3 mars 2022 4 03 /03 /mars /2022 13:23

 

Les organisations signataires dénoncent l'agression contre l'Ukraine décidée et mise en œuvre par le gouvernement de la Russie. Il s'agit d'une guerre, en violation de la souveraineté d'un pays, contre le principe du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.

 

Alors que plusieurs centaines de victimes civiles sont d'ores et déjà à déplorer, les organisations signataires expriment leur soutien aux populations, et en particulier à tous les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche et à leurs syndicats, ainsi qu’aux étudiant-es. Elles expriment leur soutien à celles et ceux qui en Ukraine et Russie s'opposent à la guerre menée.

 

Elles appellent à l'arrêt immédiat de cette agression, au retrait des troupes russes du territoire ukrainien. Elles appellent à la solidarité internationale pour la paix immédiate ainsi qu’à la mobilisation la plus large pour éviter toute nouvelle escalade militaire et trouver la voie du dialogue. Elles appellent notamment à participer aux marches pour la paix les mercredi 2 mars et samedi 5 mars.

Paris, le 1er mars 2022

Signataires : SNESUP-FSU, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNEP-FSU, SNETAP-FSU, FO ESR, FERC Sup CGT, SNTRS CGT, CGT INRAE, SUD-Éducation, SUD-Recherche EPST, SOLIDAIRES Étudiant-e-s, SGEN-CFDT, SGEN-CFDT INRAE, SGEN-CFDT Recherche EPST, CJC, L'alternative, FAGE, UNEF, A&I UNSA, ITRF BIO-UNSA, SNPTES-UNSA, Sup'Recherche-UNSA

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
3 mars 2022 4 03 /03 /mars /2022 13:16

Les constats sont implacables : en janvier 2022, l’inflation sur un an en France atteint 2,9 % avec une forte hausse des prix de l’énergie et des produits alimentaires qui pèse de façon particulièrement importante sur les bas salaires. Face à cette réalité, la politique de gel de la valeur du point d’indice (20 % de perte de pouvoir d'achat depuis 2000) a conduit à l’impasse dans laquelle se trouve aujourd’hui la fonction publique : dégradation du pouvoir d’achat, baisse de l’attractivité, départs trop nombreux, difficultés de recrutement, sentiment de déclassement, etc.

Dégel du point d’indice et augmentation des salaires et des pensions : il y a urgence !

Le recours à l’emploi contractuel facilité par la loi de transformation de la Fonction Publique se développe au détriment des postes de titulaires. Dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR), il sera aggravé par l'émergence de nouveaux types de contrats dans la loi de programmation de la recherche type “chaires de professeur junior” ou encore “contrats de chantier”, alors que les contractuel·les de ce ministère représentent déjà 40 % de ceux de la fonction publique.

 

Les niveaux des grilles de rémunération des agent·es notamment de catégorie B et C ne répondent pas à leurs attentes et besoins ni à une juste reconnaissance de leur engagement et de leurs qualifications. Bien souvent en première ligne durant la crise sanitaire, sans aucune contrepartie, ils et elles subissent dans leur travail quotidien les effets de la politique de casse du service public menée depuis plusieurs années : destruction des collectifs de travail, surcharge de travail liée aux réorganisations permanentes, perte du sens de leur métier, multiplication des burn out… le tout dans l'ESR sur fond de restructuration des établissements universitaires et de multiplication des statuts expérimentaux qui leur confisquent leur outil de travail.

Les mesures catégorielles au coup par coup, comme celles contenues dans le protocole LPR, sont des saupoudrages certes bienvenus dans le contexte de pénurie qui frappe le secteur depuis 20 ans, mais sont limitées et ne concernent que certaines catégories de personnels. Ainsi, les repyramidages des corps d’enseignant·es-chercheur·es et des ITRF augmentent un peu les possibilités de promotions pour ces deux statuts et font écho aux revendications syndicales pour une amélioration du déroulement de carrière. Mais le nombre insuffisant de postes prévu et les suppressions de postes ne permettront pas de corriger la représentation particulièrement injuste des femmes dans les corps supérieurs, comme celui de professeur·e des universités (PU) ou des ingénieur·es de recherche, ni de laisser aux agent·es de catégories B et C une chance d'avoir la possibilité d’une promotion avant la fin de leur carrière.

 

Par ailleurs, les modalités de la mise en œuvre de ce repyramidage et sa lourdeur s’ajoutent à celles de la mise en oeuvre du régime indemnitaire pour les enseignant·es-chercheur·es et les chercheur·es (RIPEC) qui ne fait que reprendre les fondements du RIFSEEP que nous avons toujours dénoncés. Actuellement, la mise en application dans les établissements donne lieu à beaucoup d’inquiétudes et de tension en laissant in fine beaucoup trop de latitude aux président·es pour décider seul·es, ouvrant la voie à nombre de dérives.

Égalité salariale entre les femmes et les hommes : assez de « bla-bla-bla » !

Cette année encore, le 8 mars sera l'occasion de mettre en évidence le fossé qui existe entre les discours et les actes du gouvernement. La soi-disant grande cause du quinquennat ne s’est pas traduite en mesures effectives et financées. Faute d'avoir mis des moyens pour lutter contre les inégalités salariales, les agentes continuent de percevoir des salaires 19 % inférieurs dans la fonction publique. Ces différences salariales ne sont qu'en partie la conséquence des temps partiels très majoritairement féminins, bien souvent non choisis. Les pratiques discriminantes et notamment les nombreux biais de genre et l'usage de normes de réussite masculines pèsent sur le déroulement de la carrière des femmes, tout comme les politiques indemnitaires qui récompensent certaines fonctions principalement exercées par les hommes. A cela s’ajoutent une plus grande précarité pour les femmes et une entrée plus tardive dans la carrière. Au final, toutes ces inégalités se cumulent et conduisent à des retraites plus faibles pour les femmes. De même la précarité étudiante touche d’abord les étudiantes, qui sont, par exemple, touchées par la précarité menstruelle ou encore plus nombreuses à se salarier durant leurs études que les étudiants. Dans cette période d'inflation galopante, sans mesures générales de revalorisation salariale, d'une réforme des bourses, actives, étudiant·es et retraitées vont donc payer le prix fort.

