8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 15:19

Quorum atteint (3 maires absents), début 14h30

 

1- Déclarations préalables :
- 1 commune à la FSU, l'UNSA, SUD et La Ligue de l'enseignement

- FSU

- UNSA
- SUD
- Ligue

Toutes les organisations ont dénoncé la campagne d'affiches sur la laïcité prévue par le ministère.

 

La Préfète répond d'abord sur la situation sanitaire :

Sur les 12-17 ans dans l'Orne, plus de 74% a reçu une première injection vaccinale et 50% a reçu 2 doses.

La campagne de vaccination pour les scolaires a débuté le 06/09. Des centres sont mis en place dans les établissements ; s'il y a un centre à proximité, ce sont les élèves qui se déplacent. Dans certains cas, des cars sont affrétés pour emmener les élèves au centre de vaccination.
L'attractivité du département est très mauvaise (parmi les 10 départements avec la pire attractivité, comparable à la Seine-Saint-Denis). De nombreux lauréats refusent le bénéfice de leur concours pour ne pas aller dans l'Orne. Dans ces conditions, il ne reste qu'à embaucher des contractuels. « Il ne faut s'interdire aucun levier ». Les syndicats ont dénoncé la non-utilisation de la liste complémentaire mais elle a ignoré notre remarque.

Elle se félicite des dédoublements dans le 1er degré (sans plus de précisions concrètes).

Discours sur la laïcité, comme « valeur » essentielle de la France, sans évocation précise de la campagne d'affichage.

 

La DASEN souligne ensuite l'augmentation du budget de l'éducation.

Discours sur la laïcité à nouveau, sans réponse encore une fois à nos critiques des affiches.

Elle rappelle divers attentats terroristes ainsi que l'assassinat de Samuel Paty. Elle affirme que tous les enseignants seront formés à la laïcité dans les 2 ans à venir, afin de nous aider à gérer les situations délicates.

Sur l'école inclusive : dans l'Orne, elle dit qu'il n'y a pas d'élève sans AESH (nous savons que c'est faux), contrairement à d'autres départements.

Sur l'attractivité, la DASEN se félicite des progrès effectués.

Sur le discours de Marseille d'E. Macron : elle justifie ce discours par l'existence de certains endroits où le personnel est entièrement renouvelé tous les ans (Seine-Saint-Denis, quartiers nords de Marseille).

Sur le Grenelle : elle se félicite des efforts de rémunération, en particulier pour les AESH qui bénéficient d'une grille indiciaire et de 60h de formation. (leurs revenus sont toujours très faibles et la montée dans les échelons n'apportera quasiment pas d'augmentation, voir communiqué de SUD)

 

Les organisations syndicales et la Ligue de l'enseignement souhaitent répondre aux réponses apportées (afin que le dialogue ait lieu) mais la préfète refuse en imposant qu'on commence l'ordre du jour.
Suspension de séance : les organisations syndicales et la Ligue demandent l'assurance de pouvoir revenir sur les différents points abordés précédemment au moment des questions diverses. C'est accordé par la Préfète.

 

Ordre du jour :

 

2-Ajustements dans le 1er degré :

La DASEN maintient la fermeture à Saint-Langis et à Saint-Hilaire.

Fermeture annulée à Putanges en revanche.

La DASEN assume sa volonté de fermer les petites écoles, même si cela signifie des conditions dégradées pour les élèves et les enseignants (1 seule classe de 25 élèves avec 5 niveaux)

Les demandes d'ouverture faites par les syndicats sont toutes rejetées.

13 votes contre, 1 abstention.

 

3-Ajustements 2nd degré :

Au collège de Val-au-Perche, une troisième classe de 6ème est ouverte.

13 votes pour, 1 abstention

 

4-Le Conseil départemental prend la parole pour répondre à propos des capteurs CO2. Un capteur aurait été acheté pour chaque collège du département et serait disponible depuis mars 2021 dans chaque établissement, ce qui représente un investissement de 13 000 euros (31 collèges x 400 euros pour 1 capteur).

Le prix est débattu dans la mesure où on peut trouver des capteurs pour une soixantaine d'euros.

Les OS demandent à ce que les établissements soient équipés de capteurs à hauteur d'un par salle afin qu'ils aient une efficacité réelle.

Un programme de rénovation à hauteur de 60 millions d'euros est annoncé pour les collèges de Flers, L'Aigle et Alençon. Après, ce sera Vimoutiers.

 

5-Questions diverses :

Les deux questions de l'UNSA sont traitées (une sur les capteurs, une pour la MDPH, il y a en moyenne 6 à 8 mois de délai pour traiter un dossier).

Aucune réponse n'est apportée aux questions de SUD éducation, reçues par l'administration avec 3h de retard, alors même que les délais pour convoquer le CDEN et envoyer les informations nécessaires n'ont pas été respectés (4 jours de retard).

 

Fin du CDEN 16h30.

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61