14 juin 2019 5 14 /06 /juin /2019 09:12

FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES ET COLLECTE DE RAGOTS AU SERVICE DU « BOURRAGE »
DE DOSSIERS

Répression anti-syndicale de Caroline, Sabine et Cyrille : le rectorat «
bourre » les dossiers pour justifier les
procédures !
En avril, les syndicalistes du collège République de Bobigny, visé-es
par des sanctions, avaient constaté que leurs
dossiers étaient vides. Qu'à cela ne tienne ! Deux mois plus tard, le
rectorat de Créteil, se rendant compte de la
faiblesse de ses arguments, a finalement décidé de rajouter des
documents. Quitte à mettre n'importe quoi comme
ont pu le constater Caroline et Sabine vendredi 7 juin en allant
consulter de nouveau leur dossier.
Dans ces « nouveaux » documents - en réalité TOUS VIEUX DE PLUS D'UN AN
- rien qui justifie les procédures et
sanctions lancées. Aucune pièce ne fait état de faute professionnelle ;
un document, caviardé et blanchi -7 pages sur 9
-, rédigé en mai 2017 par deux membres de la direction dénonce
l'appartenance des collègues à SUD-Education, ce qui
est illégal ; enfin de vieux documents sont exhumés sur des différends
entre collègues, où les noms de Caroline et
Sabine apparaissent ... parmi bien d'autres !
N'ayant rien trouvé, l'administration joue ainsi la carte de la mauvaise
ambiance entre collègues pour mettre en
oeuvre son entreprise de répression anti-syndicale. Et s'appuie sur tout
et n'importe quoi pour se justifier : rumeurs,
allégations mensongères, potins, médisances….. vieux cafardages aussi
fallacieux qu'anonymes récoltés et relayés
par la direction avec tous dans leur viseur : la liste intersyndicale et
ses sympathisants.
La même manoeuvre a été tentée avec Cyrille : l'administration a déterré
deux rapports d'incidents datant de 3 ans
pour mettre en cause sa « dignité » et son « exemplarité ». Avant même
le vote de la loi pour une école de la
« confiance », l'article 1 est ainsi appliqué au collège République,
pour réprimer celles et ceux qui se battent pour un
meilleur service public d'éducation !
Tous ces bidouillages cachent bien mal la volonté réelle de
l'administration : casser tout collectif syndical qui dénonce
avec trop d'énergie les manquements de l'institution. Mais nous ne
sommes pas dupes, et nous continuerons de
dénoncer ces politiques répressives qui tentent de couvrir le délitement
organisé du service public d'éducation, en
Seine-st-Denis comme ailleurs.
Prochain temps fort de mobilisation : soirée de soutien le vendredi 14
juin à Paris, au 33 rue des Vignolles !
Le comité de soutien du collège République de Bobigny

Partager cet article

Repost0
Published by SUD 61