Si le plan de lutte contre les violences sexistes et sexuelles (VSS) dans l’ESR publié en novembre dernier et le plan d’action égalité professionnelle femmes-hommes du MESRI qui commencent à se décliner aujourd’hui dans les établissements, contiennent potentiellement des avancées, l’analyse du projet de loi de finances 2022 montre que les moyens sont loin de suivre et qu’ils sont même, sur certains programmes pourtant en lien direct avec la mise en oeuvre des axes structurants, en baisse ! De plus, comme le montre l’observatoire étudiant des violences sexistes et sexuelles dans l’ESR, celles ci sont toujours extrêmement fortes sur les étudiantes faute de réelle mise en place du plan et de budget consacré.

 

Les organisations signataires souhaitent agir et peser fortement pour améliorer l’égalité salariale et professionnelle réelle entre les femmes et les hommes et revendiquent notamment la fin des politiques indemnitaires injustes, la revalorisation des filières les plus féminisées, le déblocage des carrières des femmes. Il y a par exemple 28 % de femmes dans le corps des PU en 2020 pour 45 % chez les MCF, 32 % dans le corps des DR pour 41 % dans celui des CR, 38% de femmes ingénieures de recherche contre 53 % de femmes ingénieures d'études. Elles revendiquent également des politiques ambitieuses de lutte contre l'orientation genrée des étudiant·es, qui contribue à créer ensuite des inégalités dans le monde professionnel.

Aussi, les organisations signataires appellent à rejoindre les mobilisations organisées le 8 mars prochain partout sur le territoire pour exiger des mesures concrètes pour l'égalité et la fin des discriminations.

 

Les organisations signataires appellent les personnels de l’enseignement supérieur et la recherche ainsi que les étudiant·es à des journées de grève, d’action et de manifestations les 8 et 17 mars prochains. 

Elles apportent leur soutien aux mouvements en cours et à venir portant notamment sur l'emploi, les conditions de travail et les missions publiques.

Paris, le 2 mars 2022

Signataires : SNESUP-FSU, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNEP-FSU, FERC Sup CGT, SNTRS CGT, CGT INRAE, SUD-Éducation, SUD-Recherche EPST, L'alternative, UNEF, SOLIDAIRES Étudiant-e-s

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
3 mars 2022 4 03 /03 /mars /2022 13:05

SUD éducation appelle avec son Union syndicale Solidaires et plusieurs centaines d’associations à construire des mobilisations d’ampleur pour la justice climatique et sociale : le 12 mars, marchons ensemble partout en France, et le 25 mars, répondons présent·es à l’appel de la jeunesse à faire grève pour le climat.

La lutte contre le dérèglement climatique ne peut plus attendre : les sept années les plus chaudes jamais mesurées ont toutes eu lieu depuis 2015, année de l’accord de Paris. Les conséquences du réchauffement sont déjà visibles et menacent à court terme l’ensemble de la population mondiale, notamment les plus pauvres qui en sont les premières victimes. Les prévisions scientifiques qui se succèdent vont toutes dans le sens d’un avenir de plus en plus inquiétant et auront des conséquences sur nos systèmes économiques et sociaux (emploi, retraites, accès aux besoins essentiels, sécurité sociale…).

Pourtant, dans le cadre de la crise sanitaire, les gouvernements n’ont conditionné aucun plan d’aide aux entreprises, pourtant principales responsables de la crise environnementale,  à des mesures susceptibles d’entraîner une transformation écologique et sociale de nos économies. Malgré la multiplication des mobilisations pour le climat et la justice sociale ces dernières années, les responsables politiques continuent volontairement de faire du climat une question secondaire.

Alors qu’elle a la responsabilité de former les générations qui recevront de plein fouet les conséquences de nos choix actuels, l’Éducation nationale quant à elle se contente d’une écologie de vitrine. Le verdissement des programmes scolaires se fait ainsi sans donner aux élèves de réelles armes leur permettant d’avoir l’espoir d’inverser la tendance.

Pour imposer d’autres politiques, SUD éducation appelle à rejoindre massivement :

  • les marches pour le climat et la justice sociale qui s’organisent partout en France le samedi 12 mars,
  • la grève pour le climat impulsée par les organisations de jeunesse le 25 mars. 
Changeons la société, pas le climat !

Nous exigeons :

  • Des objectifs de réductions des émissions de CO2 réellement contraignants pour l’État et les entreprises ;
  • Le développement et l’amélioration des services publics à même de répondre aux besoins de la population, en particulier en matière de santé, de transports et d’éducation ;
  • Un statut protecteur des salarié·es afin de réussir la relocalisation et la transformation de notre économie ;
  • Un droit à l’alimentation choisie et de qualité pour tou·tes, s’appuyant sur une agriculture paysanne et des circuits relocalisés ;
  • Un revenu qui permette au plus grand nombre de vivre dignement en conciliant les enjeux de fin du monde et les contraintes de fin de mois.
Changeons l’école, pas le climat !

