15 décembre 2019 7 15 /12 /décembre /2019 08:36

Hier, après les annonces d’Édouard Philippe, le ministre Blanquer s’est montré aussi incapable que le Premier ministre de détailler les mesures prétendument prévues pour les personnels d’éducation. Il s’est contenté d’inviter les syndicats à une réunion vendredi.

SUD éducation ne se rendra pas à une telle mascarade.

Les annonces de Blanquer ne sont en effet que des miettes :

  • arrimer les pensions des enseignant-e-s et CPE sur celles des fonctionnaires catégorie A de la fonction publique, alors que toutes les pensions sont amenées à baisser ;
  • 400 millions d’euros de rémunération pour les personnels de l’Éducation (soit 39 euros bruts mensuels par personnel), en échange d’une “redéfinition des missions”, c’est-à-dire de suppression de postes et d’une nouvelle dégradation des conditions de travail : vacances, missions supplémentaires. Et le ministre refuse désormais de confirmer ce chiffrage ridicule !

SUD éducation, ainsi que l’Union syndicale Solidaires, ne se rendront à aucun rendez-vous ni dans aucune instance dans la période de mobilisation d’ampleur, et boycotteront notamment le Conseil Supérieur de l’Éducation du 18 décembre prochain.

L’heure n’est pas la négociation avec un gouvernement fébrile et discrédité. Pour SUD éducation, l’augmentation des salaires des personnels de l’éducation est une priorité. Mais elle ne doit pas servir de caution à la mise en œuvre du projet de retraite à points.

L’heure est donc au renforcement de la grève, le 17 décembre, avant, après, jusqu’au retrait complet du projet Macron-Delevoye.

Partager cet article

Repost0
Published by SUD 61