9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 13:33

Ensemble ce 9 avril, nous exprimons notre refus de l’austérité, de la casse des services publics,

des cadeaux aux patrons et actionnaires, de la détérioration de nos conditions de travail et de vie.

Dans les entreprises privées, toujours plus de licenciements, dans les services publics, toujours plus de précaires. Et des services publics dégradés, comme dans l'Education nationale où les élèves et les parents subissent des réformes qui n'améliorent rien et dégradent les conditions de travail des personnels.

Ensemble, nous exigerons un autre partage des richesses que nous produisons par notre travail et

qui sont aujourd’hui confisquées par les capitalistes.

C’est nous qui faisons fonctionner la société !

Ce ne sont pas les patrons, les actionnaires, les politiciens professionnels ou les rentiers qui font vivre la société. Ce qui nous permet de vivre ensemble, de produire des biens utiles à tous et à toutes, de mettre en commun des services, de partager les connaissances, c’est le travail de chacun et chacune.

L’organisation actuelle de la société rejette une partie d’entre nous vers le chômage et la précarité pour mieux faire pression sur toutes et tous et nous impose des conditions de travail toujours plus mauvaises (stress, dangers physiques, flexibilité, etc.).

Mais puisque personne ne travaille pour nous, pourquoi déciderait-on pour nous ?

L’an dernier, les 40 entreprises françaises les mieux cotées à la Bourse (le CAC 40 ) ont versé 56 milliards à leurs actionnaires. Uniquement pour ces 40 entreprises là, une poignée de personnes s’est réparti 56 milliards, et en même temps on voudrait nous faire croire que le chômage est inéluctable, qu’il faut travailler plus pour gagner moins, que les minimas sociaux, les pensions de retraite, le SMIC et nos salaires ne peuvent pas être augmentés.

On nous dit que les capitalistes investissent leur argent, ou plutôt une partie de leur argent, dans les entreprises.

Mais on oublie de nous dire que cet argent vient de notre seul travail!

Il est à nous !

Et on ne nous en reverse qu’une partie à travers notre salaire.

0,1% des profits des entreprises du CAC 40, c’est 10 maternités sauvées par an !

La grève et les manifestations de ce 9 avril sont importantes.

Cette grève nationale du 9 avril doit aussi nous servir à faire pression sur celles et ceux qui prétendent nous diriger chaque jour : imposons des négociations !

Les suites, de la grève nationale interprofessionnelle du 9 avril, c'est nous qui en décidons par ce que nous construirons ensemble, localement, à la base.

Partager cet article

Repost 0
Published by SUD 61