Nous revendiquons :

  • Des bâtiments scolaires adaptés : végétalisation des cours de récréation, dépollution des sols, maîtrise de la consommation d’eau et d’énergie, diagnostics énergétiques communiqués au personnel et aux usager·e·s, production d’énergie renouvelable sur site ;
  • La gestion et le tri des déchets, en recrutant du personnel en nombre suffisant pour effectuer ce travail supplémentaire : installation de poubelles de tri et de composteurs ;
  • Un usage raisonné, économe et autonome des outils numériques : sortie du tout numérique, collecte et tri des déchets numériques, recrutement de personnel formé à l’entretien et à la maintenance des outils informatiques, usage de systèmes d’exploitation et de logiciels économies en énergie et à longue durée de vie en favorisant les logiciels libres ;
  • Dans les cantines : réduction de la consommation de viande et de poisson, formations à la création de menus végétariens pour le personnel, renforcement des filières locales et biologiques sans hausse du prix du repas, fin des cantines centrales et retour à des cantines sur site ;
  • Des enseignements qui permettent aux élèves de comprendre les mécanismes de la crise environnementale et d’identifier les moyens d’agir dessus.
Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
3 mars 2022 4 03 /03 /mars /2022 12:57

SUD éducation, avec l’Union syndicale Solidaires, condamne l’agression de la Russie contre l’Ukraine et apporte toute sa solidarité à la population qui subit la guerre déclenchée par le gouvernement russe. Elle en subit déjà les conséquences : morts, destructions d’habitations et de l’appareil productif, et déplacements de populations.

Près de 500 000 personnes ont d’ores-et-déjà traversé les frontières. Des camps se dressent dans les États limitrophes de l’Ukraine. Une procédure accélérée est à l'étude par l’Union Européenne, afin de protéger ces réfugié⋅es, en majorité des femmes et des enfants, les hommes étant majoritairement réquisitionnés.

SUD éducation appelle le gouvernement français à prendre largement sa part dans l'accueil de ces réfugié⋅es demande en conséquence l'ouverture de structures scolaires adaptées concernant la scolarisation des enfants, telles que les UPE2A, ainsi que le recrutement d’encadrant⋅es et d’enseignant⋅es titulaires ou titularisables ainsi que la gratuité des frais d’inscription dans les universités et à la Sécurité sociale pour les étudiant⋅es réfugié⋅es.
Une attention particulière devra être portée aux mineur⋅es non-accompagné⋅es : leurs droits fondamentaux à une scolarité, une orientation choisie, la santé, le logement , l’alimentation, doivent être garantis. SUD éducation revendique à cet égard des moyens pour l’amélioration des conditions d’existence des MNA déjà présent⋅es sur le territoire français. Leur place est à l'école ; ni dans un CRA, ni dans la rue, ni dans un avion de retour.

SUD éducation salue la solidarité des peuples d’Europe envers les réfugié⋅es de l'Ukraine. Cette solidarité montre qu’il est possible d’accueillir massivement des exilé⋅es, et qu’il est possible de se donner les moyens d’un accueil digne. SUD dénonce les refoulements et menaces dont sont victimes les réfugié⋅es d’origine extra-européenne lorsqu’ils et elles cherchent à fuir le conflit au même titre que les Ukrainien⋅nes
Toute personne réclamant une protection internationale quel que soit son sexe, son genre, sa religion, sa provenance, son âge doit pouvoir obtenir une protection.

SUD éducation invite les personnels à rejoindre les collectifs de défense de migrant⋅es déjà existants tels que le Réseau éducation sans frontières (RESF).

 
Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
28 février 2022 1 28 /02 /février /2022 19:27

 

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
28 février 2022 1 28 /02 /février /2022 19:26
Notre corps nous appartient !

 

1° Injonctions vestimentaires

Régulièrement, dans beaucoup de collèges et lycées, de nombreuses élèves reçoivent des avertissements ou se voient refuser l’accès de leur établissement parce que leur tenue est jugée « provocante » ou « indécente ».

Ne nous méprenons pas. Quelle que soit l'argumentation déployée, l'enjeu est toujours le même : contrôler l'habillement des jeunes filles, considérer qu'il n'est pas acceptable que leur corps soit visible.

  • Nous soutenons les jeunes collégien·nes et lycéen·nes dans leur combat pour le droit de s’habiller comme ils et elles l’entendent, et contre les remarques sexistes des adultes.
  • Nous condamnons toutes les démarches qui visent à interdire l'accès à l'établissement scolaire à des élèves sous prétexte d'une tenue inadaptée.
  • Nous condamnons les règlements intérieurs qui se transforment en police vestimentaire et restreignent de manière injustifiable la liberté des élèves et exigeons la réécriture de ces derniers.
  • Nous revendiquons une réelle éducation pour tou·tes les élèves sur les questions de sexisme, de genre et de consentement.

 

2° Grossophobie

En 2019, le terme grossophobie entre dans le dictionnaire : « attitude de stigmatisation, de discrimination envers les personnes obèses ou en surpoids ». Cette entrée est une première victoire symbolique pour les personnes et collectifs qui se mobilisent pour faire entendre la réalité des discriminations systémiques que subissent les personnes grosses ou perçues comme telles. La stigmatisation, les discriminations et le dénigrement que subissent ces personnes sont étroitement liées aux injonctions normatives sur les corps, qui pèsent avec d’autant plus de force sur les femmes.

  • Face à la grossophobie, ce sont toutes les représentations sur les normes de beauté et sur ce qui serait             « acceptable » ou pas dans l’apparence physique qu’il faut déconstruire. Il est urgent que les autorités de santé publique prennent en compte, sans jugement, les variations morphologiques qui existent et qui sont le résultat bien plus des conditions matérielles d’existence que de responsabilités individuelles.
 
