roya « coupables » d'être venus en aide à des réfugié⋅e⋅s, avec la menace de lourdes sanctions. Mesures d'intimidation, poursuites - et parfois condamnations - de personnes ayant agi en soutien de migrant⋅e⋅s ou de Roms, à Calais, à Paris, à Norrent-Fontes, à Boulogne, à Loos, à Perpignan, à St-Etienne, à Meaux... On assiste depuis plusieurs mois à la recrudescence de cas où la solidarité est tenue pour un délit.
Il est clair que les autorités entendent faire plier les citoyennes et les citoyens qui n'adhèrent pas aux politiques de non accueil et de mise à l'écart des migrants, et qu'elles n'hésitent pas pour cela à les assimiler à ceux qui profitent de la vulnérabilité des exilé⋅e⋅s et les exploitent, passeurs et trafiquants en tout genre.
100 organisations associatives ou syndicales, nationales ou locales, publient un manifeste par lequel elles entendent dénoncer ces procédés. Dans les semaines qui viennent, elles mettront en oeuvre toutes sortes d'actions afin que soient préservés le droit de regard, le droit de critique, le droit de s'opposer à des politiques qu'on désapprouve, le droit de se conduire autrement qu'en agent de politiques de fermeture : le droit d'agir en toute humanité.

Vous trouverez le manifeste ici:

 

Repost 0
Published by SUD 61
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 12:59

c'est une journée de travail qui concerne tout-es les adhérent-es de Sud éducation et (futurs adhérent-es), et dans laquelle chacun-e est le/la bienvenu-e.

le vendredi 27 janvier 2017, à Alençon de 9H00 à 16H00

Espace Pyramide,

2 avenue de Basingstoke

Salle Loré

Au menu :

1) La préparation du Conseil Fédéral de Sud qui se tiendra la semaine suivante à Paris. Petit rappel : à Sud, aucune décision n'est prise nationalement, ce sont tous les syndicats, réunis en Conseil Fédéral qui discutent et votent les décisions à prendre, les actions à mener. Il y a 5 CF par année. Nous recevons en amont les sujets qui seront abordés et les votes qui seront proposés, et c'est chaque assemblée Générale départementale, qui après discussion doit se positionner.

Si vous le souhaitez, et si vous voulez vraiment comprendre comment fonctionne votre syndicat, nous vous invitons à participer à l'un de ces CF. Chaque adhérent y a sa place.

 

2) Cette journée de travail est aussi l'occasion, pour nous déchargés, de nous retrouver ensemble, de faire le point sur ce qui a été fait depuis le début de l'année et de voir ce qu'il nous reste à faire. C'est là aussi que chaque adhérent à sa place. Vous pouvez venir voir ce qu'on fait, comment on le fait, vous pouvez venir pour donner votre point de vu, pour demander aussi à ce qu'un point, qui vous semble important soit traité au niveau syndical, vous pouvez avoir aussi envie de faire bouger les choses, de vous investir plus dans le syndicat, de pouvoir mener quelques actions concrètes sur des sujets qui vous semblent importants.


 

Pour vous inscrire, envoyez-nous un mail, Nous vous enverrons les documents nécessaires.

Repost 0
Published by SUD 61
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 10:47

Ce samedi 10 décembre 2016, le Comité d’Animation de l’ICEM - pédagogie Freinet et une délégation de la Fédération SUD Éducation se sont rencontrés suite à l’Appel à la construction de collectifs pour des alternatives pédagogiques et sociales, initié par la Fédération SUD Éducation.
Nos deux organisations se rejoignent sur les constats et analyses présentées dans cet appel. Les politiques d’austérité que l’école publique subit aggravent les inégalités sociales et scolaires (reconfiguration de l’éducation prioritaire qui aboutit à une diminution des moyens alloués aux écoles et établissements des zones et quartiers défavorisés, dégradation des conditions de travail et d’apprentissage du fait de l’augmentation des effectifs par classe).
Nous dénonçons aussi une précarisation accrue des personnels de l’Éducation nationale (A.E.S.H., C.U.I., contractuel-le-s enseignant-e-s) et la dégradation de la formation initiale et continue. Nous ne devons pas non plus renoncer à remettre en cause une école socialement inégalitaire porteuse de toutes formes de discriminations.
La promotion des pédagogies coopératives est une dimension essentielle d’un projet d’une école émancipatrice. La bataille pour le maintien du service public d’éducation est indissociable de la bataille pour une autre école. Il faut défendre et transformer le service public d’éducation pour qu’il vise tout à la fois émancipation individuelle et sociale.
Partant de ce constat, autour de valeurs communes, des pistes concrètes de communication et d’action (notamment pour le retrait du Livret scolaire unique numérique) ont été ouvertes et restent à affiner et à élaborer collectivement avec toutes les organisations qui souhaiteront s’inscrire dans cette démarche.

