27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 07:45

Déclaration de SUD éducation au Comité Hygiène et Sécurité et Conditions de Travail départemental du 25 juin 2015

En cette fin d'année scolaire tous les personnels font état d'une surcharge de travail importante et de la multiplicité des tâches à accomplir dans l'urgence, comme notamment la formation M@gistère pour les enseignants du 1er degré qui est proposée dans les dernières semaines de classe.

D'ailleurs comme cela a été évoqué au CHSCT-M nous rappelons que le Ministère de l’Education Nationale a choisi de mettre en œuvre ce dispositif de formation à distance sans aucune consultation d’aucun CHSCT à quelque niveau que ce soit et ce en contradiction avec l’article 57 du décret 82-453 modifié.

Par conséquent, compte-tenu des nombreux problèmes posés par cette formation à distance, nous demandons que celle-ci n’ait lieu que sur la base du volontariat et qu’aucune sanction ne soit engagée à l’encontre des collègues qui ne veulent pas entrer dans le dispositif, et qu'à la place une véritable formation soit mise en place.

Ainsi, nombre de collègues adjoints, directeurs, enseignants référents ou membres du RASED sont physiquement et psychologiquement épuisé-es par les exigences et injonctions administratives qui s'accumulent.

C'est pourquoi lors du mouvement ces personnels sont amenés à quitter leurs fonctions submergés par des tâches chronophages et énergivores, ne disposant pas des moyens nécessaires pour exercer leurs missions dans des conditions convenables. Découragés par l'ampleur des tâches à accomplir, les kilomètres à parcourir, les réunions qui se multiplient et dépassent largement le cadre des 108h officielles, ils affirment être au bord de la rupture et de l'épuisement professionnel.

D'autre part, les visites d'établissement mettent toujours en évidence l'absence de formation et surtout d'information des personnels concernant leur santé, l'hygiène et la sécurité au travail. La formation des personnels sur ces registres ne doit pas se résumer aux seuls chefs d'établissement ou directeurs/directrices.

Nous souhaitons que la présence des RSST en version dématérialisée et papier soit généralisée dans tous les collèges, écoles, lycées et qu'un rappel efficient de son obligation soit fait auprès de tous les établissements du département.

Nous souhaitons également que la formation des stagiaires en ESPE porte elle aussi sur la santé, l'hygiène et la sécurité. L'année des stagiaires est une année charnière qui génère beaucoup d'angoisse et d'anxiété pour les enseignant-es concerné-es, qui doivent répondre à des exigences multiples voire contradictoires, dont l'accompagnement est divers et envers lesquel-les la bienveillance n'est pas toujours de mise.

Il en va de même pour la formation des personnels précaires accompagnant des enfants en situation de handicap voire des troubles du comportement sévères. Leur formation doit intégrer l'information sur les outils de prévention. Leurs contrats doivent être pérennes et répondre à la demande croissante d'accompagnement.

Enfin, Sud éducation poursuivra son action au sein de cette instance et sur le terrain afin que les réalités de nos conditions de travail soient inscrites sans restriction dans les RSST et ainsi mettre à jour le malaise croissant du monde enseignant dont les conditions de travail sont sans cesse dégradées par des réformes non abouties. Les conditions d'exercice se révèlent de plus en plus pathogènes et anxiogènes pour tous les personnels qui attendent des actions concrètes. Souffrir par et au travail n'est pas acceptable et doit être dénoncé et pris en charge par le CHSCT.

Partager cet article

Repost 0
Published by SUD 61