30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 16:07

EREA : le 15 avril dernier, est sorti une circulaire indiquant que les postes d'éducateurs en EREA ne seraient plus pourvus par des enseignants, mais par des AED. Par conséquent, 9 personnes qui devaient être nommés à titre provisoire sur ces postes ne le seront pas, et pour la rentrée suivante, c'est l'ensemble des postes d'éducateur en EREA qui fermera.

Postes de maître E restés vacants : cette année, il y aura, sur ces postes, un appel à candidature ouvert à tout le monde. (jusqu'à présent, il fallait avoir la spécialité requise).

Disponibilités : 2 disponibilités pour convenance personnelle ont été attribuées, 3 sont encore en attente.

Hors classe : 51 personnes seront promouvables à la hors classe.

Postes prison : cette année, les enseignants nommés sur les postes en centre pénitencier le sont à titre définitif, même s'ils ne sont pas titulaires de l'option requise.

Appel à candidature : il reste un certain nombre de postes particuliers vacants, un appel à candidature sera effectué. Une circulaire sortira sous peu, et les entretiens auront lieu le 14 juin.

Tout ceci sera sur votre « I-PROF » ! Pensez à le consulter régulièrement dans les jours à venir si vous êtes intéressés, ou sinon, n'hésitez pas à nous contacter pour avoir les informations à temps.

Ineat-Exeat : 58 demandes d'Exeat pour seulement 18 demandes d'Ineat...

Annonces ministérielles : dès la rentrée 2017, les classes de CP seront dédoublées dans les écoles en REP+. Pour ce faire, chacune des 3 écoles concernées se verra attribuer un mi-temps PMQC supplémentaire. Pour les écoles en REP et REP+, il faudra attendre la rentrée 2018, et cela concernera les classes de CP et CE1.

Attention : Des informations circulent sur le fait que les résultats définitifs du mouvement sont reportés au 6 juin. Après avoir contacté la DSDEN, il apparaît que ces informations sont fausses. La CAPD a bien validé le mouvement départemental. Seuls les éducateurs d'EREA qui voient leur poste subitement fermé, pourront augmenter leurs vœux, mais uniquement pour la phase informatique du 2nd mouvement !

N'hésitez pas à nous contacter.

Repost 0
Published by SUD 61
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 13:52

L’élection d’E. Macron annonce une brusque accélération dans la mise en œuvre des politiques de déréglementation qui ont été menées ces dernières décennies. Le projet de société du candidat du CAC-40 est sans ambiguïté. Il s’agit d’une entreprise de régression sociale, de destruction des droits sociaux, des solidarités et des services publics, au bénéfice des classes possédantes. Son projet pour l’école est également dangereux. Il s'agit d'abord de continuer les politiques de mise en concurrence menées par les gouvernements précédents. De la « refondation » du dernier quinquennat, il veut conserver et aggraver toutes les contre-réformes néolibérales de structure. Mais il entend en parallèle imposer un nouveau tournant réactionnaire à l’école.

Comme dans tout projet réactionnaire, l’école primaire (élémentaire ET maternelle) est pour l’essentiel réduite à la fonction d’apprendre à « lire-écrire-compter », loin des enjeux socio-éducatifs globaux qu’elle doit pourtant prendre en compte et qui sont la condition même des apprentissages. La spécificité de la maternelle est à nouveau niée.

La déclaration complète ci-dessous

Repost 0
Published by SUD 61
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 13:51

Compte rendu de la CAPD du 17 mai 2017

 

  • Bonifications au titre du handicap : 2 personnes bénéficient de 40 points et 3 personnes de 5 points.

  • Étude de cas particuliers : les situations de 25 personnes ont été étudiées, et pour la plupart une solution satisfaisante a été proposée.

  • Hors classe : 46 personnes passeront à la hors classe, les situations seront étudiées lors de la CAPD du 29 juin.

