19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 17:06

Les documents reçus portent sur les dotations académiques des moyens d'enseignement du premier degré et du second degré pour préparer la rentrée 2016.

Force est de constater que les moyens alloués sont largement en deçà des exigences pour permettre à l'école de la République d'assumer son rôle en donnant à chacun les réelles chances de réussite scolaire et de pouvoir s'affirmer en tant que futur citoyen émancipé.

Comment se satisfaire des hausse d' ETP en lycée et lycée professionnel lorsque dans le même temps on supprime 64 ETP dans les collèges. Sans reprendre les propos de la déclaration de l'intersyndicale, SUD dénonce ces suppressions de moyens et s'associe pleinement à l'appel à la grève du 26 janvier pour réclamer l'abrogation immédiate de la réforme du collège.

Nous rappelons ici que les seuils retenus tel que les fixe le décret 2015-544 du 19 mai 2015 sont inacceptables. Comment pouvoir enseigner convenablement avec 28 élèves en 6ème et 30 élèves dans les autres niveaux, comment lutter contre le décrochage scolaire, comment apporter toute l'aide nécessaires notamment aux enfants issus des familles les plus défavorisées avec ces effectifs pléthoriques ?

L'école au sens large mérite mieux que cette gestion à court terme, purement et uniquement matérielle. Nous rappelons que l'école n'est pas une entreprise et que les élèves ne sont pas des marchandises. Sud mettra tout en œuvre pour que cesse cette gestion de l'institution calquée sur le modèle libéral des entreprises.

Dans la même veine, nous nous inquiétons de ce que les très récentes fusions de communes, tout en bouleversant la géographie des écoles, risquent d'aboutir à la mise en place d'entités scolaires plus importantes (10 classes en moyenne) avec ce qui en découle : trajet de ramassage scolaire allongé dans les petites agglomérations rurales, direction d'école dérivant vers un poste à profil, rattaché au collège...l'implication plus forte de ces "regroupements de communes " dans la vie scolaire par les conseils écoles-collèges, par le biais de projets communs entre les différents niveaux de scolarité...

Nous voyons s'annoncer des modifications substantielles des conditions de travail tant pour les élèves que pour les personnels, qui devront donc être examinées par les CHSCT !

Enfin, un premier groupe de travail s’est réuni ce mardi pour aborder la suppression de 3 CIO dans l’académie à cause d’une logique purement comptable. Le syndicat SUD Education Basse Normandie a assisté à ce groupe de travail et participera au prochain. Par contre il refuse de collaborer à l’élaboration d’un nouveau maillage des CIO en fermant 3 CIO et donc en affaiblissant leur réseau. Après avoir proclamé à grands renforts de communication que l’orientation réussie des élèves était un facteur important de lutte contre le décrochage, l’administration résout le problème en supprimant des CIO. Pourtant, les CIO sont les seules structures publiques et gratuites où l’on puisse trouver des professionnel-les qualifié-es, malheureusement en nombre insuffisant, dans le conseil et l’aide à l’orientation des élèves.

Partager cet article

Repost 0
Published by SUD 61