3° Assignation de genre

Dès la naissance, les enfants sont assigné·es à un genre, féminin ou masculin, au regard des attributs de leur corps biologique. Les études de genre ont pourtant bien montré la nécessité de dissocier sexe d’une part, et genre d’autre part (c’est-à-dire la construction sociale des identités). De fait, la question des identités trans met en lumière les problèmes que pose l’assignation de genre. Les personnes trans sont obligé·es de se battre quotidiennement pour faire valoir leur identité face aux discriminations et violences transphobes systémiques.

  • L’autodétermination, le respect des parcours de chacun·e et des prénoms et pronoms d’usage doivent s’imposer dans l’ensemble de la société à commencer par l’école (changements de prénom sur les listes d’appel, sur le carnet de correspondance, sur l’ENT, etc.)

 

4° Mutilation des enfants intersexes

Selon la définition de l’ONU, les personnes intersexes sont nées avec des caractères sexuels (génitaux, gonadiques ou chromosomiques) qui ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps masculins ou féminins.

C’est d’abord avec l’accord des parents – parfois extorqué sous la pression par les médecins – parfois à leur demande, que les enfants et adolescent·es intersexes sont le plus souvent mutilé·es, opéré·es et soumis·es à des « traitements » hormonaux lourds.

Outre ces mutilations, les personnes intersexes ont à subir stigmatisation et violences, en particulier à l’adolescence : les adolescent·es sont, en effet, obsédé·es – et socialement encouragé·es à l’être – par la transformation de leur corps et sa conformité aux normes de genre dominantes.

  • Les mutilations, stérilisations, traitements hormonaux non consentis sur des personnes intersexes, quel que soit leur âge, doivent cesser.
  • Le droit à l’autodétermination des personnes intersexes doit être reconnu : respect du prénom et des pronoms d’usage des élèves dans l’Éducation nationale, possibilité de changement d’état civil libre et gratuit par simple déclaration devant un officier d’état civil en mairie, sans intervention des pouvoirs médicaux et judiciaires.
  • La formation des personnels éducatifs sur les questions intersexes doit être effective.
  • Une prise en compte, non pathologisante, des variations intersexes dans les supports pédagogiques doit prévaloir.

 

5° Droit à l’IVG

Partout dans le monde le droit à l’avortement est attaqué par le système patriarcal. Près d’une femme sur trois a recours à l’avortement au cours de sa vie. Chaque année, sur 1 000 jeunes de 12 à 14 ans enceintes, 770 ont recours à une IVG. Le droit à l’avortement est un droit légitime et nécessaire pour l’égalité des femmes et des hommes. Ce droit qui progresse en théorie, est remis en cause en pratique en France. Aujourd’hui, des femmes n’y ont plus accès, car les moyens alloués aux hôpitaux et centres IVG ne cessent de diminuer. La montée des extrêmes-droites remet également en cause ce droit fondamental pour les femmes de décider d’enfanter ou pas, quand et avec qui.

  • L’accès à l’avortement est un droit
  • La clause de conscience des professionnel·le·s de santé doit être supprimée de la loi ;
  • Des moyens financiers doivent être donnés pour que les centres pratiquant l’avortement et les centres de planification soient accessibles sur tous les territoires ;
  • Des campagnes d’information tous publics sont nécessaires pour pouvoir en parler librement sans tabou ni jugement ;
  • L’éducation à la vie sexuelle doit être prodiguée à toutes et à tous pour qu’elles et ils puissent avoir des choix libres et éclairés.

 

6° PMA pour tous·tes, et maintenant !

Devenir parent·es en dehors du cadre du couple hétérosexuel est un parcours de combattant·es Aujourd’hui en France, nombre de femmes et de personnes trans assignées femmes à la naissance sont confronté·es à des obstacles pour devenir parent·es, dès lors que leur projet d’enfant sort du cadre du couple hétérosexuel.

Depuis la loi bioéthique du 2 août 2021, la PMA est accessible aux femmes célibataires et aux couples de femmes mais pas aux personnes trans assignées femmes à la naissance.

La PMA pour tou·tes est un enjeu important pour la lutte contre les discriminations, notamment pour les femmes lesbiennes et les hommes trans. Qu’iels soient seul·es ou en couple, iels doivent avoir accès à la parentalité comme les couples hétérosexuels.

En plus d’exclure les hommes trans, le projet de loi exclut de nombreuses femmes, ne pouvant se permettre le « luxe » de devenir mères en tant que lesbiennes précaires. La conjointe qui ne porte pas l’enfant se voit confrontée à une immense injustice : celle de ne pas être reconnue comme mère légitime de l’enfant.

Au travail, les femmes qui entreprennent une démarche de PMA ponctuée de nombreux rendez-vous médicaux et subissent parfois les conséquences d’échecs qui peuvent survenir, n’ont pas droit à des autorisations d’absence avec traitement, comme c’est de droit pendant une grossesse. Là encore, il s’agit une discrimination au travail pour les femmes lesbiennes.

SUD ÉDUCATION REVENDIQUE :

Pour les agent·es :

  • la PMA accessible pour tou·tes : femmes seules, lesbiennes précaires et hommes trans
  • le remboursement intégral par la sécurité sociale des frais médicaux
  • l’autorisation d’absence accordée de droit pour tous les RDV médicaux

Pour les élèves :

  • la prise en charge dans les programmes des questions LGBTQIA+ : déconstruction des stéréotypes et discriminations liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre, diversité des modèles familiaux etc.
Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
25 février 2022 5 25 /02 /février /2022 13:11
Ce communiqué a été publié le 24/02/2022

La précarité dans laquelle le ministre Blanquer maintient les 200 000 agent·es qui exercent les missions d’AED et d’AESH dans l’Éducation nationale est montrée du doigt par l’ensemble de la communauté éducative.
Les fortes mobilisations des assistant·es d’éducation (AED, AP, APS) lors des journées “Vie scolaire en colère” et de la grève du 13 janvier ont contraint les parlementaires à proposer de maigres améliorations pour ces personnels.

