1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 11:24

Groupe de travail sur les PIALs

Il y a 11 PIALs dans l'Orne, 503 AEH (325 ETP) et 1200 élèves relevant de la MDPH.

11 PIALs : Alençon Balzac, Alençon Louise Michel, Domfront, Ecouché, Flers, L'Aigle, La Ferté Macé J. Brel, Mortagne, Rémalard P. Harel, Tinchbray A. Camus et Trun A. Malraux.

 

Le ratio national est de 1 AESH pour 5 élèves, dans l'Orne il est de 3,86.

65,4 % des AESH sont mutualisé-es.

La dotation pour cette année était de 0 car le département est considéré comme sur-doté. Toutes les notifications qui vont arriver vont donc devoir être absorbées par les AESH déjà en poste.

L'organisation du PIAL est départementalisé. Il peut donc fonctionner différemment de ceux des autres départements.

Les coordinateur-trices PIAL ont en charge entre 50 et 60 AESH et ont ¼ temps pour cette mission. Celles et ceux qui sont déjà sur une mission à temps plein sont payé-es en heures supplémentaires.

On nous dit que dans l'Orne, aucun élève n'est déscolarisé faute d'être accompagné-e. Si on a connaissance d'un enfant déscolarisé faute d'accompagnement, il faut nous prévenir immédiatement.

Il y a actuellement 6 élèves en attente d'accompagnement.

Il y a des CDA un mardi sur deux, à la suite de laquelle (environ 15 jours après) la famille est informée de la notification. Il va être demandé à la MDPH d'informer aussi les enseignant-es référent-es pour gagner du temps. Il y a environ 6,9 mois de retard dans le traitement des dossiers MDPH.

Une affiche PIAL va arriver dans les établissements afin que les familles soient correctement informées.

Il y a peu d'appels à la cellule d'écoute Ecole Inclusive, soit le dispositif n'est pas connu soit les gens n'osent pas appeler, soit il n'y a pas de problème (ça semble peu probable).

1,6% des élèves sont accompagnés dans le public contre 2,6% dans le privé. Aucune explication pour l'instant justifiant d'une telle différence.

De plus en plus d'AESH sont dans le 1er et le 2nd degré ; ils-elles peuvent passer du public au privé et inversement.

L'année prochaine seront peut-être mis en place des PIALs renforcés. L'idée est de travailler avec le secteur médico-social pour faciliter l'accueil, former, profiter de périodes d'observation.

Il n'y a pas d'AESH référent-e dans l'Orne, ce sera effectif l'année prochaine. Il y en aura un-e par PIAL. Ce sera sur appel à candidature avec (mais c'est à confirmer) un temps dédié et une prime).

 

La formation initiale se déroulera sur le temps des vacances scolaires, ce que nous dénonçons. Les heures connexes sont censées être utilisées pour de la préparation, des échanges, des réunions et de la formation. Le maigre salaire touché ne permet pas aux parents de faire garder leurs enfants pendant les congés scolaires pour aller se former. Il y a en plus de nombreux-ses AESH qui ont un double emploi et ne sont donc pas disponibles pour faire de la formation en plus. Nous rappelons que les AESH n'ont pas à justifier de leurs heures connexes.

La formation initiale comportera une semaine pendant les vacances d'automne et une pendant celles d'hiver et sera en partie seulement en présentiel. Il y aura une journée PSC1, une demi-journée de travail avec une assistante sociale pour aider à repérer des signaux faibles de maltraitance, ainsi qu'une formation de base. Toutes les AESH recrutées entre le 1er septembre et le début de la formation feront partie de la cohorte de l'année. Les autres bénéficieront de la formation l'année suivante.

Les AESH doivent maintenant être mobiles car ils-elles peuvent être amener à assurer des remplacements, ce qui pose question quant à leurs conditions de travail. Ils-elles bénéficient de la même circulaire que les enseignant-es pour ce qui est des frais de transport.

A partir de septembre 2021, les AESH ne pourront plus accompagner des élèves sur la pause méridienne sauf si financé-es par les collectivités territoriales. Ces mêmes collectivités seront très largement aidées financièrement par la CAF.

Sur Prim'61, les AESH peuvent trouver pas mal d'infos avec QR code.

Des entretiens d'évaluation vont être organisés, c'est en cours de réflexion.

Fin janvier, le SMIC sera revalorisé mais les syndicats demandent qu'il y ait une revalorisation académique pour laquelle l'Orne pourrait donner l'exemple ! Il est demandé aussi que l'ancienneté soit prise en compte.

Les circulaires fonction publique s'appliquent aux AESH.

Pour information, un deuxième groupe de travail sur les PIALs aura lieu au printemps, n'hésitez pas à nous faire remonter les éventuels problèmes d'ici là.

Partager cet article
Repost0
Published by SUD 61