22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 06:35

 

Saint Denis, le 21 novembre 2010

Le 6 novembre dernier, après plusieurs semaines de lutte contre la réforme de casse du système

des retraites, plus d'1,2 millions de salarié-e-s, chômeurs/ses, retraité-e-s, lycéen-ne-s,

étudiant-e-s, étaient encore en grève et/ou dans la rue, et ce en dépit du matraquage médiatique

qui claironnait : « Tout est fini, la loi est votée, rentrez chez vous ».

Depuis le début de ce mouvement SUD Éducation et l'Union syndicale Solidaires n'ont cessé de

pousser l'intersyndicale nationale à élargir le mouvement pour en faire un mouvement de grève

générale, reconductible et interprofessionnel, seul capable de nous faire gagner.

Mais la stratégie unitaire de cantonnement à des journées saute-mouton et le refus de certaines

organisations syndicales de soutenir franchement les reconductions qui existaient ou se

profilaient, ont freiné l'élan et les initiatives interprofessionnelles d'auto-organisation et de

reconduction des grèves.

L'intersyndicale nationale, réunie le 8 novembre, a décidé d'appeler à une nouvelle journée de

« mobilisation » le mardi 23 novembre, soit plus de 15 jours après la dernière journée d'action

nationale.

Qui peut croire, dans ces conditions, que les salariés, chômeurs, retraités,...auront à cœur de se

mobiliser pour une journée qui ne semble plus inscrite dans une dynamique de lutte au niveau

national, sans appel à la grève, et sans de réelles perspectives ?

Voilà pourquoi la Fédération SUD Éducation n'appellera pas, nationalement, à participer à la

journée du 23 novembre. Nous ne cautionnerons pas l'enterrement annoncé de la mobilisation.

Nous continuerons à soutenir toutes les initiatives locales de mobilisation et de grèves inscrites

dans la durée, décidées collectivement. Tout comme nous poursuivrons la lutte, de façon unitaire avec les personnels et les collectifs militants, pour redonner les moyens à la contestation de s'exprimer à nouveau.

Tirons, toutes et tous ensemble le bilan de ce qui s'est passé afin de poursuivre la construction

du rapport de force contre les mesures de régression sociale, capable, cette fois-ci, de nous

faire gagner et d'imposer un réel partage des richesses.

Fédération des syndicats SUD éducation

Partager cet article
Repost0
Published by le bureau syndical - dans communiqués