21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 08:29

1 - Premier degré

Le Conseil départemental s'est exprimé dès le début afin d'annoncer que les élu-es voteraient unanimement contre le projet de carte scolaire car ils-elles demandent de renforcer les moyens sur plusieurs années comme on le ferait en éducation prioritaire.

Les organisations syndicales ont dénoncé aussi cette carte scolaire.

L'ensemble des syndicats dénonce par ailleurs l'attribution de seulement 3 postes supplémentaires dans le premier degré pour remédier aux conséquences de la crise sanitaire.

La DASEN répond en mettant en avant le e/c (nombre d'élèves par classse) sans entendre qu'il n'y a pas que cela qui compte. En effet, manque de RASED, manque de brigades et plus aucun PMQC conduisent à une dégradation de notre carte scolaire et des conditions de travail des enseignant-es et des élèves. Les mesures prévues sont maintenues dans leur ensemble (voir le compte rendu du CTSD). La suppression de tous les PMQC est justifié selon Mme Moncada par le e/c qui est bas. Quant aux problèmes de remplacements qui s'annoncent, ils n'inquiètent pas Mme Moncada qui estime que les élèves des collègues non remplacé-es pourront être réparti-es dans les autres classes étant donné le e/c peu élevé ! Nous trouvons cette réponse scandaleuse, comme d'autres d'ailleurs.

Le solde de postes disponible est de zéro. En cas de besoin pour ajustements en juin, les postes non pourvus seront gelés.

Vote unanime contre le projet de carte scolaire.

La préfète a reproché le vote contre « systématique » selon ces propos car elle estime que c'est un message négatif envoyé à l'administration. Les syndicats se sont opposés à cette vision du vote car ils estiment voter de la façon la plus adaptée possible à la situation proposée. Le conseil départemental a répondu en disant qu'il s'agissait bien d'envoyer un message fort quant au manque de moyens dans le temps.

 

Une motion proposée par les organisations syndicales, les DDEN et la ligue de l'enseignement est soumise au vote, vote pour unanime.

Motion déposée par les DDEN de l'Orne, la FSU61, la Ligue de l'enseignement 61,

SUD Éducation 61 et l'UNSA61 au CDEN du 20 avril 2020.

Le CDEN de l'Orne réunit ce 20 avril 2020 demande un moratoire de l'ensemble des fermetures de postes dans le premier et le second degré du département.

Il demande également que soient alloués les moyens suffisants pour effectuer les ouvertures là où c'est nécessaire.

 

2 - Second degré

L'ensemble des syndicats dénonce la non-attribution de moyens supplémentaires dans le second degré pour remédier aux conséquences de la crise sanitaire.

SUD éducation a à nouveau dénoncé le nombre de Blocs Moyens Provisoires de 18h au lieu d'opter pour des créations de postes. On nous répond à nouveau qu'il s'agit de besoins ponctuels. A l'évidence, la situation n'a pas été réétudiée depuis le CTSD.

SUD éducation s'est inquiété de la situation en espagnol, discipline qui revient très régulièrement dans les BMP. La réponse reste identique.

SUD éducation fait remarquer qu'il y a beaucoup de BMP aussi et de postes non pourvus en lettres. La réponse de l'administration est que l'on manque de ressources humaines en lettres et dans d'autres disciplines d'ailleurs.

Pour le second degré aussi, les mesures prévues sont maintenues dans leur ensemble (voir le compte rendu du CTSD) : vote unanime contre.

Partager cet article

Repost0
Published by SUD 61