17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 11:50

lundi 17 décembre 2012


Mercredi 12 décembre s’est tenue au Ministère de l’éducation nationale une réunion sur les projets de « référentiels de compétences » des enseignant-es. A cette occasion, SUD éducation a de nouveau dénoncé les exigences de l’administration concernant les compétences linguistiques et informatiques. Le Ministère a répondu que le C2i2e (Certificat informatique et internet de niveau 2 “enseignant”) et le CLES2 (Certificat de compétences en Langues de l’Enseignement Supérieur de niveau 2) seront à l’avenir inclus dans le MASTER.

Nous avons protesté contre la situation des stagiaires 2012-2013, le ministère conditionnant leur titularisation à l’obtention de ces deux certifications complémentaires. Si bien que les stagiaires, en dépit d’un temps de présence face aux élèves à peine réduit (15 heures pour les certifié-es), avec une année où ils et elles se trouvent submergé-es de tâches à accomplir, ont dû s’inscrire “volontairement” à des formations complémentaires, qu’ils et elles doivent parfois payer de leur poche, et hors temps de travail. Il semblerait que le Ministère recherche les moyens d’éviter aux stagiaires 2012-2013 d’être recalé-es au motif de l’absence de ces certifications et que ces dispositions devraient concerner aussi les stagiaires ayant obtenu leurs diplômes avant 2002, celles et ceux qui sont passé-e-s par une VAE (Validation des Ac-quis de l’Expérience), celles et ceux pour qui il n’y a pas de Master (notamment certain-e-s PLP)…A suivre…

Pour la Fédération SUD éducation :

 la titularisation ne doit pas être conditionnée à l’obtention de certificats complémentaires

 les formations doivent être gratuites : nous demandons le remboursement des frais engagés par les stagiaires pour leur formation

 les décrets sur les certifications CLES2 et C2i2e doivent être abrogés

 au-delà, la mastérisation doit être abrogée : nous revendiquons le retour au recrutement à la licence et la délivrance d’un master à l’issue d’une formation en alternance sous statut de fonctionnaire stagiaire


Face aux hésitations et aux atermoiements du ministère, les mobilisations qui commencent à se construire doivent se développer. SUD éducation continuera à leur apporter tout son soutien.

Partager cet article

Repost 0
Published by le bureau syndical - dans communiqués