Ce jeudi 24 février, les député·es ont adopté définitivement à l’assemblée nationale une loi sur le harcèlement scolaire. Ce texte prévoit entre-autres la CDIsation des personnels AED après 6 ans de CDD. Les conditions d’application doivent être maintenant définies via un décret, la vigilance et la mobilisation restent donc de mise.

La CDIsation est une réponse insuffisante !

La possibilité pour les assistant·es d’éducation d’accéder à un CDI au bout de 6 ans de contrat met fin à une injustice intolérable : les AED étaient en effet les seuls personnels non-titulaires de la Fonction publique qui ne se voyaient pas proposer de CDI après 6 ans de service dans les établissements scolaires. Cette limite était d’autant plus inacceptable lorsqu’on sait qu'aujourd'hui au moins 75% des AED ne sont pas étudiant·es et que la moyenne d’âge est de 30 ans. Jusqu’alors les AED se retrouvaient au chômage sans perspectives de réemploi dans l’Éducation nationale après avoir pourtant exercé pendant 6 ans des missions indispensables au service public d’éducation.

Cette mesure de CDIsation est toutefois largement insuffisante : avec un CDI au SMIC, le gouvernement maintient les AED dans la pauvreté. Les AED en CDI vont travailler pour un salaire de 1269 euros nets pour un temps plein de 41h par semaine : c’est de l’exploitation !

L'accès au CDI doit permettre aux AED de bénéficier immédiatement de meilleures conditions de travail et salariales : l’attribution de l’indemnité REP/REP+, une grille nationale de progression salariale, une véritable formation, un recrutement académique et non par les chef·fes d’établissement…

Les AED exercent des missions qui sont indispensables au service public d’éducation et qui doivent être reconnues par la création d’un vrai statut juste et protecteur : AED, c’est un métier!

SUD éducation appelle les AED à poursuivre la mobilisation en rejoignant les collectifs de leurs départements et en se syndiquant pour faire entendre leurs revendications et pour décider des suites de la mobilisation !

SUD éducation revendique :
  • la titularisation sans condition de tous les personnels qui le souhaitent par la création d’un métier d’éducateur·trice scolaire ;
  • l’augmentation des salaires avec une grille de progression salariale à l’ancienneté ;
  • la baisse du temps de travail ;
  • l’obtention de l’indemnité REP/REP+ pour tous les personnels travaillant en éducation prioritaire ;
  • l’attribution d’une prime COVID rétroactive depuis le début de la crise sanitaire ;
  • la suppression du forfait nuit en internat ;
  • la création d’une brigade de remplacement dans les départements pour ne pas faire peser aux AED en poste dans l’établissement le remplacement des collègues absent·es ;
  • le recrutement massif de personnels AED et la fin du recrutement par les chef·fes d’établissement : pour un recrutement académique ;
  • l’accès à une formation et l’augmentation du crédit d’heure pour formation.
Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
25 février 2022 5 25 /02 /février /2022 13:11

L'Union syndicale Solidaires condamne l’agression de la Russie contre l’Ukraine et apporte toute sa solidarité à la population qui subit ces attaques.

La guerre ne profite jamais qu’aux puissants, aux marchands d’armes et aux capitalistes. Les travailleuses et les travailleurs, les populations, vont subir les morts, les privations de libertés, les viols et pillages, les destructions. Les conséquences militaires et économiques dépassent le territoire de l’Ukraine et vont concerner pleinement la population française.

Les impérialismes russes et occidentaux, avec l’OTAN, s’affrontent sur un nouveau terrain. Ce sont les droits des peuples et les libertés qui sont en danger. Le bruit des bottes se fait de plus en plus fort derrière les discours martiaux.

L’Union syndicale Solidaires appelle à participer à l’ensemble des rassemblements et mobilisations des jours à venir contre la guerre.

Nous exigeons la paix, immédiatement !

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
25 février 2022 5 25 /02 /février /2022 13:10

Nous faisons connaître l’appel de plusieurs syndicats d’Ukraine.

Il ne s’agit pas d’un texte du Réseau syndical International de Solidarité et de Luttes , mais dans la situation qui est celle de cette région du monde, il nous paraît nécessaire de faire connaître la parole des syndicalistes.

Egalement publiée : une déclaration du président de la Confédération des syndicats libres d’Ukraine.

L’Ukraine résiste à l’agression de la Fédération de Russie (FR) depuis 2014.

À la suite de cette agression, la Crimée ukrainienne a été annexée, des parties des régions de Lougansk et de Donetsk en Ukraine ont été occupées. Au cours des huit dernières années d’agression de la FR, l’Ukraine a perdu des dizaines de milliers de vies humaines, plus de 1,5 million de nos citoyens ont été contraints de devenir des personnes déplacées à l’intérieur du pays.

Dans le même temps, la guerre et la menace d’une invasion à grande échelle minent l’économie ukrainienne. Cela se traduit par des pertes d’installations industrielles et d’infrastructures sur les territoires occupés, l’arrêt des investissements. Tout cela a des conséquences sur les revenus et les emplois des travailleurs qui luttent pour la paix et le développement démocratique de leur pays.

Le président de la Fédération de Russie, V. Poutine, par son décret du 21 février, a reconnu les républiques autoproclamées de Luhansk et de Donetsk comme des États souverains et indépendants.

La reconnaissance de ces républiques autoproclamées est une violation du droit international et la destruction du système de sécurité qui a été développé après la Seconde Guerre mondiale et l’effondrement de l’URSS, ainsi qu’un acte de violation de la souveraineté, de l’indépendance et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine avec la sortie de facto de la RF des accords de Minsk.