  • Temps partiels : les enseignants seront informés pendant la deuxième quinzaine de juin de l'acceptation ou du refus du temps partiel.

  • Mouvement principal : la CAPD a lieu le 30 mai. Vous pouvez encore nous envoyer vos fiches de suivi afin que nous puissions les vérifier. Nous tiendrons une permanence téléphonique au numéro suivant : 09 80 79 65 03.

  • Postes à profil : 11 restent toujours vacants, ils seront de nouveau proposés après le 30 mai.

  • Rendez-vous de carrière 2017-2018 : une liste des collègues concernés sera établie courant juin.

  • PES : il y en aura 68 l'an prochain.

Repost 0
Published by SUD 61
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 13:42

Voici la déclaration faite par SUD Education lors du CTSD du 18 mai.

L’élection d’Emmanuel Macron annonce une nouvelle accélération des politiques de régression sociale, de destruction des droits sociaux, des solidarités et des services publics, au bénéfice des classes possédantes. Son projet pour l’école est à la fois de poursuivre les politiques libérales en ce qui concerne les structures et d’opérer un tournant réactionnaire dans les contenus. La fonction publique est la grande absente du gouvernement Macron! Le ministère de la fonction publique disparaît ! 5,5 millions d’agents-es n’auront donc plus de représentant-e au sein de ce nouveau gouvernement. Le fait que la DGAFP et les questions « fonction publique » soient, semble t’il, rattachées à Bercy et tout particulièrement au Ministre de l’action et des comptes publics, fait craindre le pire pour cet élément fondamental pour la cohésion sociale. Sans doute n’est-ce pas le souci premier de ce gouvernement qui, en rattachant le sort des agents-es de la fonction publique aux services qui gèrent les comptes de la nation, nous fait dire que la fonction publique et ses personnels serviront de variable d’ajustement pour l’équilibre des comptes de la nation. Quand l’on sait que Monsieur Macron envisage de supprimer au cours de son mandat 120 000 postes de fonctionnaires (50 000 à l’état et 70 000 à la territoriale), on comprend mieux ce rapprochement. Quand l’on sait que ce gouvernement recherchera environ 60 milliards de réductions dans les dépenses publiques, c’est évidemment plus simple d’avoir sous la main ce qui constituera le principal vecteur de ces coupes budgétaires.

La déclaration complète ici:

Et le compte rendu est ici:

Repost 0
Published by SUD 61
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 13:40

Ce mercredi 17 mai, nous avons rencontré Madame Moncada, DASEN nouvellement nommée.

Ce fut pour nous l'occasion de lui faire part de certaines de nos revendications. Les sujets non abordés le seront dans les instances dédiées.

Voici les thème que nous avons abordé:

  1. emplois précaires

  2.  ASH

  3. carte scolaire

  4.  conditions de travail

  5. formation continue

  6. Congés formation

  7. Suivi des enfants de la communauté des gens du voyage

  8. PPMS

  9. Regroupement des écoles 2 ou 3 classes

Ci-dessous le résumé de ce que nous avons dit et les réponses apportées.

Repost 0
Published by SUD 61
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 14:01

L’élection d’Emmanuel Macron annonce une nouvelle accélération des politiques de régression sociale, de destruction des droits sociaux, des solidarités et des services publics, au bénéfice des classes possédantes. Son projet pour l’école est à la fois de poursuivre les politiques libérales en ce qui concerne les structures et d’opérer un tournant réactionnaire dans les contenus. Pas de répit, pas d’état de grâce !

Voici un 4 pages réalisé par Sud éducation, à lire et diffuser sans modération...

Repost 0
Published by SUD 61
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 20:00

Riposte sociale face à la casse totale

Le projet du nouveau président est sans ambiguïté. Il s’agit d’entreprendre une brusque accélération dans la mise en œuvre des politiques néolibérales de déréglementation qui ont été menées ces dernières décennies.

