24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 16:11

Mayotte vit en ce moment et depuis environ un mois un mouvement "historique" de protestation contre la misère.
Depuis ces dernières semaines, la majorité des villes de l’île sont coupées par des barrages, des manifestations réunissent, jour après jour, des milliers de personnes, les commerces des principales villes ouvrent dans la difficulté après une longue fermeture.
Au cours de ces quinze derniers jours, il y a eu de nombreuses interpellations et plusieurs personnes ont été blessées par les forces de l’ordre.
Un enfant de 9 ans a été grièvement blessé et a perdu un œil suite à un tir de flash-ball alors qu’il jouait sur la plage à proximité d’un barrage routier. Le gendarme à l’origine de ce tir a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire.
Encore plus grave, un manifestant de 39 ans est mort mercredi dernier à Mamoudzou, d'un malaise consécutif à un tir de lacrymogènes après une rencontre entre manifestants et policiers en plein centre de la ville.
A combien de morts estime-t-on la nécessité d'agir institutionnellement pour que la situation évolue vers plus de justice ? Dans ce département français où les minima sociaux sont à un niveau misérable (SMIG à 6,43€ brut de l'heure et un RSA à 25% de celui de la métropole) tandis que les prix sont scandaleusement élevés, l' Etat et le patronat doivent apporter d'urgence des réponses positives et cesser immédiatement de répondre par la brutalité à des revendications justes. En s'opposant aux résolutions de l'ONU, la France a montré son attachement à cette île : il faut que les Français dans leur ensemble soutiennent la population Mahoraise pour sortir de cette situation qui fabrique des citoyens de seconde zone.
SUD Education Réunion

Partager cet article

Repost 0
Published by le bureau syndical