21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 08:00

Le gouvernement vient de rétablir le droit de partir à 60 ans, mais seulement pour une partie
des salarié-es ayant commencé à travailler avant 20ans et qui répondent à des conditions de
durée de cotisation.
L’Union syndicale Solidaires apprécie le geste symbolique du nouveau gouvernement qui
rompt avec la politique de régression sociale visant à reculer toujours plus l’âge du départ en
retraite. Cette mesure éclaire un avenir, sombre des nouvelles menaces de l’OCDE qui prétend
que l’augmentation de l’espérance de vie rendrait inévitable le recul de l’âge de départ en re-
traite. Rien ne justifie ces reculs : l’espérance de vie, qui augmente depuis 1740 et a triplé en
250 ans, ne représente pas un élément nouveau ; la multiplication par 30 de la productivité en
250 ans, grâce aux découvertes et aux innovations technologiques, a toujours permis de tra-
vailler de moins en moins dans sa vie, d’instaurer les études, les congés payés, la réduction du
temps de travail… et la retraite de plus en plus tôt. C’est ce qu’on appelle le progrès social.

Mais le décret ne remet pas en cause la contre réforme de 2010 imposant le recul de 2

ans de l’âge de départ. La loi de 2010 prévoyait déjà des départs à 60 ans pour les salarié-es
ayant commencé à travailler avant 18 ans et ayant cotisé plus que la durée requise. Le décret
étend ces exceptions à ceux ayant commencé avant 20ans et en n’imposant « que » la durée de
cotisation requise, sans revenir sur son allongement décidé par le gouvernement Sarkozy.

L’Union syndicale Solidaires conteste le pilotage de la politique par la logique financière.
La promesse du programme du Président Hollande, d’élargissement des conditions de départ à
60 ans reposait sur un coût, payé par une augmentation de 0,5 point de la cotisation sociale sur
la mandature. Cet objectif budgétaire a limité à 2 le nombre de trimestres supplémentaires va-
lidés au titre de la maternité et du chômage. La logique financière nie les souhaits d’une partie
des personnes ayant commencé à travailler très tôt, elle ne respecte pas les valeurs de notre
système de retraite, qui repose sur la solidarité, en validant des périodes non cotisées afin de
compenser les inégalités de la vie.

L’Union syndicale Solidaires demande une négociation pour abroger toutes les contre-réfor-
mes imposées depuis celle de 1993, notamment le retour à la durée de cotisation de 37,5 ans
qui représente la durée réelle constatée aujourd’hui et prévue dans l’avenir.
Dans l’immédiat, nous demandons la suppression de la double peine de la décote car les plus
précaires et les femmes sont déjà pénalisées par une pension calculée en proportion de 41 an-
nées de cotisation et le gel de la mesure qui allonge automatiquement la durée de cotisati
on.
13 juin 2012

Partager cet article

Repost 0
Published by le bureau syndical - dans solidaires