8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 11:26

En cette rentrée, le ministre multiplie les annonces hostiles aux élèves et aux personnels. Tous les personnels du public sont attaqués. Le gouvernement mène son offensive sur tous les fronts. Son projet le plus emblématique est la réforme du code du travail par ordonnances. La grève public/privé du 12 septembre doit amorcer un vaste mouvement d’ensemble pour mettre un coup d’arrêt à cette offensive ultra-libérale.

Le ministre a annoncé le gel du budget et des postes dans l'éducation nationale, en affirmant que « nous avons le nombre de postes qui convient ». Sans doute ce nombre convient-il au projet d'école du tri social de ce gouvernement. Mais il n'est certainement pas suffisant pour une école de l'égalité et de l'émancipation. Nous n'avons pas le nombre de postes qui convient pour réduire les effectifs à tous les niveaux, pour assurer les remplacements et la continuité du service public, pour développer un enseignement adapté, pour prendre en charge la difficulté scolaire et les élèves en situation de handicap, pour que partout existent des RASED complets et en nombre suffisant, pour que dans toutes les écoles il y ait plus de PE que de classes, pour accueillir les 2 ans dans des conditions adaptées, pour que tou-te-s les élèves bénéficient de la médecine scolaire, pour que l'ensemble des personnels puissent voir respecter leurs droits syndicaux, leurs droits aux congés, à la formation continue et à la mobilité…

Par ailleurs, comment tolérer de permettre aux écoles de changer de rythmes dans la précipitation ! Comment les familles vont-elles s’organiser avec des délais aussi courts ? Que vont devenir les animateurs-trices des TAP ? Qu’en est-il du rythme des enfants ? A nouveau, nous ne pouvons que constater que tout est fait sans réflexion préalable, sans concertation, sans respect des différentes parties prenantes, notamment l’intérêt des enfants. SUD éducation s’oppose fermement à ces changements.

Partager cet article

Repost 0
Published by SUD 61