En outre, le 21 février, la Fédération de Russie a commencé à faire entrer officiellement des troupes russes dans le territoire occupé des régions de Louhansk et de Donetsk en Ukraine (l’armée mercenaire et les forces professionnelles russes portant les signes d’identification des forces armées des républiques autoproclamées de Louhansk et de Donetsk ont déjà été déployées illégalement sur les territoires occupés). Les forces armées ukrainiennes respectent strictement le régime de cessez-le-feu. Elles ne mènent aucune action militaire ou illégale dans les territoires occupés. Dans le même temps, sur le territoire contrôlé par l’Ukraine, les civils des régions de Donetsk et de Louhansk souffrent depuis une semaine des tirs d’artillerie incessants en provenance des territoires occupés.

En outre, la FR mène une campagne enragée pour discréditer l’armée ukrainienne en diffusant une désinformation massive, des provocations, des bombardements sous un faux drapeau dans les régions de Louhansk et de Donetsk afin de trouver un casus belli pour déclencher une guerre à grande échelle. La position officielle de l’Ukraine, qui a été annoncée à plusieurs reprises, est fondée sur la recherche d’une voie politique et diplomatique pour le retour des territoires occupés.

Au nom des organisations syndicales, nous exprimons notre profonde gratitude envers les pays, les organisations, les politiciens et les personnes qui ont soutenu l’Ukraine pendant toutes ces années.

Nous demandons aux syndicats et aux organisations publiques de fournir un soutien solidaire à la population ukrainienne dans la lutte contre l’agression de la FR, et d’empêcher une guerre à grande échelle en Europe, qui peut changer instantanément le mode de développement des pays européens et l’architecture de l’ordre mondial.

Nous demandons de diffuser la Déclaration des syndicats ukrainiens sur les ressources web des syndicats, dans les médias sociaux et les messageries.

Le peuple d’Ukraine résistera et gagnera la lutte pour son indépendance, son intégrité territoriale et son choix civilisationnel. #StopRussianAggressionInUkraine (Arrêtez l’agression russe en Ukraine)

Syndicats signataires :

  • Travailleurs de l’industrie et de l’énergie nucléaires d’Ukraine
  • Syndicat des travailleurs des industries métallurgiques et minières d’Ukraine
  • Syndicat indépendant des mineurs d’Ukraine
  • Union des travailleurs de l’énergie et de l’industrie électrotechnique d’Ukraine
  • Union des travailleurs de l’industrie pétrolière et gazière d’Ukraine
  • Union des travailleurs de l’industrie chimique et pétrochimique d’Ukraine
  • Syndicat des travailleurs de la construction d’avions et de machines d’Ukraine Syndicat des travailleurs de l’industrie de la défense d’Ukraine
  • Syndicat des travailleurs de la radio, de l’électronique et de la mécanique d’Ukraine Syndicat des travailleurs de l’automobile et de la machinerie agricole d’Ukraine Syndicat de la construction mécanique et de la métallurgie d’Ukraine
  • Union des employés d’État d’Ukraine Union des travailleurs de la santé d’Ukraine
  • Syndicat de l’économie municipale, de l’industrie locale, des services à la population d’Ukraine
  • Syndicat des travailleurs des installations gazières d’Ukraine
  • Union des travailleurs sociaux d’Ukraine

23 Février 2022

La Russie a attaqué et commencé l’invasion de l’Ukraine

Chers frères et sœurs !
Le 24 février, à 5 heures du matin (heure de Kiev), la Russie a lâchement attaqué et commencé l’invasion de l’Ukraine.
Les principales villes ukrainiennes Odesa, Mariupol, Kharkiv, Tchernihiv, ainsi que les oblasts [entité administrative] de Donetsk et de Louhansk sont attaqués. Les aéroports près de Kiev ont également été attaqués. L’armée et le peuple ukrainiens défendent leur terre.
Aujourd’hui, nous devons nous battre pour notre liberté, notre démocratie et notre paix.
La Confédération des syndicats libres d’Ukraine appelle toutes les organisations syndicales mondiales, les frères et sœurs des syndicats de différents pays à la solidarité.
Le KVPU appelle à poursuivre et à renforcer la pression diplomatique et économique internationale sur la Fédération de Russie et à prendre toutes les mesures possibles pour arrêter la guerre et forcer le retrait de ses forces du territoire de l’Ukraine. Un ensemble efficace de sanctions doit être imposé immédiatement contre la Fédération de Russie. Nous appelons à fournir toute l’assistance possible à l’Ukraine.
Nous devons nous unir pour arrêter la guerre et assurer la paix en Ukraine, en Europe et dans le monde entier.
Comme nous l’avons déjà informé, le Président de la Fédération de Russie V. Poutine, par son décret du 21 février, a reconnu les républiques autoproclamées de Luhansk et de Donetsk comme des États souverains et indépendants. En outre, le 21 février, la Fédération de Russie a commencé à faire entrer officiellement les troupes russes dans le territoire occupé des régions de Luhansk et de Donetsk en Ukraine.
Ainsi, selon le droit international humanitaire, la Russie a admis déclencher un conflit armé international.
Nous voulons souligner à nouveau que l’Ukraine a observé le régime de cessez-le-feu et respecté les accords, qu’elle n’a pas mené d’actions militaires ou illégales dans les territoires occupés. C’est la Russie qui a commencé l’agression en 2014. Ce sont les forces russes qui ont bombardé les villes de la région de Donetsk et de Luhansk cette semaine. Aussi, nous appelons à ne pas croire la propagande russe.
Non seulement l’indépendance de l’Ukraine, mais aussi la sécurité de l’Europe entière et l’avenir du monde dépendent de notre réponse commune et de notre solidarité.
L’union fait la force !