Continuation de l’Union européenne austéritaire, baisse du nombre des fonctionnaires (de 120 000) et des budgets publics, des lois Travail bis et ter pour poursuivre la destruction du droit du travail, l’ubérisation de la société... Il n’a pas caché son programme de destruction de la protection sociale par la suppression des cotisations sociales. C’est la fin du système de retraites solidaires par répartition, qu’il veut remplacer par une retraite individuelle par points. L’assurance chômage sera conditionnée à un contrôle encore plus fort des privé-e-s d’emploi qui seront contraint-e-s d’accepter quasiment n’importe quel poste pour ne pas être radié-e-s. C’est un projet de société encore plus inégalitaire, avec toujours plus de pauvres, de chômeurs/euses, de précaires, et des conditions de travail dégradées.

Toute cette politique n’a d’autre objectif que de favoriser les profits et les dividendes aux dépens des salaires, des solidarités sociales et des services publics. Ce n’est pas le fruit du hasard : le capitalisme se nourrit de l’exploitation de la force du travail et des inégalités.

Nous ne laisserons pas faire ! C’est un véritable front social de lutte qu’il faut construire, pour la défense du droit du travail, des services publics, de la solidarité sociale (retraites, santé, chômage…). Dans la rue, par nos luttes, nos grèves, notre mobilisation, SUD éducation s’inscrit dans un combat général pour que naisse une alternative sociale, économique, politique et écologique dont l’essentiel reste à inventer.


Une école néolibérale et réactionnaire

Le projet éducatif d’Emmanuel Macron est de continuer les politiques de mise en concurrence menées par les gouvernements précédents. De la « refondation » il veut accentuer toutes les contre-réformes néolibérales de structure. Mais il entend en parallèle imposer un nouveau tournant réactionnaire à l’école. Elle sera davantage celle du tri social, avec des évaluations nationales numérisées dès la grande section, la mise en avant de l’apprentissage, le développement des options de reproduction sociale et de l’individualisation des parcours, la sélection à l’entrée à l’université…

En accroissant la territorialisation et l’autonomie, en produisant une école réduite au "lire-écrire-compter" pour les pauvres et en multipliant les processus de sélection sociale, l’école d’Emmanuel Macron poursuit l’adaptation du service public d’éducation aux besoins du patronat. Celles et ceux qui portent des alternatives pédagogiques et sociales doivent faire front, pour résister à ce processus et faire naître un tout autre projet pour une école égalitaire et émancipatrice.

Repost 0
Published by SUD 61
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 09:56

Vous avez sans doute entendu les annonces du Ministère sur la « revalorisation » des carrières des enseignant-e-s. En effet, le ministère annonçait l’an dernier des «augmentations de salaires» à des fins électoralistes, à cette occasion, il dévoilait cet été le principe d’une modification en profondeur de l’évaluation des enseignant-e-s. Les différents projets de décrets concernant les aspects salariaux ont été abordés au CTM (Comité Technique Ministériel) du 1er décembre 2016 et au CSFPE (Conseil Supérieur de la Fonction Publique d’Etat) du 14 décembre 2016. Les décrets concernant l’évaluation ne sont pas encore disponibles. La question des mobilisations reste donc d’actualité. Ces changements s’inscrivent dans l’optique du protocole PPCR, que nous présentons ci-dessous. Dans cette brochure, SUD éducation vous présente en détail les modalités du projet ministériel.

 

PPCR ?
 