Repost 0
Published by SUD 61
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 09:14

Un premier bilan calamiteux SUD éducation alerte et lance une enquête

 

La réforme du collège est effective depuis la rentrée. Présentée par la ministre de l’éducation comme assurant d'avantage d'égalité, elle ne remplit pas cette mission : importantes disparités dans la mise en place et renforcement des inégalités, surcharge de travail pour les enseignant-e-s et dégradation des conditions d’apprentissage. Trois mois après sa mise en place, SUD éducation propose un premier bilan de cette réforme du collège et invite les personnels à remplir une enquête en vue d'un bilan plus approfondi.

Réforme du collège premier bilan

Repost 0
Published by SUD 61 - dans communiqués
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 12:55

« Le sénateur Les Républicains (LR) Jean-Claude Carle (…) a été mis en examen le 30 novembre pour détournement de fonds publics par personne chargée d’une mission de service public » nous apprend ce 14 décembre Le Monde suite à une dépêche AFP.
- Évidemment qu'il est coupable, que je dis
- Il me dit C'est pas possible !
- Mais si, que je réponds, Jean-Claude Carle, c'est le monsieur de la loi Carle. La loi qui impose depuis 2009 aux collectivités locales de financer la scolarisation des enfants dans les écoles privées des autres communes. Ça permet aux personnes qui veulent se soustraire à la carte scolaire de scolariser leur tête blonde en dehors de la commune au frais de la princesse. Si ça c'est pas un détournement de fonds publics ça y ressemble beaucoup !
- Ben, oui qui m'dit mais ça c'est un détournement légal. C'est pas un détournement de fonds par un particulier !
- Ouais, peut-être mais c'est quand même particulier comme loi : financer les écoles privées avec des fonds publics. Manquerait plus que les enseignant-e-s du privé soient payé-e-s par l'état ou qu'un curé soit nommé à la tête de l'université de Strasbourg !
SUD éducation exige que les fonds publics aillent exclusivement à l’école publique. Avec l’Union syndicale Solidaires, SUD éducation revendique la nationalisation de l’enseignement privé.

 

L'équipe de Sud Education vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année.

On se retrouve en 2017!

Repost 0
Published by SUD 61
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 07:52

L'administration et les syndicats se sont rencontrés pour discuter des règles du mouvement Intra-départemental 2017.

Après une lecture commune du document, quelques modifications ont été apportées et quelques passages reformulés pour une plus grande clarté du texte.

A retenir :

  • En cas de fusion d'école, la direction est proposée à l'un des 2 directeurs, avec une priorité pour le plus ancien sur le poste. L'autre sera automatiquement basculé sur un poste d'adjoint.

  • En ce qui concerne les « brigades », ils ne pourront bénéficier des points de mesure de carte scolaire que si leur commune de rattachement change, et non plus juste leur école.

  • L'administration va voir si l'appel à candidature pour quelques postes à profil peut se faire en amont du mouvement ainsi, les postes libérés pourront paraître lors de la phase initiale du mouvement.

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à nous joindre !

 

Calendrier prévisionnel :

- 2ème quinzaine de février : diffusion de la circulaire et publication des postes

- Mercredi 15 mars : date limite de réception des demandes de priorité au titre du handicap au SRH et auprès du médecin de prévention

- Mercredi 29 mars : envoi des confirmations de voeux dans I-Prof

- Mardi 9 mai : groupe de travail vérification des barèmes et des voeux + étude des situations particulières

- Mardi 30 mai : CAPD Mouvement principal

- Semaine suivant les résultats du mouvement principal : Appel à candidatures sur les postes restés vacants suivants : Directions – postes ASH – postes à profil , vers tous les enseignants (sans poste et titulaires)

- Mardi 20 juin : groupe de travail "Mouvement complémentaire" (phase d’ajustement et affectations manuelles)

Repost 0
Published by SUD 61
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 17:21

Pour la scolarisation des mineur-e-s et des jeunes migrant-e-s !

Des évacuations qui n’ont rien d’humanitaire

Le 24 octobre 2016, les forces de l’ordre évacuaient 6 500 migrant-e-s de la « jungle » de Calais. Le 4 novembre, c’étaient 3 852 migrant-e-s qui étaient évacué-e-s de leur campement à Stalingrad à Paris. Contrairement à ce que le gouvernement tente de faire croire, cette opération des forces de l’ordre n’a rien d’« humanitaire ». Les Centres d’Accueil et d’Orientation (CAO) ne sont que des solutions transitoires et des campements de fortune se reconstituent systématiquement. Aucune politique n’a été mise en œuvre pour accueillir dignement les migrant-e-s et leur garantir des droits auxquels tout être humain devrait avoir accès : être logé, avoir un travail et un revenu, avoir accès à la santé et à l’éducation.

La fédération SUD éducation dénonce l’absence de solutions pérennes de logement, l’absence de prise en charge des mineur-e-s et jeunes isolé-e-s, la mise en concurrence inhumaine et scandaleuse des personnes accueillies, l’incitation à la dissuasion des demandeurs et demandeuses d’asile dans leurs démarches, l’incitation à la dénonciation, au fichage et au flicage.

Pour l’accueil et l’accompagnement des migrant-e-s

Chaque jour, des milliers de femmes, hommes et enfants sont sur les chemins de l’exil, fuyant dictatures, crises, pauvreté et guerres. Face à ces personnes qui tentent de trouver refuge au péril de leur vie, nos États s’érigent en forteresse. Ils ont pourtant les moyens d’un accueil digne et ils ont leur part de responsabilité dans ces situations de crises politiques et environnementales.

