22 avril 2020 3 22 /04 /avril /2020 07:55

Lorsque le ministre annonce qu'il n'y aura pas de fermeture de classe en milieu rural sans l'accord des élus et qu'il mettra des moyens à disposition pour cela, on aurait envie de se réjouir. Mais hélas, la réalité est toute autre. 3 postes supplémentaires sont accordés au département de l'Orne, le moins bien loti proportionnellement dans l'académie de Normandie. Le nombre de fermetures prévu étant de 30, nous sommes bien loin du compte. Quant au second degré, rien du tout. On fait comme si de rien n'était, comme si les élèves n'avaient pas « raté » plusieurs mois de classe.

Alors, si la Directrice académique renonce à 25 fermetures, c'est au prix de bien des sacrifices : renoncer aux créations de postes et aux ouvertures de classes prévues, fermer tous les postes de PMQC, fermer 20 postes de remplaçant-es.

En pleine crise sanitaire, alors que 40 000 élèves supplémentaires sont attendu-e-s dans le second degré, Jean-Michel Blanquer n’annonce aucune création de postes dans le second degré. Le ministre ne cesse de clamer dans tous les médias qu’il ne faut laisser aucun élève « au bord du chemin » durant le confinement mais il ne prévoit aucun moyen sur du long terme. Aucune projection n’est donc faite sur la reprise et les conséquences du confinement sur les élèves.

L'ensemble des membres du CDEN a voté contre les mesures de carte scolaire des 1er et 2nd degré ce lundi 20 avril, ce qui est inédit. C'est dire à quel point ce qui est proposé est contraire au bon fonctionnement de nos établissements scolaires.

 

Partager cet article

Repost0
Published by SUD 61