Le président de la Confédération des syndicats libres d’Ukraine
Mykhailo Volynets
24 février 2022

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61
24 février 2022 4 24 /02 /février /2022 18:25

Renouvellement triennal des membres du CDEN

Mme Moncada, ancienne DASEN, a mis à l'écart la ligue de l'enseignement, partenaire historique de l'éducation. L'ensemble des syndicats a dénoncé cette mesure apprise au dernier moment.

 

Règlement intérieur du CDEN

Demande que les suppléants puissent siéger sans intervenir ni voter. Après des réticences et parce l'administration faisait elle-même une demande allant dans ce sens pour qu'un IEN assiste au CDEN, il sera accepté que chaque syndicat soit accompagné d'un suppléant.

 

Second degré

  • -247 élèves prévus / Aucun retrait d'emploi (justifié par la ruralité de l'Orne et l'ISP, indice de position sociale)

  • ½ IMP supplémentaire pour tous les établissements

  • Les seuils par division restent inchangés

    Collège éducation prioritaire renforcé : 23 élèves par niveau

    Collège en éducation prioritaire (REP) : 24 élèves par niveau

    Collèges hors éducation prioritaire : 28 élèves par niveau en 6ème / 30 élèves sur les autres niveaux

  • 13 nouveaux postes de CPE dans l'académie, on ne sait pas encore combien pour l'Orne. Certains établissements n'ont pas de CPE !

  • L’application des horaires réglementaires : 26 heures par division, auxquelles s’ajoutent 3 heures mises à disposition afin de favoriser le projet d’établissement et l’innovation pédagogique.

  • Les heures pour l’association sportive, le laboratoire de sciences physiques et sciences de la vie et de la terre ainsi que la chorale et les décharges pour service partagé sont ajoutées à la dotation de base. Elles sont calculées sur la base de n-1 et pourront être réajustées au mois de juin de l’année en cours.

  • Les heures des ULIS, classe et ateliers relais et des UPE2A sont intégrées à la dotation de base.

  • Une dotation qualitative intégrant des critères territoriaux et socio-économiques est rajoutée à la dotation de base.

  • Pour les établissements en éducation prioritaire renforcé se voit doté d’une dotation complémentaire de 10%.

  • Les indemnités pour mission particulière (IMP) sont réparties comme suit :

    2,5 IMP sont attribuées par établissement au titre du référent pour les usages du numérique pédagogique

    Coordination EPS : Ces IMP sont déterminées sur la base des enseignants titulaires à N-1. (1 IMP si au moins 3 enseignants et 50h effectuées dans la discipline et 2 IMP si plus de 4 enseignants.)

    1 IMP par établissement au titre du laboratoire de technologie

    1,75 IMP supplémentaires par établissement pour la rentrée 2022.

  • SUD éducation demande une vigilance particulière pour le collège de Rémalard qui a un nombre élevé d'élèves dans plusieurs divisions et qui connait des difficultés scolaires importantes. L'administration dit rester vigilante.

  • SUD éducation demande à être informé des conclusions de l'audit en cours au collège de Val au Perche. L'administration assure que ce sera le cas.

  • Le collège de Gacé a beaucoup d'élèves de 6ème. La labellisation sport est arrivée tardivement. Elle pourrait attirer de nouveaux élèves, à surveiller donc.

     

Carte scolaire du premier degré

Prévisions rentrée septembre 2023 : - 340 élèves dans le public / -115 élèves dans le privé

Prévision P/E = 6,66 dans l'Orne / 5,89 en Normandie / 5,84 au national

10 postes de moins à la rentrée restitués à l'académie

24 retraits de postes devant élèves

12 ouvertures + 3 régularisations/ 1 nouveauté par rapport au CTSD une ouverture à Jules Verne Alençon (les syndicats en demandent 2)

Le e/c passe de 19,34 à 19,30

Demandes des syndicats

  • Nous espérions un moratoire suite à l'année difficile que nous avons traversée mais les mesures de fermetures de classes proposées sont nombreuses. Nous avons voté unanimement contre cette proposition de carte scolaire qui sera présentée au CDEN jeudi 24 février. Un CTSD de repli est prévu mardi 1er mars et si vote majoritaire contre au CDEN, un CDEN de repli sera organisé le 3 mars. Les mesures prises seront officielles à compter de cette date.

  • Nous avons demandé la réouverture de postes RASED. 42 postes ont été fermés depuis 2008. Trop peu d'élèves en difficulté peuvent être aidés.

  • Nous avons aussi demandé l'ouverture de postes de brigades afin d'éviter les problèmes de remplacement rencontrés cette année et permettre la formation.

  • Nous avons demandé une vigilance particulière dans les écoles accueillant des élèves plus fragiles ou/et à besoins particuliers.

  • Enfin, nous avons demandé des ouvertures de classe là où ça nous semblait important et dénoncé quelques annonces de fermetures qui nous semblaient peu justifiées une fois les chiffres revus.

