14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 13:48

Dans le journalisme, on a ce qu'on appelle des «marronniers», c'est-à-dire des sujets qui reviennent à époque fixe et qui sont souvent prétextes à remplir une actualité qui n'est pas jugée assez fournie :en ce moment le froid et la neige sont pain bénit. Dans l'Education Nationale, les rythmes scolaires en sont un bon exemple. Tous, depuis que nous enseignons, nous débattons de ce problème, sauf que souvent les «marronniers» traitent de sujets anodins. Ce n'est pas le cas ici, la répartition des temps scolaires dans l'année, dans la semaine et dans la journée est un paramètre incontournable pour améliorer la vie et la réussite scolaire des élèves (comme des enseignants). La dernière réforme en date a besoin d'être modifiée sans doute, question de modernité comme le reste d'ailleurs. Ah! Mais non, celle-là, elle date de...2 ans et elle était déjà moderne, vendue comme étant une adaptation au monde actuel! Et ceux-là même qui l'ont initiée se rendent compte que la semaine de 4 jours, ce n'est bon pour personne et surtout pas pour les élèves, c'est un scoop! On avait négligé l'avis des spécialiste, qu'ils soient psy, pro ou sur le terrain. Normal, seul l'avis des économistes de tout poil était digne d'être pris en compte. Les voilà déjà d'ailleurs montés au «_marronnier_», non au créneau. On va pénaliser le tourisme! Point n'est besoin d'être Madame Irma pour annoncer que les mesures qui vont être prises, s'il y en a, vont être bien en-deçà des enjeux et que les coûts incomberont aux collectivités territoriales. Est-ce vraiment l'intérêt des enfants qui sera pris en compte? Ne va-t-on pas en profiter pour continuer à alourdir le temps de travail des enseignants? Va-t-on éjecter les enfants des écoles tôt dans l'après-midi pour mieux les jeter dans les structures privées d'aide scolaire et de loisirs du secteur marchand qui n'attend que cela? Va-t-on alléger le bagage scolaire en ne travaillant que les compétences évaluées par l'OCDE à travers les tests PISA qui donnent une bien piètre image de notre système éducatif? Il est fort à parier que de ces résultats, on ne tiendra compte que des remarques concernant le rapport investissement/bénéfices pour dénigrer encore le travail des enseignants. On occultera  la profonde inégalité que des contre-réformes anarchiques et seulement dictées par la calculette ont solidement et durablement instaurée dans l'Ecole.
Alençon, le 14 décembre 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by le bureau syndical - dans communiqués