5 février 2020 3 05 /02 /février /2020 11:11
Communiqué de SUD éducation

 

La première session d’E3C se déroule depuis le mois de janvier dans des conditions chaotiques. Une large intersyndicale ainsi que la FCPE demandaient a minima le report de cette session et, pour beaucoup dont la fédération SUD éducation, leur abandon.

Au vu des conditions de passation de ces épreuves, le ministre ne peut plus nous faire croire que ces examens se passent bien.

Partout sur le territoire les personnels et les élèves se mobilisent pour empêcher ces épreuves qui détruisent l’égalité de traitement des candidat-e-s. Partout on constate les mêmes phénomènes :
- des pressions énormes exercées sur les enseignant-e-s désobéisseur-e-s et des procédures disciplinaires illégitimes engagées.
- des pressions également sur les élèves avec des menaces de sanctions disciplinaires : 11 lycén-ne-s ont été pacé-e-s en garde à vue depuis le début de la procédure.
- une volonté de faire passer ces épreuves coûte-que-coûte dans des conditions indignes d’un examen dont le caractère national n’est qu’une fiction (élèves bondés dans des salles, non respect par les surveillant-e-s remplaçant les grévistes des conditions des épreuves).
- une répression policière violente pour assurer ces examens dans des conditions « sereines »avec des interventions policières dans plusieurs lycées.

Non au bac local, un examen national !

SUD éducation a pris position dès la rentrée 2019 contre la mise en place de ces E3C en appelant à refuser ce bac local en contrôle continu de formation qui aboutirait à des diplômes maisons. Ces diplômes n’auraient bien évidement plus du tout la même valeur dans le cadre de la procédure de tri d’accès au supérieur mise place par parcoursup.
Début février, plus de 550 lycées sont dans la mobilisation contre les E3C avec des épreuves annulées, reportées, passées partiellement ou perturbées. Bien loin des 0,1 % de Blanquer, le mouvement est national et ne cesse de se développer avec des mobilisations majoritaires ou très fortes dans de nombreuses académies. Aujourd’hui nous pouvons gagner l’abandon du bac Blanquer et le retour à un examen national et anonyme. Amplifions encore la mobilisation !

SUD éducation :
- dénonce cette mascarade d’examen ainsi que l’impréparation dans lesquelles ces épreuves ont lieu et soutient les personnels et les élèves dans les actions qu’ils et elles pourraient entreprendre
- appelle et à être aux côtés de nos élèves lors des rassemblements devant les lycées pour éviter par la présence syndicale la répression du mouvement lycéen.
- rappelle que des préavis de grève nationaux et locaux de notre syndicat couvrent les personnels et appelle à faire grève notamment lors des surveillances.
- revendique toujours l’abandon de cette réforme et un examen à caractère national.

Partager cet article

Repost0
Published by SUD 61