Entre janvier et septembre 2016, 47 000 migrant-e-s ont demandé l’asile à la France, ce chiffre est minime pour un pays qui compte 66 millions d’habitant-e-s et 35 585 communes !

L’accueil et l’accompagnement des migrant-e-s, sans distinction ni discrimination, doit être une priorité. Notre pays doit mettre en œuvre une vraie politique sociale d’accueil et de régularisation des migrant-e-s.

Pour la scolarisation de tou-te-s les jeunes migrant-e-s !

L’Education nationale doit respecter le droit à la scolarisation de tou-te-s les jeunes migrant-e-s. Aujourd’hui, il manque des milliers de places en classe d’accueil pour scolariser tou-te-s les jeunes. Certain-e-s attendent plus de 9 mois pour obtenir une place dans une classe d’accueil en collège.

Les jeunes migrant-e-s sont les premières victimes du budget insuffisant alloué à l’éducation puisqu’ils et elles se voient refuser l’entrée à l’école en arrivant en France. Refuser de scolariser des jeunes dès leur arrivée en France, c’est bafouer leurs droits.

Ne détournons pas le regard, agissons collectivement, exprimons notre solidarité !

Chaque jour, nous pouvons constater les conditions de vie totalement indignes des migrant-e-s, chaque jour nous entendons les discours racistes et fascistes à leur égard.

Ne cédons pas aux discours démagogiques et haineux.

Créons des solidarités concrètes avec les migrant-e-s, participons à toutes les actions pour exiger :

- la scolarisation de toutes et tous les mineurs et jeunes migrant-e-s, par tous les moyens possibles (motions, courriers aux rectorats, grèves, manifestations) ;

- des logements pour toutes et tous ;

- l’accès aux soins et à la culture pour toutes et tous ;

- la fermeture des centres de rétention ;

- des papiers pour toutes et tous ;

- l’ouverture des frontières aux personnes, la liberté de circulation et d’installation.

Repost 0
Published by SUD 61
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 16:37

Priorité à l’éducation

Priorité à l’évaluation

Sélection condensée de l’actualité syndicale, le Panneau Syndical SUD éducation est destiné à l’affichage en format A3 ou à l’impression sous forme de tract en A4.

Au sommaire du numéro 33 :

Priorité à l’éducation Priorité à l’évaluation

- Education prioritaire : ultimatum pour le 3 janvier !

- Livret scolaire numérique

- Evaluation : signons la pétition !

Education prioritaire : ultimatum pour le 3 janvier !

Une lutte qui grandit

La ministre avait annoncé son intention d’exclure les lycées de l’éducation prioritaire à partir de la rentrée 2017. Depuis plusieurs mois, la mobilisation se développe autour de l’appel Touche pas à ma ZEP et de ses collectifs. Elle a pris un caractère national avec le succès des grèves du 17 novembre et 29 novembre. Pour la première fois, au-delà des soutiens intersyndicaux régionaux, une intersyndicale nationale Snes-Snuep-Snep-Fo-Cgt-Sud appelait à la grève.

Le ministère pris en défaut

Après avoir nié le problème la ministre a fini par prolonger jusqu’en 2019 les indemnités, puis a sauvegardé les bonifications pour les seuls personnels en poste avant 2015, avant d’annoncer 450 postes pour la seule rentrée 2017. Ces reculs partiels montrent qu’il est possible de gagner sur les revendications des personnels. Mais on est loin du compte et les effets d’annonce ne trompent personne !

Des revendications qui doivent être satisfaites

Une carte élargie de l’éducation prioritaire et un label sur des critères nationaux et transparents, des moyens pérennes et des droits pour tou-te-s, des postes et des seuils d’effectifs contraignants : SUD éducation renouvelle son soutien aux revendications de ce mouvement et à la décision des AG d’un ultimatum à la ministre. Sans engagement répondant aux revendications, la grève sera reconductible à partir du 3 janvier !

Livret scolaire numérique

Formatage des pratiques pédagogiques, fichage des élèves, surcharge de travail pour les enseignant-e-s. Le livret scolaire unique numérique (LSUN) est imposé à marche forcée avec de nombreux problèmes techniques aux effets chronophages. Nous ne voulons pas de cette école numérique qui marchandise l’école et sert à engraisser des multinationales en assurant le fichage et la traçabilité des populations. Ni mise en œuvre progressive, ni suspension : abrogation du Livret scolaire numérique !

Evaluation : signons la pétition !

Les décrets sur l’évaluation des enseignant-e-s et les carrières ont été votés au Comité Technique Ministériel du 07/12 avec les voix de la FSU, de l’UNSA et du SGEN-CFDT. Cette réforme accroît le poids de la hiérarchie, maintient l’inspection-sanction et introduit une « gestion des ressources humaines » issue de l’entreprise. Contre les régressions, pour la déconnexion entre évaluation et carrières, signez sur notre site la pétition « Nous ne sommes pas des ressources humaines ! »

Repost 0
Published by SUD 61