Sous ce sigle se cache une refonte totale des Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations des agent-e-s des 3 fonctions publiques. Salaires gelés depuis 6 ans, une entrée dans le métier à un niveau ridiculement bas, mobilité réduite : le chantier était immense. L'objectif affiché par le ministère était de simplifier et d'harmoniser les grilles indiciaires et les avancements des agent-e-s. Pendant près d'un an les organisations syndicales ont négocié avec la ministre de la Fonction Publique. Un projet d'accord a été soumis à signature à la mi-juillet 2015. Un an de négociation qui au final n'a pas répondu à nos attentes.

l'ensemble du tract se trouve ICI:

Repost 0
Published by SUD 61
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 20:30

Une journée de lutte…

Le 1er mai 1886, les travailleuses et travailleurs de Chicago et de tous les États-Unis se levaient pour réclamer plus de justice sociale, un temps de travail réduit, des conditions de travail décentes, bref une vie digne d’être vécue. Le gouvernement leur répondait par les armes, faisant tuer plusieurs dizaines de manifestant-e-s. Le 1er mai 2017, partout dans le monde, les travailleuses et travailleurs seront dans la rue pour exiger la justice sociale dans un monde globalisé où les intérêts capitalistes s’affirment avec toujours plus d’agressivité contre les revendications sociales. Depuis le 19e siècle, la lutte a été constante et continue : pour l’interdiction du travail des enfants partout dans le monde, pour les droits du travail, pour la réduction du temps de travail et un salaire décent, pour l’emploi de toutes et tous, pour, enfin, ne plus perdre sa vie à la gagner.

… pour les exigences sociales…

Les capitalistes s’acharnent avec toujours plus de vigueur pour anéantir les droits conquis par la lutte et par la lutte seulement. Partout dans le monde, la privatisation des services publics (santé, éducation, transports...), l’accaparement des profits continuent, créant des inégalités sociales de plus en plus fortes. Avec la crise, les pertes sont socialisées, au plus grand profit privé des banques. Dans une telle situation, les gouvernements répondent par la violence aux mouvements sociaux.

Le 1er mai manifestons dans l’unité pour défendre les libertés publiques, les droits sociaux, le droit du travail, les solidarités, la protection sociale, les retraites, les services publics.

… et la solidarité internationale

En Europe depuis la crise de 2008, les mêmes méthodes produisent les mêmes effets : de plus en plus de salarié-e-s sont sorti-e-s du périmètre d’application des conventions collectives. Le résultat, c’est moins de protection, des salaires en baisse, les chômeurs et chômeuses moins indemnisé-e-s et l’accroissement du nombre des travailleurs/euses pauvres avec les conséquences sur la santé et le mal logement en particulier. Les conditions de travail sont attaquées et la souffrance au travail s’accentue. Les suicides et les accidents liés à une organisation pathogène du travail se multiplient.

Les politiques libérales font partout le jeu de la démagogie anti-immigré-e-s. Le premier mai est aussi l’occasion d’affirmer notre solidarité avec tou-te-s les travailleurs/euses, d’ici ou d’ailleurs, contre les divisions et l’exploitation.

Ce sera en particulier l’occasion d’exprimer notre solidarité avec les peuples et travailleurs/euses de Turquie face au péril dictatorial qui les opprime de plus en plus, avec les syndicalistes de l’éducation du Chili qui luttent contre la répression et contre la marchandisation de l’éducation, avec les travailleurs/euses de l’hôtel Bauen en Argentine qui en assurent le fonctionnement en gestion ouvrière depuis 14 années et que le gouvernement veut expulser, avec les travailleurs/euses de Guyane qui construisent un mouvement populaire et solidaire de révolte contre l’injustice sociale…

Le 1er mai (et après) :
dans la rue, partout dans le monde, pour les droits de toutes les travailleuses et tous les travailleurs !

Repost 0
Published by SUD 61
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 20:12

Voici les informations concernant le stage : Pour une autre école

Le stage aura lieu à l'espace Pyramide (avenue Quakenbruck), dans la salle Delaunay au 1er étage. C'est le bâtiment qui se trouve juste à côté du théâtre "La scène nationale".

Le stage commence à 9h00 et se termine à 16h30 les 2 jours.

SUD éducation prend en charge café, thé, petits gâteaux de l'accueil ainsi que le déjeuner.

Si vous le souhaitez, vous pouvez apporter de quoi organiser un apéro, un dessert ou une boisson.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez la moindre question.

Repost 0
Published by SUD 61