 

Liste des mesures proposées

Circonscription d’Argentan

1 création d’emploi sur l’école de Prévert/Maupassant, Argentan

1 retrait d’emploi sur l’école Anne Frank, Argentan

1 retrait d’emploi sur l’école de Gouffern-en-Auge (Chambois)

1 retrait d’emploi sur l’école de Trun

Circonscription d’Alençon

1 création d’emploi sur l’école Albert Camus, Alençon

1 création d’emploi sur l’école Jules Ferry, Alençon

1 création d’emploi sur l’école de Saint-Germain-du-Corbéis

1 création d’emploi sur l’école Jules Verne, Alençon

1 retrait d’emploi sur l’école Ernest Mégissier, Cerisé

1 retrait d’emploi sur l’école Jean Monnet, Damigny

1 retrait d’emploi sur l’école d’Essay

1 retrait d’emploi sur l’école de Macé (RPI 14)

Circonscription de Mortagne-au-Perche

1 retrait d’emploi sur l’école Aristide Briand, Mortagne-au-Perche

1 retrait d’emploi sur l’école Pierre Perret, Soligny-la-Trappe

1 retrait d’emploi sur l’école de la Donnette, Bretoncelles

1 retrait d’emploi sur l’école de Perche-en-Nocé (Préaux-du-Perche)

Circonscription de L’Aigle

1 retrait d’emploi sur l’école Victor Hugo, L’Aigle

1 retrait d’emploi sur l’école La Ribambelle, L’Aigle

1 retrait d’emploi sur l’école Ernest Millet, Nonant-le-Pin (RPI 83)

Circonscription de Flers

1 création d’emploi sur l’école Rémy Poirier, Banvou

1 retrait d’emploi sur l’école Le Petit Nicolas, Athis-Val-de-Rouvre (Athis-de-l’Orne)

1 retrait d’emploi sur l’école Lancelot du Lac, Céaucé

1 retrait d’emploi sur l’école Saint-Front, Domfront-en-Poiraie (Domfront)

1 retrait d’emploi sur l’école Écoles publiques Fertoises, La Ferté-Macé

1 retrait d’emploi sur l’école de Rives-d’Andaine (La Chapelle-d’Andaine)

1 retrait d’emploi sur l’école André Breton, Tinchebray-Bocage (Tinchebray)

1 retrait d’emploi sur le RPI 44 (La Coulonche, St Maurice-du-Désert, La Sauvagère)

1 retrait d’emploi sur le RPI 56 (St Fraimbault, St Mars-d’Égrenne, Passais-Villages)

1 retrait d’emploi sur le RPI 64 (Tinchebray-Bocage : Frênes, Montsecret-Clairefougère : Montsecret)

1 retrait d’emploi sur le RPI 85 (Cerisy-Belle-Étoile, St Pierre-d’Entremont)

Éducation prioritaire :

1 création de dispositif dédoublement sur l’école Jean de la Fontaine, Alençon

1 création de poste ordinaire sur l’école Jean de la Fontaine, Alençon

1 création de dispositif dédoublement sur l’école Molière, Alençon

1 création de poste ordinaire sur l’école Les Vallées, Flers

1 création de poste ordinaire sur l’école Morin/La Fontaine, Flers

1 création de dispositif dédoublement sur l’école G.Flaubert/La Varende,Vimoutiers

Dispositifs particuliers :

 

Dispositif EMILE (Enseignement de Matières par l’Intégration d’une Langue Étrangère) : fermetures de postes ordinaires et ouvertures de postes dédiés au dispositif EMILE :

2 transferts de postes ordinaires vers des postes dédiés au dispositif EMILE sur l’école Yvonne Sillière, Mortrée

3 transferts de postes ordinaires vers des postes dédiés au dispositif EMILE sur l’école Louis Forton, Sées

2 transferts de postes ordinaires vers des postes dédiés au dispositif EMILE sur l’école Des Cailloutins, Chailloué

 

École inclusive : 1 transfert du dispositif ULIS (Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire) de l’école Robert Desnos à Alençon vers l’école Jean Monnet à Damigny

 

Brigade de remplacement départementale :

6 transferts d’emplois des brigades de remplacements ASH vers la brigade de remplacement ordinaire

 

Infos diverses

  • Cité éducative d'Alençon : projet activé entre DSDEN, Préfecture et communauté urbaine. Il s'agit d'une convention triennale qui porte sur 3 axes : ambition, ouverture culturelle, vivre ensemble. Financement de 200 000 euros supplémentaires par an sur 3 ans.

  • Listes complémentaires : 6 collègues ont été recruté.e.s (5 à ½ temps et 1 à temps complet). Ils/elles seront accompagné.e.s dans leur pratique par un.e conseiller.e pédagogique.

  • Installation d'une EMAS supplémentaire avec application entre autre sur l'école de Boucé. Non fermeture à Ceton malgré la baisse d'effectifs. Ces deux mesures font suite aux demandes répétées des syndicats vis à vis de ces deux écoles accueillant des élèves venant de maisons de protection de l'enfance et donc plus fragiles.

  • Maintien de tous les dispositifs – de 3 ans.

  • Maintien de 4 conseillers pédagogiques par circonscription

  • Maintien d'un DVS par circonscription.

  • Poursuite du dispositif ENIR et de génération 2024.

  • Le montant de l'indemnité représentative de logement versé aux instituteurs.trices non logé.e.s est de 2184,82 (montant de base) et 2731,02 (montant majoré). Il reste 6 instituteurs.trices dans l'Orne.

  • Un nouveau courrier a été envoyé aux élu.e.s proposant un financement de 8 euros par élève pour l’achat de capteurs. Seules 26 écoles en ont, bientôt 40 en tout. C'est bien peu sur les 169 écoles que comptent le département.

  • Pour les collèges, un capteur par niveau et par bâtiment va être fourni par le département.

  • Les syndicats demande la reconnaissance de la COVID comme maladie professionnelle.

  • Une nouvelle livraison de masques est en cours.

  • Le délai d'attente de traitement des dossiers à la MDPH est de 5,4 mois.

  • 59 élèves sont en attente d'ESMS : 16 pour ITEP et 43 pour IME.

 

Ce CR ne peut pas rendre compte de l'ensemble des débats car l'instance a été très longue. Pour plus d'informations, n'hésitez pas à nous contacter.

 

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61