5 février 2020 3 05 /02 /février /2020 16:02

ALENÇON le 6 février départ 11h30 de la Préfecture

Amplifier la mobilisation et la grève pour gagner !

Le gouvernement est faible, isolé, contredit par toutes les institutions : il n’a plus aucun crédit. Il est temps de porter le coup de grâce par la grève ! Poursuivons les actions décidées en AG dans la semaine du 3 février, et jeudi 6, on arrête tout !

 

Retrait de salaire et quotité saisissable

Lors d’une grève comme celle que nous connaissons sur les retraites, la question se pose des limites de ce que l’administration est en droit de prélever chaque mois sur les salaires pour chaque jour de grève.

SUD éducation fait le point sur la quotité saisissable.

La règle est bien le prélèvement du trentième indivisible pour chaque journée de grève.

Les services de paie reportent les jours d’absence non-rémunérée et doivent étaler la somme des prélèvements en fonction de la quotité saisissable : une part du revenu est protégée de tout prélèvement.

Quand l’administration prélève trop, il est possible d’agir.

SUD éducation met à disposition un simulateur pour savoir quelle est la part saisissable maximale du salaire mensuel, et une lettre de recours.

https://www.sudeducation.org/Lors-d-un-conflit-social-long-la-question-se.html

Sud éducation a mis en place une caisse de grève, prendre contact avec nous.

 

29 janvier Tribune intersyndicale parue sur Mediapart

 

Dans l’enseignement et la recherche aussi, les femmes grandes perdantes de la réforme des retraites

 

Un collectif de femmes syndicalistes de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche s’élèvent contre le projet de retraites par points, qui « ne ferait qu’accroître ces inégalités par des baisses de pensions très importantes d’un grand nombre de femmes ». Les soi-disant « grandes gagnantes » refusent d’être instrumentalisées « pour justifier une réforme injuste et inégalitaire ».

L’intégralité de la tribune est accessible sur Mediapart.

Mobilisation contre les E3C

La CGT Éduc’action, le SNES, le SNEP et SUD Éducation exigent l’abandon définitif des épreuves communes de contrôle continu (EC3) du deuxième trimestre en classe de première et revendiquent le retour à un examen national fondé sur des épreuves disciplinaires, ponctuelles et terminales.

Dans de nombreux établissements, les personnels, mais aussi des élèves et des parents d’élèves se mobilisent avec succès contre la tenue des épreuves. Le ministre refuse toujours d’entendre leur colère légitime et minimise les annulations ou reports des épreuves.

Communiqués intersyndicaux :

Communiqués SUD éducation :

Enseignement supérieur et recherche en lutte

Après Parcoursup et la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s, le gouvernement accélère la destruction du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) avec la préparation de la loi de programmation pluriannuelle pour la recherche (LPPR). Organisons des Assemblées générales locales en janvier 2020 dans nos labos, nos universités, avec l’ensemble des personnels et des étudiant-e-s pour les préparer, débattre de ces projets de loi qui nous concernent, faire voter des motions dans les instances qui nous représentent, afin d’interrompre le processus de destruction en cours et poser les bases de la reconstruction d’une Université ouverte.

Appel à la coordination nationale des facs et des labos en lutte - 1 et 2 février 2020

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) :

Vœux de l’intersyndicale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Partager cet article

Repost0
Published by SUD 61